Dans la dernière partie, ce livre présente un certain nombre de messages. Ces messages correspondent, pourrait-on dire, à un en-seignement : des méditations à vivre dans son coeur et dans son intellect. Certains ont une origine connue, pour d'autres, on ne peut pas nommer leurs auteurs. Mais comme le disent certains de ces messages, peu importe le nom de ceux qui les livrent. L'essentiel en est la teneur et tout ce qu'ils peuvent provoquer dans l'âme de celui qui les lit. Beaucoup de gens, se diront en lisant ces messages qu'ils ont affaire soit à un être initié, soit à un être qui est hors normes, voire même fou. Pour ceux-la, précisons qu'il ne faut voir en celui qui a écrit ce livre qu'un simple serviteur, un être comme tout le monde, avec ses joies et ses souffrances. Puisse ce livre, en dehors même de l'enseignement qui y est contenu, vous permettre peut-être de discerner un peu plus ce qui se prépare et de voir plus clair dans ces nouvelles manifestations qui se produisent de par le monde. Il faut aussi savoir que ce qui nous est certainement demandé dans ce Nouvel Age est l'éveil à notre dimension intérieure, l'éveil à notre âme. Mais cet éveil doit nécessairement s'accompagner du discernement et non pas du jugement car, en ce qui concerne les choses invisibles, l'être humain a la possibilité de rêver. Cela sera d'ailleurs traité dans un chapitre très important qui va essayer de vous faire envisager la différence entre ce que l'on ap-pelle l'imaginaire et l'imaginal. L'imaginaire, c'est le rêve, l'imaginal, c'est la réalité. Le rêve est réel, mais il vous appartient en propre. La réalité des archétypes, c'est-à-dire le monde imaginal, est quelque chose qui n'agit pas uniquement sur vous comme le rêve, mais agit de manière évidente sur l'entourage et la différence à ce niveau-là est très importante. Arche signifie principe et donc, lorsqu'on parle de principe archétypiel, c'est une redondance. Arche permet de nous relier au divin, c'est une corde céleste qui nous permet de relier le haut et le LE CORPS DE LUMIERE LE DEVELOPPEMENT DE LA CONSCIENCE CHEZ L'ETRE HUMAIN Les trois modes de fonctionnement de la conscience Chez l'être humain, la conscience se développe par paliers. La croissance de cette conscience se déroule en sept étapes ou sept niveaux, qui se suivent dans le temps. Avant de rentrer dans le détail de ces différents niveaux, voyons les trois modes de fonctionnement de la conscience. Pour cela, prenons un exemple très simple. Supposez que vous appreniez à conduire. La première étape va être l'analyse du fonc-tionnement du véhicule. C'est l'apprentissage, l'époque de l'analyse. Puis vous commencez à connaître, à maîtriser la conduite du véhicule et vous rentrez dans le deuxième mode de fonctionnement de la conscience, qui suit le premier : le mode synthétique, la synthèse. A ce moment-là, vous pouvez passer votre permis, vous êtes apte à conduire réellement votre véhicule. Après cette deuxième étape de conscience vient l'ultime étape, qui est la plus importante, l'intégration. L'intégration correspond à quelque chose qui a été travaillé au niveau conscient, première-ment en analyse, deuxièmement en synthèse, et qui est finalement intégré. Au bout d'un certain temps de conduite automobile, vous êtes capable de conduire sans y penser. Ce qui était conscient, qui avait attiré votre conscience, redevient inconscient. Une telle intégration est nécessaire et impérative au niveau de tous les stades du développement de la conscience de l'être humain. L'intégration par rapport à un véhicule automobile consiste simplement à changer de vitesse sans y penser, à mettre sponta-nément le clignotant pour tourner; tout est devenu automatique et donc inconscient. Au niveau de la conscience de l'être humain, c'est exactement la même chose. Par exemple, les fonctions automatiques du corps comme la respiration ou la circulation du sang sont des mécanismes de conscience qui ont été intégrés depuis des temps très reculés, des dizaines de millions d'années. A certaines étapes de son développement, l'être humain a été obligé de polariser sa conscience sur le fait de respirer et de faire circuler le sang. Même la marche qui est maintenant un acte automatique doit se réapprendre à chaque naissance. Nous devons focaliser notre conscience sur cet acte jusqu'à ce que cette étape soit intégrée. Puis nous marchons de façon presque automatique, sans avoir réellement conscience du fait que nous marchons. Il y a donc des dizaines de millions d'années, l'être humain était obligé de porter son attention et sa conscience sur le fait de respirer, de faire circuler son sang, de faire battre son coeur et si par malheur la conscience ne se polarisait plus cette notion-là, le corps humain cessait de se maintenir en vie.

par sunlightwalkin