La prière Maya d'hier a fait son effet, vous êtes plusieurs à m'avoir donné vos ressentis qui étaient très forts ! La puissance Maya est encore très forte. Leur connaissance est sacrée et ils ont été massacrés parce qu'ils dérangeaient mais aussi parce qu'une partie du peuple a ascensionné à ce moment là et ont quitté ce plan de conscience. A la fin de cette lettre, un complément est fait pour le voyage à leur rencontre. C'est mon amie Chantal qui l'organise, vous pouvez lui faire confiance, elle est très 'branchée' et donne toujours de bons conseils justes et honnêtes.

A ce propos... Lorsque vous donnez un conseil à une personne, pensez-vous à la personne, à son bien, à ce qu'elle est, ce qu'elle peut faire avec ce qu'elle a aujourd'hui ou cherchez-vous à la changer selon votre point de vue ? C'est une bonne réflexion à faire aujourd'hui...

Parfois, lorsque je demandai de l'aide, on me répondait 'si j'étais toi, je ferai çi ou ça...' et la personne me parlait avec son histoire, son compte en banque, son vécu et sa confiance ou ses peurs du moment... Mais celà n'avait aucun impact pour moi. Car 'si j'étais toi' veut dire en réalité 'si j'étais toi avec ce que je suis'

L'on entend souvent dire 'si j'étais tel joueur, j'aurai fait ça' 'si j'étais le patron, je ferai comme ça' 'si j'étais le Président de la République ou le Roi ou le Premier Ministre, je ferai telle chose, j'empêcherai telle autre..." C'est impossible ! Car vous n'êtes pas l'autre, vous êtes vous et c'est déjà beaucoup. Les autres sont les autres avec leurs choix, leurs possibilités, leurs capacités, leurs émotions et leurs créations...

Lorsque l'on aide une personne, inutile donc de lui dire ce que l'on ferait à sa place. Inutile de juger ou de critiquer mais rester neutre dans la mesure du possible. Par contre, il est très important de lui donner de bons conseils adaptés, des solutions que vous pensez pouvoir être bonnes pour elle, des outils que vous connaissez, lui indiquer des personnes susceptibles de l'aider... voilà une bonne aide, Car ainsi, vous donnez à cette personne la possibilité de se prendre en charge avec ses propres choix et ses propres capacités. Une fois aidée, ne lui demandez pas si elle a suivi vos idées et ne vous vexez pas si elle ne l'a pas fait ! Demandez-lui simplement si elle va mieux et au besoin, donnez d'autres conseils adaptés. Celà s'appelle du don gratuit, de l'amour inconditionnel et de la compassion libre. C'est le respect de l'autre et de soi.

Belle réflexion Joéliah

source: amourdelumiere.com
Publié par joss