Dimanche 31 janvier 2010 7 31 /01 /2010 15:22

Mais, remettons en place le contexte :

On avait les "phénomènes extrêmes"

Lorsque l'une des plus grandes catastrophes naturelles de l'histoire récente - l'explosion cataclysmique du volcan Tambora s'est produite, dans l'île indonésienne de Sumbawa, le 10 avril 1815, la catastrophe - dont la puissance a été évaluée à plus de 100 fois les bombes d'Hiroshima et Nagasaki réunies - projeta des rochers à plus de 40 km d'altitude, amputa le volcan de presque 1400 mètres et causa plus de 60 000 victimes immédiates parmi les populations insulaires.

L'Europe ne réalisera l'ampleur de la catastrophe qu'indirectement, au travers de ses conséquences sur le climat terrestre, lorsque, bien plus tard, et surtout plus d'un an après, l'Europe et l'Amérique du Nord connurent les fameux "étés sans soleil" qui seront la cause d'épouvantables famines - responsables de plusieurs centaines de milliers de morts - dans l'ensemble de l'hémisphère nord.

La catastrophe de Tambora, la plus meurtrière de l'histoire, est très largement ignorée du grand public (vérifiez !...).

Lorsqu'à l'inverse survint, sept décennies plus tard - le 27 août 1883 - la catastrophe du Krakatoa, également en Indonésie, et également une éruption volcanique majeure, la puissance mise en jeu, et les conséquences, furent significativement plus faibles que celles du Tambora. Pourtant la nouvelle fut immédiatement connue à Londres, et dans le reste du monde ... Le premier cable télégraphique entre Londres et le pacifique venait d'être posé.

Si bien qu'encore aujourd'hui, "Krakatoa" est bien présent dans la mémoire collective (vérifiez ...).

Aujourd'hui, le moindre hoquet - climatique ou géologique - est instantanément connu, et répercuté en boucle d'un bout à l'autre de la planète, par les média avides de sensationnel. Cela est un bien pour les victimes, qui ont ainsi plus de chance d'être secourues. Mais la surabondance d'informations catastrophiques est aisément exploitée par les prophètes d'apocalypse pour induire un fantasme d'explosion des phénomènes catastrophiques, qui ne correspond à aucune réalité scientifique, mais qui est bien commode pour entretenir la terreur du climat.

Ainsi, le GIEC communique-t-il beaucoup sur les conséquences du réchauffement sur l'augmentation des cyclones et tempêtes - dont l'homme, se trouve donc déclaré "coupable" - alors même que toutes les mesures scientifiques montrent que l'énergie totale accumulée (ACE) des cyclones est en baisse régulière et atteint aujourd'hui des plus bas historiques, après avoir chuté de plus de 50% depuis 5 ans ...

Je ne développerai pas, par pure charité, les déclarations d'une brillante Polytechnicienne qui n'a pas hésité, il n'y a guère - en spéculant sur l'ignorance supposée du bon peuple - à attribuer les tremblements de terre et autres tsunamis au ... réchauffement climatique ...

L'augmentation des phénomènes extrêmes est une invention ridicule - mais combien rentable - du complexe extrêmo-écolo-médiatico-industriel. Le fameux "Rapport Stern", qui a si bien contribué à la diffusion de la culpabilité climatique, vient d'ailleurs d'être corrigé, en douce, et le coût indiqué pour les dommages des cyclones aux USA tout simplement divisé par 10 !...

Vous ne le saviez pas ? ... ce n'est pas ce que vous dit le GIEC ?...

... Le GIEC vous ment !...

.

On avait la fonte des glaciers

On sait déjà, on est en pleine actualité, et j'y ai consacré plusieurs posts, en particulier celui qui traite de l'Himalaya de dollars perdus - pas pour tout le monde - que la fonte accélérée de l'Himalaya était une farce sinistre inventée de toutes pièces par une bande d'affairistes avides de votre argent.

On sait, en plus, aujourd'hui, qu'il y a de part le monde beaucoup de glaciers qui, non content de ne pas être en récession, sont en fait en progression.

Voici, par exemple, une liste de glaciers dont la presse ne vous dit pas qu'ils sont en progression, ou vous dit le contraire. Voir détails sur le lien donné références (vérifiez !...) et superbes photos (admirez !...) :

.

Le Perito Moreno, en Argentine, est en expansion

Voici donc une liste de glaciers qui sont en progression :

* Certains glaciers de l'Himalaya, le K2 et le Nanga Parbat. * Le glacier Hubbard en Alaska. * Des glaciers norvégiens. Le glacier du mont Shasta, en Californie (oui, oui !...). * Un Glacier qui "repousse" au volcan du Mont St Helens aux USA. * Des glaciers en France (ex Dôme du Goûter) et en Suisse. * Les plus grands glaciers de Nouvelle Zélande (Franz Josef et Fox) * Des glaciers du Caucase (ex Maili) * Le glacier du Perito Moreno en Argentine, icône réchauffiste célèbre. * Le Breidamerkurjokull en Islande

Bien sûr, il y a aussi des glaciers en récession, ceux-là, vous avez leur nom partout ... Le fait qu'il y ait des modifications - dans le temps, et aussi dans l'espace - cela s'appelle ... la vie. Le fait qu'on ne vous raconte, délibérément, pour vous manipuler, qu'une seule partie de l'histoire porte un autre nom, je vous laisserai le choisir.

Vous ne le saviez pas ? ... ce n'est pas ce que vous dit le GIEC ?...

... Le GIEC vous ment !...

.

Le coup de grâce, c'est l'Amazone !...

Une des icônes majeures des média et des organisations écolo-extrêmistes, est la forêt Amazonienne.

Voici à titre d'exemple, trouvé sur le site de EUReferendum; écrit par le Docteur North, et cité par James Delingpole dans le Telegraph, une déclaration faite à Copenhague, et dont le message vous est forcément familier :

On retrouve ce message dans le chapitre 13 du rapport du groupe II du GIEC (c'est moi qui souligne les conditionnels)

Jusqu'à 40% des forets Amazoniennes pourraient réagir brutalement, même à une faible réduction des précipitations; cela signifie que la végétation tropicale, l'hydrologie et le système climatique Sud Américain, pourrait changer très rapidement vers un autre état stable, sans passer nécessairement par des changements graduels entre l'état actuel et l'état futur (...). Il est plus que probable que les forêts seront remplacées par des écosystèmes qui auront plus de résistance aux stress multiples causés par l'augmentation des températures, les sécheresses et le feu, tels que des savanes tropicales.

Et la question qui se pose est ... D'où le GIEC tire-t-il cette déclaration ?

Un indice est l'usage abondant du conditionnel, temps très apprécié par les organisations environnementalistes, toujours à ajouter la sinistre clochette du "risque", et tellement pratique pour prétendre qu'on ne se trompe jamais.

Vous avez donc deviné : ce texte, extrait de l'AR4, est extrait d'un rapport conjoint du WWF (World Wildlife Fund) - tiens tiens - et de IUCN (International Union for Conservation of Nature).

Toute information de nature à retrouver la revue scientifique - à comité de lecture - où a été publié ce rapport est fondamentale pour Monsieur Pachauri. Il a certainement les moyens de vous les acheter au prix fort, vu tout ce qu'il a empoché.

Et, désolé, mais il faut bien enfoncer le clou jusqu'au bout, cela est tiré d'une étude non publiée sur les feux de forêt, dont les auteurs sont

* Moore, P.F, qui se déclare lui même (voir texte) Analyste Politique * Rowell, A, le chef (lead author) est journaliste freelance d'investigation (au Guardian) et activiste écologique.

Les CV détaillés sont publiés sur le site EUReferendum... Mais Vérifiez donc !

Et la cerise sur le gâteau - ou la gueuse de fonte suivant son obédience -est que le Docteur North, auteur de l'article d'EURferendum, après avoir fouillé de fond en comble les rapports scientifiques du GIEC, déclare n'y avoir trouvé nulle part une autre source, sérieuse celle là, c'est à dire publiée - a comité de lecture (peer reviewed) - qui établisse scientifiquement une relation significative entre le réchauffement climatique et les risques pour l'Amazonie.

Si vous retrouvez un tel rapport, et si vous êtes motivé par l'éventualité d'aider Monsieur Pachauri - Ingénieur ferroviaire, Directeur Général de TERI et Président du GIEC - à sauver ses fesses, il pourrait peut-être vous en offrir un bon prix

Beaucoup de menaces pèsent certainement sur la forêt Amazonienne, mais le réchauffement climatique est certainement le dernier de ses soucis.

Vous ne le saviez pas ? ... ce n'est pas ce que vous dit le GIEC ?...

... Le GIEC vous ment !...

.

Conclusion

D'après ce qui précède, on peut conclure qu'on a été volé - au moins - trois fois :

* L'augmentation prétendue des phénomènes climatiques est un épouvantail inventé de toutes pièces, dans le seul objectif est de vous culpabiliser, et de vous rendre ainsi plus docile pour l'acceptation des mesures destinées à contrôler votre vie. * La soi-disant fonte de l'Himalaya est une escroquerie destinée à collecter des crédits internationaux - en jouant encore sur la culpabilité - crédits dont la destination devient ensuite totalement opaque, mais qui ne sont certainement pas perdus pour tout le monde. * La prétendue relation entre le réchauffement climatique et la diminution de l'Amazone n'a aucune base scientifique répertoriée au GIEC, et semble n'exister que dans le cerveau enfiévré d'extrémistes qui utilisent les réseaux qu'ils ont tissé dans les organismes mondiaux (ONU), pour faire avancer leur agenda privé, en jouant encore sur la diffusion de terreur culpabilisante.

Les jours de l'affairiste Pachauri à la tête du GIEC ne sont plus l'enjeu majeur. C'est la survie du GIEC lui-même qui est en cause.

James Delingpole qui, avec son talent habituel, révèle l'affaire Amazonienne dans la grande presse anglaise conclut, dès son introduction :

Je suis en train d'essayer d'écrire un livre sur le réchauffement climatique, mais, à la vitesse où vont les choses, avant que je ne l'aie terminé, il n'y aura plus grand chose à dire.

La bataille aura été gagnée et les seuls qui croiront encore au réchauffement climatique anthropique seront des équivalents éco-stupides de ces soldats Japonais de la dernière guerre abandonnés et oubliés sur des atolls perdus du Pacifique.

Et pour finir, un petit clin d'oeil volé à EUReferendum :

C'est seulement une blessure de chair

.

.

_

Le GIEC rendra-t-il son Prix Nobel volé ?

Papyjako Par Ferlinpimpim - Publié dans : ClimateGate Ecrire un commentaire 0 - Voir le commentaire - Voir les 0 commentaires - Recommander Précédent : Haïti : dix Américains soupçonnés de... Retour à l'accueil Commentaires

source: changementclimatique.over-blog.com

Publié par envoyespatial