40 Le livre de l’[économie sa]crée du Grand [Esprit] invisible.

[Le Pè]re au nom ineffable, [qui sortit] 15 des hauteurs [du Plérôme,] [lu]mière de la lumière des [éons de lum]ière, lumière du [silence, de la pro]vidence (Pronoia) du Père du silence, [lumière] de la parole de vérité, lumiè[re des] 41 [incorrup]ti[bilités,] [lum]ière illimitée, [le] rayonnement hors des éons de lumière du Père non manifesté, insignifiable, qui ne vieillit pas, qu’on ne peut proclamer, 5 l’[é]on des éons, l’Autogène (né de lui-même), engendré de lui-même, croissant de lui-même, (l’éon) allogène, l’éon véritable, en vérité !

De Lui [sor]tirent trois puissances, qui sont : le père, la mère, le fils, à 10 [partir] du silence vivant, rayonnement du [Pè]re incorruptible. Celles-ci sor[ti]rent en effet du silence du Père inconnu.

[Et] de ce lieu-là [sor]tit Domédôn Doxomé[dôn,] 15 [l’éon] des éons et la lu[mière de] chacune de [leurs] puissances.

Et [ain]si, le fils sortit [en] quatrième, la mère en [cin]quième, [le père] en sixième. Il [n’]était 20 [pas . . . . . . . ] mais non proclamé, [celui] qui est insignifiable dans tou[tes les puissances], les gloires et les [incorruptibili]tés.

De ce lieu-là sor[tirent] les trois puissances, 42 les trois ogdoades que [le Père], en silence, avec sa providence, [fit sor]tir de son sein, c’est-à-dire le père, la mère, le fils.

5 La <prem>ière ogdoade, à cause de laquelle l’Enfant triple-mâle sortit, c’est la pensée (ennoia), le [lo]gos, l’incorruptibilité et la vie éternelle, le vouloir, l’intellect (noûs), 10 la prescience, le Père andro[gy]ne.

La deuxième Puissance étant une ogdoade, c’est la Mère, Barbélô, [la Vie]rge, Epitititôch . . . . . ai. Memeneaimen[ . . . celle] 15 qui règne sur le ciel, Karb[ . . . . . ], la puissance inex[plicable], la mère ineff[able. Elle jaillit] hors d’elle-même [ . . . . . ], elle sortit, [elle] 20 s’accor[da] avec le père [ . . . . . ] silence.

La troisième [Puissance étant une o]gdoade, c’est le Fils du silence de silence, la couronne du silence de si[lence], la gloire du Père et la ver[tu de la] 43 [Mère.] Celui-ci fit sortir du sein les sept puissances de la grande [lu]mière les sept voyelles, et le Verbe est leur plénitude.

Telles sont les trois [Puissances], 5 les trois ogdoades, que le [Père, avec] sa providence (Pronoia), fit sortir de son sein. Il les fit sortir de ce lieu-là.

Il sortit, Domédôn Doxomédôn, 10 l’éon des éons avec le [trô]ne qui est en lui, et les puissances qui l’entourent, les gloires et les in[corrup]tibili[tés]. Le Père de la grande lu[mière], c’est du silence [qu’il sortit], Ce 15 [grand] éon [Doxom]édôn dans [le]quel l’Enfant [triple-mâ]le [se] repose, et [en] lui fut établi le trône de sa [gloire], sur [lequel] son nom 20 inconnu est [inscrit] dans le buis [ . . . . . ] Le Verbe est un, le Pè[re de la lumiè]re du Tout, celui [qui sortit] du silence, [se] reposant dans le silence, celui dont le 44 nom (se trouve) dans un symbole [invisible,] [dans un] mystère secret, in[visible.] [Il] sortit :

iiiiiiiiiiiiiiiiiii[iii]

[ē]ēēēēēēēēēēēēēēēēēēēē[ē]

[o] ooooooooooooooooooooo

uu[uuu]uuuuuuuuuuuuuuuuu

éééééééééééééééééééééé

aaaaaaa[aaaa]aaaaaaaaaaa

ōōōōōōōō[ōōō]ōōōōōōōōōōō

Et [ain]si 10 les trois puissances louèrent le [Grand] Esprit invisible, au [nom] ineffable, (l’Esprit) virginal, qu’on ne peut invoquer, et [sa] Vierge mâle.

Elles [de]mandèrent [une] puissance. (Alors) sortit un si[lence], 15 dans un silence vivant, (sortirent) des [gloires] et [des in]corruptibilités dans les éons [ . . . . . . ] éons, des myriades s’ajoutant [ . . . . . ] triple-mâle, les [trois] générations mâles, les ra[ces mâles.] [Elles] 20 rempl[irent] le grand [éon] Doxom[édôn] [de] la puissance du Verbe du [Plérôme entier].

Alors, l’[Enfant] triple-mâle, [le Grand] Christ qu’a oint le [Grand] Esprit [in]visible, celui dont la 25 puissance [fut appelée] Ainon, adressa [une louange au] Grand Esprit invisible [et à sa] Vierge mâle, Yo<u>[el,] [au] silencieux silence de silence, à la [grand]eur

(Les pages 45 à 48 du codex III manquent ; à leur place, nous traduisons le codex IV 55,20-60,29)

ceci est disponnible sur le site de nag hammadi ou dans le pdf que j ai mis a disposition, je ne transcrirai pas ici cette partie du codex IV

(Reprise du texte du codex III) (48 Alors sortit ?) 49 [de ce lieu]-là la nu[ée de la] grande lumière, la puissance vivante, la mère des saints incorruptibles, la grande puissance, Mirothoè. 5 Et elle engendra celui dont je prononce le nom en disant : « Tu es Un, tu es Un, EA, EA, EA » — trois fois.

Car (c’est) [lui] Adamas, la lumière qui illumine, celui qui vient de l’Homme, le premier 10 Homme, celui par qui tout est arrivé, celui pour qui toute chose existe, celui sans qui rien ne s’est produit. Il sortit, le Père inconcevable, inconnaissable. Il 15 sortit (et) descendit pour l’annulation de la déficience.

Alors le Grand Logos, l’Autogène divin, et l’Homme incorruptible, Adamas, se mélangèrent l’un à l’autre. 20 (De leur union) advint un logos humain. Et l’homme lui aussi, c’est par un logos qu’il fut (créé).

Il adressa une louange au Grand invisible, insaisissable, virginal 25 Esprit et à la Vierge mâle, et à l’Enfant triple-mâle, 50 à la [Vierge] mâle Youel et à Éséphech, celui qui [dé]tient la gloire, l’enfant de l’enfant, et la couronne de sa gloire, et au grand 5 éon Doxomédôn, et aux trônes qui sont en lui, et aux puissances qui l’entourent, les gloires et les incorruptibilités, et à leur plénitude entière dont j’ai déjà parlé, 10 et à la terre aérienne, la réceptrice de divin, le lieu où prennent forme les hommes saints de la grande lumière, les hommes du Père 15 du silence de silence vivant, le Père, et à leur plénitude entière, comme je l’ai déjà dit.

Il adressa une louange, le Grand Logos, l’Autogène divin, avec 20 l’Homme incorruptible, Adamas. Ils demandèrent une puissance et une force éternelles pour l’Autogène, en vue de la plénitude des quatre éons, pour que par 25 elles se manifestent 51 [ . . . . . . . ] la gloire et la puiss[anc]e du Père invisible des hommes saints de la grande lumière, celle qui viendra dans le monde 5 ayant l’apparence de la nuit.

ce passage est importante " ayant l apparence de la nuit"

L’Homme incorruptible, Adamas, leur demanda un fils venant d’elle (la lumière), pour qu’il (le fils) devienne le père de la race inébranlable et incorruptible, 10 et que par cette race se manifestent le silence et la voix et que par elle se lève l’éon mort, pour se dissoudre.

Et c’est ainsi que 15 sortit d’en haut la puissance de la grande lumière, Prophania. Elle engendra la grande tétrade des luminaires : Harmozel, Oroïael, Daveïthé, Éléleth, 20 et le Grand Seth incorruptible, le fils de l’Homme incorruptible, Adamas.

C’est ainsi que fut achevée l’hebdomade parfaite, celle qui réside dans des mystères 52 secrets. Lorsqu’elle est [glori]fiée, elle devient onze ogdoades.

voici, je m arrete ici dans la transcription mais la suite est existante, nous ne sommes pas a la moitié de ce codex tres riche mais malheureusement fractionnaire et l interpretation des noms et termes employés est plutot ardue .

Pour le fun j ajouterai que l ogdoede cité traduit les huit planetes de notre systeme solaire, les quattre premiere tellurique et leur contrepartie energetiques les geantes gazeuses, amusant non ?

bon week end a tous et bonne lecture, vous faites pas "peter" les neurones a essayer de comprendre mais prenez plaisir a decouvrir ce beau texte, essayez de ne pas psalmodier les incantations que vous y trouverez, ca vous evitera surement un sceau d eau justifié ;)

source: naghammadi.org

Publié par elem