Plusieurs questions surgirent de mon être profond. D’où je venais ? Qu’en est-il du Monde de l’invisible ? Quel est le sens de la maladie ? Qu’en est-il de la vie après la vie ? Et le bonheur, où le trouver ? Qu’est-ce que je suis venu faire sur cette terre ? Et bien d’autres encore qui, j’en suis sûr, ont dû traverser votre esprit à certaines périodes de votre vie.

Il y avait aussi un ressenti qui me tourmentait assez régulièrement, celui de me sentir seul sur cette terre. En fait, j’ai compris, à un moment donné, que je ne savais même pas que j’existais… Eh oui ! tout comme vous, je voyais mon corps physique, mais ma vraie réalité, elle, est invisible. Pas facile à avaler, ni à comprendre, me direz-vous ? Pourtant, j’étais cette réalité invisible utilisant un corps avec tous ses attributs, pour vivre une incarnation. Ah la la ! Quelle histoire ! J’étais tombé en plein dans la sauce amère de mes attentes…

Au fil des années, j’ai su l’affiner en y rajoutant certains ingrédients qui firent titiller mes papilles gustatives, apportant de nouvelles saveurs à ma vie. Bien sûr, il y a des journées où la sauce était plus épicée… Hum!… Je venais d’échapper la poivrière dedans… Je me réconfortais en me disant, tant pis, elle sera meilleure demain… Petit à petit, je commençais à découvrir mon Âme et ce qu’elle désirait apprendre dans cette vie, et ce, dans chacune de mes expériences quotidiennes, si minimes soient-elles. Dédramatiser…, rester dans le moment présent…, accepter que tous mes décors d’apprentissage étaient ma création…, faire le choix de devenir meilleur…, pardonner… et accueillir tous les événements de ma vie dans le dessein de rehausser la pigmentation de cette sauce, mon chemin évolutif...

Bof ! il en est ainsi pour tout le monde, penserez-vous . Eh oui ! Mais encore faut-il en être conscient ! Vous y êtes. La clef, le secret de la sauce… C’est cela… s’exercer à être conscient, à chaque moment présent, que nous sommes une Âme Divine expérimentant, dans la réalité d’un corps physique, son plan s’incarnation. La conscience de son Âme et de sa Divinité ne s’achète pas. Elle doit s’éveiller en nous et, par une volonté constante, découvrir qui nous sommes. Cette étincelle Divine, issue du Créateur-Source, a toujours été présente et ne demande qu’à s’exprimer. Arrêtez-vous un instant… Faites silence… Essayez de ressentir cette partie de vous qui vous anime… et vous deviendrez cette Âme…, ce que vous êtes en réalité.

C’est toute une histoire, me direz-vous ? Eh bien ! si je pouvais mettre en mots toute la joie ressentie lorsque j’ai contacté mon Âme, tout l’amour qui a fait vibrer chaque cellule de mon être, l’état de grâce dans lequel j’ai baigné et que, pendant des jours, j’arrivais à peine à garder les deux pieds sur terre, je pourrais alors vous transmettre le ressenti de cette Royauté qui vit en chacun de nous. J’ai pu, grâce à cette découverte, avoir plus de respect pour ma vie et celle des autres, faire tomber mes jugements face aux expériences vécues, aimer davantage la vie, raviver l’espoir et l’estime de moi-même et donner un sens à mon incarnation.

Si vous me le permettez, je veux rendre « Hommage à mon Âme » et ainsi vous offrir l’histoire d’une rencontre intime avec l’Hôte Divin dont mon corps est le précieux véhicule.

Hommage à mon âme

Bénie sois-tu, toi, merveille de création céleste ! Comment puis-je imaginer l’ampleur de ta création et quelle destinée te fut assignée ?

Quelle ne fut pas ma surprise, le jour de l’éveil de ma conscience, lorsque le voile cachant mes origines commença à se dissoudre, de sentir vibrer, dans toutes les fibres de mon être, ton appel, ô mon âme !

Depuis ce jour, je n’ai cessé de chercher, de toutes sortes de façons, à rejoindre et à rapatrier mes Attributs Divins. De merveilleuses émotions émanent de mon antre divin, à la pensée que tu as choisi d’être, sur cette terre, l’ambassadeur d’une nation lointaine ! Quel courage il t’a fallu pour entreprendre ce long voyage dans le temps ! Réceptacle d’une mission royale, tu écriras l’histoire de toutes tes vies et apposeras ta noble signature.

Partie d’une source incommensurable d’amour, tu as débuté un long périple à travers les âges. Tour à tour, en utilisant des personnages tout aussi divins les uns que les autres, tu as su combler le fossé qui t’écartait de tes origines. Quel courage ! Orchestrée par une Conscience suprême, tu as tissé chaque événement de ta vie, d’où a surgi la plus majestueuse fresque, que seul un maître artiste a su immortaliser sur la toile du temps.

J’imagine la joie et aussi les frissons ressentis à l’approche d’une nouvelle incarnation. Toi, guerrier de Lumière, dotée d’un remarquable courage et d’une patience éternelle, tu as su maintenir la barre de ce voilier interstellaire accomplissant sa destinée, dont toi seule ne peux en ressentir l’accomplissement divin qu’à travers l’éternité. Je t’aime tant, ô mon âme !

Comment ai-je pu rester si longtemps muet à ton appel ? Comment ai-je pu rester sourd aux cris surgissant des profondeurs de cet abysse ?

N’eut été cette lumière qui scintillait tel un phare guidant la course folle de mes jours les plus sombres, j’aurais fracassé mon enveloppe si fragile sur les récifs qui effleuraient la mer souvent agitée de mon monde émotionnel. Quel réconfort je ressens à la seule pensée de savoir qu’une grande sagesse avait placé, ici et là, des ports d’attaches pour m’ancrer et panser mes blessures, que moi seul m’infligeais dans cette aire d’inconscience. Je n’ai pas assez de mots pour te dire à quel point je te remercie d’avoir attendu patiemment le jour de mon éveil ! Puissent tous les êtres qui m’accompagnent comprendre la chance d’une telle naissance !

Que de vies as-tu manifestées pour qu’enfin tu puisses t’exprimer et accomplir ton œuvre, sans craindre que, par ignorance, j’éteigne le flambeau qui fut allumé un jour, au plus profond de l’Univers. Par miracle, je suis toujours là. Et je te promets, ô mon âme, que, désormais, tu pourras plus facilement diriger ton existence ! J’arrive à peine à percevoir la beauté, la grandeur que tu incarnes et que Divine est ton essence ! Je t’aime tant, ô mon âme !

Tu es la plus belle fleur qui a été créée ! Tu as su émaner ta splendeur sans te soucier de celui qui voulait bien t’accorder ne serait-ce qu’un tout petit regard. Tu étais là, accomplissant ce pourquoi tu fus conçue. Tu nais tel un minuscule bourgeon dans lequel est contenue l’étincelle de la Source. En l’espace d’un temps défini, tu franchis toutes les étapes sans manifester ta nostalgie d’un état perdu, et ce, avec cette volonté et cette patience dont l’empreinte divine t’a dotée. Il n’y a pas de plus belle création que toi, ô mon âme !

Tu es là, maintenant, prête à plonger, du haut de ton nuage, vers cette terre. Telle une étoile filante, te voilà partie à vive allure, à travers l’espace et le temps, retrouver ce corps physique si soigneusement préparé. Quel atterrissage ! Mais où étais-tu encore ? Quelle famille as-tu choisie ? Que feras-tu de cette vie ? Qu’auras-tu à comprendre ? Quel mystère te sera dévoilé ? Le modèle que tu incarnes, qu’il soit homme ou femme, riche ou pauvre, talentueux ou sobre d’esprit, sauras-tu en faire un chef-d’œuvre ? Tu es l’ouvrière du plus gigantesque chantier que la Source a mis en œuvre : faire, de cette terre, un paradis terrestre. Avec l’adresse du plus fin joaillier, tu as taillé une nouvelle pierre précieuse. Celle-ci est soigneusement gardée afin que, un jour, elle puisse orner ta coiffe digne du plus glorieux des rois.

Quelle belle histoire que la tienne ! De tous les temps, nul prophète n’aurait pu imaginer cette envolée céleste. Puis-je emprunter l’essence de ton esprit chevaleresque afin de t’offrir, à mon tour, un baume et, m’inspirant de ta grandeur, dérouler devant toi le tapis royal sur lequel tu pourras poser tes pas. Que ta marche dans le temps devienne la plus gracieuse portée musicale digne des mélodies angéliques ! Oh ! combien je t’aime, ô mon âme !

Je t’accorde ma confiance bien terrestre soutenue par un désir viscéral d’appuyer ta quête. Quelle joie j’éprouve, en ce moment, de sentir la vie en moi ! Quelle réalité je détiens en tant que co-créateur de notre existence ! Je suis comme le marin qui attendait depuis des jours que le vent se lève et qui sent, soudain, son vaisseau craquer de toutes parts animé par le souffle de vie gonflant sa voilure. Je me sens envahi d’une telle douceur et d’une inviolable paix à la seule pensée que chaque cellule de mon être vibre de ton auguste présence. Quelle révélation !

Depuis que j’ai entrevu une parcelle de ta réalisation, mes peurs de ralentir ton expansion se dissolvent. Je suis rassuré par ton glorieux passé dont les mémoires ancestrales communiquent courage et détermination au passage terrestre actuel. Quelle belle assurance d’un avenir triomphant ! Chaque événement vécu est digne du plus grand athlète qui, vie après vie, a su s’affiner et se styliser, se méritant la plus sacrée des récompenses : l’anneau d’or des grands initiés. Quelle fierté, quel respect j’éprouve à penser à toi, ô mon âme !

À toujours, Darta

source: maitreyalove.com
Publié par joss