Pour que la glaise informe et gélatineuse se transforme en un beau vase solide et étanche, il fallait en passer par les nombreuses étapes douloureuses du modelage, de la cuisson, de l’enduit et du remplissage. Tels étaient les objectifs de la réincarnation depuis des milliers d’années. Il fallait donc des extraterrestres experts de la manipulation génétique, d’autres, experts en développement écologique durable, d’autres encore, experts en connaissance universelle. Mais il fallait aussi et surtout des éducateurs pour faire de l’âme collective sans volonté ni but une communauté d’âmes individuelles, autonomes et libres.

C’est ainsi que différentes races extraterrestres intervinrent dans notre développement à différents stades de notre évolution. L’objectif final, encore une fois, était l’apparition d’âmes individuelles capables d’autonomie spirituelle dans le monde spirituel, pour agrandir la famille des extraterrestres évolués, qui eux-mêmes, à leur tour, évoluaient vers des formes d’existence encore plus abouties et immatérielles.

Ainsi, le cycle infini de l’évolution était-il garanti. Le but collectif initial de ces nombreuses races extraterrestres était de transformer des créatures matérielles et temporelles - les premiers hommes - en êtres libres, conscients et immatériels. Bref, passer de l’Avoir (matériaux) à l’Etre (consciences) ou encore de la vie sur Terre à la vie dans le Ciel.

Entre chaque incarnation, dans le monde spirituel, nos âmes étaient d’abord comme des fœtus à peine formés, progressant lentement de l’enfance vers la fin de l’adolescence, vers le statut d’individus libres, responsables et autonomes. Ce statut impliquait non seulement la fin du cycle d’incarnations, mais aussi un nouveau corps immortel, capable d’aller et de venir entre le monde matériel et le monde dit spirituel(espace-temps immatériel), là où se trouvaient nos créateurs et éducateurs, devenus de fait notre nouvelle famille, nos pères et mères cosmiques, eux-mêmes enfants de Dieu.

Mais, comme je le compris cette nuit-là, ce nouvel état cosmique, cet aboutissement de l’évolution, signifiait deux choses à la fois indispensables et cruelles, en tout cas selon la perception de notre mentalité terrestre.

La première était la mort désirée et inéluctable de notre corps physique avant de recevoir un corps lumineux et immortel de la part des extraterrestres créateurs. Bien sûr, le suicide était hors de question puisqu’il s’opposait à la foi en notre destin de transmutation naturelle et dans le tempérament éminemment bienveillant de nos créateurs et éducateurs.

La seconde était le caractère sélectif et conscient du processus de maturation de l’âme jusqu'à la fin du Grand Cycle d’incarnations.

Tous les êtres humains, du fait de leurs choix successifs au cours des centaines d’incarnations passées, ne s’étaient pas préparés avec autant d’assiduité à cette transformation finale. Beaucoup d’entre eux devaient retourner vers un nouveau Grand Cycle. Ils devaient en quelque sorte redoubler. Tel était le sens de la Fin des Temps. Telle était la signification du Jugement Dernier et de l’Apocalypse, c’est-à-dire de la Révélation. Les êtres humains se révéleraient à eux-mêmes, par leur courage, leur désir secret et leur détachement du monde physique, au moment du choix final de l’abandon définitif des valeurs terrestres.

C’est ainsi que je compris pourquoi nous attendions encore l’événement que la seconde porte de droite symbolisait. Nous devions non seulement accepter notre propre mort comme une étape inévitable et désirable, d’où cette situation périlleuse qui nous y conduisait et qui était prévue depuis si longtemps, mais nous devions aussi et surtout ressentir tout à la fois la joie immense de cette libération imminente des âmes, ainsi que la compassion infinie pour toutes celles et ceux qui s’emprisonnaient dans un nouveau cycle d’incarnations par peur, par ignorance ou par haine.

L’Humanité nouvelle devait apparaître, et nous, Eve et moi, étions appelés à lui ressembler pour mieux la rassembler au nom du Christ, notre grand Frère. Comment cette métamorphose devait-elle survenir ?

Au cours de ces quelques mois d’attente, et alors qu’Eve rendait visite à nos amis bleus pour quérir quelque nouvelle, elle les pria de bien vouloir modifier son corps physique au cours de l’expérience à venir. L’un d’eux lui demanda si elle préférait une modification sur son corps actuel ou son remplacement pur et simple. Elle choisit immédiatement la seconde solution. C’est alors qu’il lui montra deux corps sveltes et allongés sur deux tables côte à côte. Il lui indiqua qu’il s’agissait de nos deux futurs corps physiques. L’immortalité passait donc par un nouvel ADN qu’un pionnier du genre humain avait déjà reçu depuis fort longtemps : Jésus de Nazareth !

Qui était le Christ ? Avant toute chose, le Christ est un état, le qualificatif qu’un être humain peut et doit atteindre dans son évolution à grande échelle de temps. Cet état est la Conscience Christique. Cette conscience est la perception aboutie de l’unité entre la création et le Créateur. Toutes les religions en parlent en des termes différents, en particulier dans leur version mystique et ésotérique non accessible aux profanes. Cette perception est celle de l’âme qui ne ressent plus le besoin physique de s’incarner pour être car elle se sait non séparée des autres. C’est un passage obligé et unique pour l’homme terrestre vers l’Homme Cosmique.

Quel rôle important Jésus, ce Maître de sagesse, a-t-il accepté d’endosser il y a plus de deux mille ans ? Pour y répondre, il faut mettre l’histoire des religions en perspective.

Notre évolution religieuse connut plusieurs étapes importantes. Ces croyances successives décrivaient toutes sans exception notre lien avec les extraterrestres, en termes plus ou moins déifiés, plus ou moins contraints, voire serviles. Mais étions-nous les mêmes hommes et femmes, avec les qualités que nous nous connaissons aujourd’hui, pour juger des actes extraterrestres paternalistes à notre égard à ces différentes époques de l’histoire ? S’il y a eu évolution c’est bien parce que quelque chose devait changer : notre relation au Créateur, donc notre perception de nous-mêmes.

Il y eut tout d’abord la foi païenne montrant des extraterrestres sous la forme de forces, puis sous la forme de dieux aux caractères et missions divers autant que variés. Ce fut le cas pour les cultes du monde entier comme ceux des Sumériens, des Egyptiens, des Hindous, chez qui les dieux extraterrestres vivaient physiquement, même temporairement, au milieu des hommes. C’était l’aube de l’humanité…actuelle.

Puis, les extraterrestres disparurent du plan matériel. Les réminiscences de ces dieux - et demi-dieux issus d’unions entre dieux et humains - se retrouvèrent chez les Grecs et les Romains de l’Antiquité chez qui chaque dieu ou demi-dieu était affublé d’une généalogie, d’un caractère et d’une zone d’influence.

Apparurent aussi les prophètes et les pythies, ces contactés des temps anciens, qui parlaient naturellement des extraterrestres comme des dieux, décrivant, dans les termes déformés du langage et de la connaissance d’alors, les vaisseaux spatiaux et leurs occupants.

L’étape de Moise fut essentielle car elle introduisit, après Akhenaton, ce grand pharaon égyptien, la notion de Dieu unique. Mais Dieu – Yahvé - restait encore un individu capable de fléchir très directement le cours des événements humains, dans une attitude en apparence vengeresse (à cette époque, la force était la seule méthode démonstrative d’un pouvoir supérieur), comme dans les sept fléaux de l’Egypte, l’intervention d’un vaisseau extraterrestre dans l’épisode de la Mer Rouge, puis dans celui du buisson ardent et des Tables de la Loi.

La religion juive toute entière, à travers la foi en un salut du peuple élu, ce qu’il fut en effet (mais qui n’est plus le cas), est fondée sur le sauvetage sélectif et historique des israélites qui fuirent l’Egypte sous le commandement de Moise__, fuite qui fut protégée par les extraterrestres dans le seul but d’asseoir et de servir l’apprentissage de l’humanité à l’échelle de milliers d’années.

En effet, notez comment les extraterrestres s’y prenaient avec le genre humain pour l’acheminer vers l’étape suivante de son évolution. Il leur fallait user de ruse en introduisant dans son univers perceptif un facteur répulsif de la religion dominante, combiné à un facteur attractif vers la religion à naître. A chaque époque ses facteurs appropriés.

Dans le cas des israélites, les extraterrestres les avaient ouvertement aidés – ils noyèrent l’armée égyptienne dans la Mer Rouge qu’ils avaient ouverte puis fermée sur eux après que Moise et les siens l’aient traversé - dans le but unique d’en terminer avec la religion polythéiste des Egyptiens, véritable impasse pour l’autodétermination d’un peuple.

Ces derniers échouèrent en effet à accepter la lumière d’Aton, dieu solaire unique, que le grand pharaon Akhenaton enjoignit le peuple le plus puissant de la Terre, les Egyptiens, à adorer. Mais avec Moise, l’ère des dieux cessa. L’ère de Dieu naquit.

L’étape suivante fut celle de Jésus-Christ, un contacté exceptionnel, annoncé par les Ecritures judaïques, dont les extraterrestres modifièrent le corps vers l’âge de trente ans, et dont les pouvoirs magiques, bien réels, furent directement issus de sa collaboration avec des extraterrestres évolués.

Ils lui administrèrent une transformation physique pour montrer au monde son statut divin, c’est-à-dire son immortalité. Le caractère unique du Christ sur Terre, simple homme devenu égal des extraterrestres (assit à la droite du père) par le long travail d’éveil, de connaissance et de compassion qu’il entreprit pendant toutes ses incarnations, fut avant tout dû à la voie unique qu’il montrait en tant que Fils unique de Dieu sur Terre.

Après sa transformation physique lui permettant de se dématérialiser, son royaume fut celui de l’Esprit. Il devenait le guide des hommes vers cette même destinée immatérielle.

Mais l’expression fils unique de dieu signifiait alors fils unique d’un dieu parmi les dieux, ainsi qu’on appelait les extraterrestres depuis des milliers d’années. On disait fils unique de dieu comme on aurait dit fils unique de notaire. Jésus était unique car aucun autre exemple n’existait et n’avait existé sur Terre depuis le début de l’actuelle humanité.

Nous en sommes à la cinquième humanité sur cette planète. Au fond, Jésus devint Christ, l’unique chemin de l’homme vers sa finalité, grâce au père qui l’émancipa. Ce chemin fut celui d’un corps glorieux et immortel au prix de l’amour des autres.

La différence avec les demi-dieux qui virent le jour jusqu’alors est que ces derniers, s’ils étaient physiquement meilleurs grâce à leur parent divin (père ou mère), n’avaient jamais bénéficié de l’immortalité. Jésus, lui, devint l’égal du Père, c’est-à-dire de son père extraterrestre, capable d’incarnation à volonté, capable d’apparaître et de disparaître, d’où l’Ascension et la Résurrection que bien des chrétiens ont perdu de vue.

Comment aurait-il pu expliquer tout à la fois le respect d’autrui (forme d’introduction à la différence raciale intergalactique), la compassion, l’ADN et l’espace-temps fractal, entre autres choses, à des hommes à peine éduqués, fussent-ils Pontifes du Temple ?

Avant que notre humanité contemporaine ne connaisse la fin de son parcours d’ici quelques années, deux autres étapes fondamentales, deux autres religions mondiales devaient obligatoirement surgir : l’islam et la science !

Pour sortir l’humanité de son excès de déification de Jésus-Christ l’empêchant de s’émanciper, voire de l’imiter pour devenir elle-même divine et immortelle, le prophète et contacté Mahomet devait expliquer aux hommes que la notion de Dieu (Créateur de toute chose) ne devait pas être confondue avec celle de dieux (créateurs de l’homme) dans l’acception répandue aux temps anciens, à savoir celle des extraterrestres.

Cette glissade sémantique du terme Dieu vint de ce que le genre humain apprit aussi à regarder le monde à travers le prisme de son esprit d’analyse et des instruments de mesure. Ces outils devinrent de plus en plus nombreux au cours des derniers siècles.

Le rôle du grand Mahomet fut essentiel lorsqu’il enjoignit les hommes à ne pas représenter Dieu de manière figurative (bien que les Juifs les précédèrent en la matière, mais par trop exclusifs dans leur notion de peuple élu), montrant bien le caractère universel du vrai Dieu et faisant une rupture nette avec l’iconographie outrancière de l’orthodoxie chrétienne.

Mais en insistant sur la toute-puissance et l’omnipotence de Dieu en tant que Créateur de toute chose, ce qui était absolument indispensable pour unir les hommes et en terminer avec leurs querelles sectaires, [b]Mahomet introduisit un terrible biais dans la compréhension de la foi en Dieu, celui de la soumission absolue des musulmans.

En réalité, cette fausse erreur d’application des nouveaux préceptes introduits par les extraterrestres dans l’esprit de Mahomet, qui devint alors le plus grand prophète et contacté de son temps, fut rapidement fléchi par l’apparition d’un puissant courant de pensée voulut par les extraterrestres bienveillants : la rationalité scientifique.

Les nouveaux contactés que furent les premiers savants – beaucoup d’entre eux furent d’abord et d’ailleurs arabes - devenaient imperméables aux contacts directs avec les extraterrestres par les idées mêmes qu’ils leur transmettaient au moyen des songes (niveau spécifique d’espace-temps).

Mais surtout, et avant tout, ces contactés répandaient des notions fondamentales de libre pensée, d’introspection objective et de rébellion contre les pouvoirs politiques temporels, jusqu’alors associés aux pouvoirs religieux. Bref, ils parlaient d’émancipation !

Le balancier de l’histoire s’éloignait de la soumission au divin pour aller vers un autre extrême, celui du matérialisme outrancier que la science moderne allait rapidement sécrétait.

Parallèlement, les scientifiques, ces contactés révolutionnaires qui s’ignoraient, étaient devenus très nombreux. La connaissance pleuvait littéralement dans l’esprit humain, contrairement aux siècles passés où seuls quelques-uns étaient choisis par les extraterrestres pour leurs compétences.

En multipliant les hommes ayant accès à cette connaissance, les extraterrestres bienveillants produisaient aussi de l’autodétermination individuelle, bien que trop rare et ponctuelle.

Notez que les religions de l’extrême orient, l’hindouisme et le Bouddhisme, évoluèrent dans le même sens qu’en occident. L’hindouisme, plus ancien que le Bouddhisme, est clairement une histoire de lutte entre forces extraterrestres, d’asservissement et de liberté.

Quant au Bouddhisme, il prit plusieurs formes dont les plus influentes professent la vie après la mort et ses myriades de créatures immatérielles, dont les dragons, la plus proche représentation figurative des Reptiliens.

En moins de trois cent ans, la science libéra l’homme comme jamais dans son histoire. Elle lui fournit les moyens d’user de son esprit en produisant des outils et instruments de mesure vers plus de productivité et de confort, vers plus de santé et de loisirs, vers plus d’imagination et de rêve, devenant l’égal de Dieu à bien des égards, et chassant les inepties de nombreux dogmes religieux passéistes.

Mais l’esprit scientiste et dogmatique des scientifiques de ces cinquante dernières années, sous la pression de courants philosophiques nihiliste et positiviste, fit autant de mal à la connaissance vraie, à l’ésotérisme, que les religions n’en firent à la science avant le Siècles des Lumières.

Cet esprit scientiste a grandi de pair avec le contrôle d’un pouvoir central et profane. Même si l’idéal démocratique (despotisme du peuple) s’est épanoui dans le monde, c’est encore la force institutionnelle qui préside à la gouvernance des activités humaines.

C’est ainsi que le prochain stade évolutionnaire implique l’autodétermination individuelle, en opposition avec l’autodétermination des peuples que le nationalisme symbolise à travers les drapeaux nationaux.

Le pendant religieux de l’autodétermination individuelle est la recherche du Maître Intérieur, nouvelle religion (du latin religare : lien à Dieu) offerte par les extraterrestres évolués à notre assentiment.

Ainsi l’autorité publique est-elle condamnée à disparaître totalement de la surface de la Terre pour laisser place à une société harmonieuse fondée sur le respect authentique des individus entre eux, et vis-à-vis des êtres vivants, et régulés par leur seule force morale car n’ayant rien à envier ou à prendre d’autrui. Cela nécessitera des individus à la fois moralement évolués et aux pouvoirs accrus (télépathie, télékinésie, dématérialisation, etc.) faisant face à leurs besoins propres.

Le Citoyen, créature sociale obéissant aux lois des hommes, disparaîtra alors au profit du Maître Intérieur, créateur, libre de sa relation aux autres, collaborant par désir et non par contrainte.

Pour que ces deux conditions apparaissent - moralité et pouvoirs individuels - la Terre et la société humaine connaîtront des transformations colossales que chacun pourra évaluer à l’aune de son imagination. L’aube d’une nouvelle l’humanité (ce qui implique la fin de celle-ci) est de nouveau à nos portes. Mais avant que le soleil ne se lève, la nuit doit prendre fin.

Le travail des incarnations successives a porté ses fruits. Les hommes ont grandi à l’intérieur tandis que les contenus religieux se succédaient vers plus de liberté et d’immortalité, vers plus de connaissance et de compréhension, vers plus de respect et d’amour d’autrui.

Vous pensez peut-être que les hommes n’ont pas évolué en voyant tant de guerres et d’exactions sur votre petit écran, en constatant tant d’hypocrisies et de corruptions. Tous les hommes naissent égaux vous dit-on. La vérité est que, en ces temps de fin, la vieille humanité, sage et endurcie, rencontre la jeune humanité, violente et égoïste, pour mieux franchir le seuil de l’étape suivante, et s’affranchir des affaires de ce monde chancelant.

Ces deux humanités se sont mélangées ces derniers siècles pour que la première transmette à la seconde autant de savoirs et d’expériences que possible avant leur séparation.

Ainsi, si vous vous sentez concerne(e), et seulement si c’est vraiment le cas, le choix que vous devez faire est entre votre corps matériel et votre corps spirituel. Si vous n’avez aucune difficulté pour choisir, vous saurez alors à laquelle des deux humanités vous appartenez.

Ce que vous devez désormais défendre est à l’intérieur. Pensez à ce que vous êtes devenu, à ce que vous êtes à jamais. Si votre voisin, votre famille ou vos relations ne le comprennent pas, c’est leurs efforts sur eux-mêmes, leur chemin de vie, leur destin, pas les vôtres. C’est d’ailleurs le sens même de la Justice Divine, c’est-à-dire de la justice de la réincarnation et de son achèvement.

Vous pourrez plus facilement aider ceux que vous aimez depuis là-haut. Ils penseront que vos idées lumineuses, vos pensées d’amour, transmises par télépathie, viennent d’eux-mêmes. En revanche, en restant dans ce monde matériel, si vous partagez vos expériences, ils continueront à croire que vous tentez de les endoctriner.

Les gens confondent l’égalité des hommes avec leur niveau de connaissance et de spiritualité. Ils confondent l’évolution à l’échelle d’une vie humaine et l’évolution à l’échelle de l’immortalité cosmique.

Dans cette analyse des religions, les extraterrestres nous ont appris que tout est prétexte à évolution, y compris et surtout ce qui est sacré (les plus hautes valeurs d’un être). On saisit désormais la dynamique des religions humaines qu’un regard panoramique sur l’histoire à grande échelle permet d’embrasser.

Ce long travail itératif des extraterrestres sur notre évolution transforma lentement notre attitude servile à un maître divin en un comportement libre à l’égard des autorités. Ce travail alchimique, ce Grand Œuvre du Temps, permet ainsi à notre conscience et notre créativité de naître collectivement et définitivement dans le monde immatériel.

A l’égal des Pères et Mères extraterrestres, créant et éduquant leurs progénitures depuis des temps immémoriaux, une minorité d’entre nous accédera au statut divin pour enfanter de nouveau une nouvelle humanité. Ce Grand Cycle des races en évolution existe ainsi depuis l’éternité, à l’image de la vie humaine terrestre où l’enfant devient parent à son tour. La guerre entre races extraterrestres est seulement celle de l’éducation à transmettre. Quel genre de parent souhaitez-vous devenir ? La réponse à cette question conditionnera votre destin à court terme.

L’acte final est donc celui de la Fin des Temps où l’Homo Spiritualis apparaîtra, ainsi que nous le démontrons en avant-garde par les pouvoirs que nos amis nous ont transmis. On voit ainsi que les religions, loin de s’exclure mutuellement par le jeu des dogmes séculaires, se complètent et s’interpénètrent plus profondément qu’aucun homme n’avait pu l’imaginer.

De la soumission à la liberté, tel fut le chemin des élèves assidus à l’apprentissage spirituel de ces derniers milliers d’années.

Fraternellement,

Eric Julien.

par eric julien