Toulouse, le 11 décembre 2006

Avons-nous d’autres choix aujourd’hui que de suivre la volonté de notre essence suprême ? Etre en conscience offre l’extrême avantage de comprendre un peu mieux que ce qui se produit dans nos vies a un objectif suprême même s’il demeure parfois obscur. La souffrance perd ainsi son côté sournois autant que douloureux. Souffrir sans savoir pourquoi rend la souffrance d’autant plus insupportable. Cela vous donne une raison d’accepter me direz-vous … peut-être mais l’expérience nous a montré qu’à chaque fois la lumière ns attend au bout de chaque tunnel traversé. l’œuvre d’une vie ne réside-t-elle pas dans la somme d’expériences accumulées, dans le détachement et l’autonomie acquise … après tout de façon logique, nous apprenons petit à petit à être autonome face à nos parents, cette même logique ne voudrait-elle pas que nous devenions autonomes face à nous même ? Comment être autonome face à nous même, sinon que d’accepter ce qui se présente à nous et qui vise à nous parfaire dans nos états d’être successifs. Etre heureux, malheureux, contenté, désabusé, confiant, redoutant, …