Le vent tourne et tourbillonne partout dans l'espace. L'espace l'abrite et l'enveloppe, et donc le vent ne peut jamais le limiter. Lorsqu'un chercheur spirituel à l'intellect aiguisé, médite sur ce bel exemple, il comprends la relation qui lie le Soi et le non-Soi. Le Réel est le support de l'irréel, l'irréel semble exister dans le réel avec ses différentes péripéties, pourtant l'irréel ne peut jamais influencer le Réel. Lorsque le vent se meut, l'espace ne bouge pas Aucunes des qualités du vent n'appartient à l'espace. Dans cet espace infini ou les univers évoluent à une vitesse proche de ce celles de cela lumière, les perturbations atmosphériques ne se produisent qu'à quelques kilomètres de la surface du globe. Dans l'infinitude du Réel, le champs des perturbations causées par son jeu avec une ignorance volontairement assumée, est restreint, négligeable. Même dans cette aire restreinte, la relation entre le réel et l'irréel est semblable à celle qui lie le vent instable à l'espace infini. Ces deux versets ne sont pas seulement à lire mais à méditer....

Extrait du chapitre 9 : Le secret royal (p314-315)

La Bhagavad Gita commentée par Swami Chinmayananda

par இஞஇஞஇஞ