Il peut être difficile de croire que notre vie va vraiment bien peu importe ce qu’il en semble. Peut-être avons-nous trop de souvenirs de choses qui se sont terriblement mal passées autrefois, pour nous permettre de croire que cela n’arrivera vraiment plus. Mais, de notre point de vue nouvelle énergie, de ce lieu qui nous permet de voir combien toutes nos vies (celle-ci incluse), nous ont apporté ce moment d’illumination vraie, peut-être pouvons-nous enfin nous permettre de voir combien rien ne va jamais mal, combien la vie a toujours été dans la perfection. Les trahisons, les blessures, les cicatrices – ont toutes été des expériences choisies par notre être total pour enrichir notre âme, tout comme les épices enrichissent notre repas.

Si vous êtes si concentré sur un seul grain de poivre dans votre soupe, cela peut faire mal à vos lèvres et pleurer vos yeux. Mais, parce que votre perception du goût est plus vaste que cela, vous pouvez goûter toutes les saveurs de la soupe, et vous accueillez le poivre « douloureux » ainsi que tout le reste. Dans votre expansion et votre unité vous pouvez goûter la perfection. De même la Nouvelle Énergie est expansive. Elle peut ouvrir vos perceptions au-delà de ce à quoi elles sont habituées, et expanser votre connaissance et votre sagesse, si vous le permettez. Cette expansion est ce qui vous permet de « goûter » l’absolue perfection de chaque instant.

Nous nous sommes dit dans les Shouds que la Nouvelle Énergie est la fin de la dualité. Nous saisissons donc plus ou moins le concept de la fusion de nos énergies masculine et féminine ; nous travaillons à relâcher l’attraction/répulsion du drame, nous apprenons à embrasser notre obscurité, etc. Mais, sommes-nous vraiment prêt à laisser tomber complètement l’idée que les choses peuvent « aller mal », et implicitement faire confiance à comment la vie se déploie ? Pouvons-nous laisser aller le concept de « ceci est bon, mais cela ne l’est pas », même quand cela nous concerne personnellement ? Si nous croyons vraiment à la fin de la dualité, cela signifie la fin de juger si quelqu’un a fait un choix correct ou faux ; d’étiqueter nos expériences comme bonne ou mauvaise ; d’appeler une décision prise dans le domaine des affaires juste ou erronée.

Sommes nous prêts à appliquer ce que nous disons, et à réaliser que tout cela est notre grande création, se déployant dans une perfection absolue ? Certains jours nous goûtons le poivre, d’autres jours nous goûtons le miel. Sommes-nous enfin prêts à ouvrir grand et à savourer la soupe entière de la vie ? Je sais, de par une expérience très récente et très personnelle, qu’il peut être facile de l’oublier quand cela passe du « concept » à la « vie réelle ». Il est très facile de décréter que « ceci est bien et que ceci est mal », quand cela nous pète au visage.

Mais, en tant que Standards de la Nouvelle Énergie, sommes-nous prêts à dire que tout est parfait ? Que chaque épice de la vie, peu importe qu’elle soit amère ou douce, ajoute à notre unité innée ? Cette connaissance est ce qui nous bénit avec les couleurs radieuses du Maître incarné sur la Terre.

Dans un sens, on pourrait dire que les anges, qui n’ont jamais été incarné sur terre, sont comme l’eau pure – claire mais sans texture, ni couleur, ni goût. C’est seulement en passant par toute la gamme de l’expérience humaine que nous créons cette délicieuse et extravagante « soupe » du Maître. Pouvons-nous aller au delà d’essayer d’enlever les « impuretés » à partir de notre expérience de la soupe, et plutôt, de nous en régaler enfin tous ensemble ? La prochaine fois que la tristesse, la frustration, la colère ou le désespoir viendra sonner, ouvrirez-vous grand et laisserez-vous entrer ?

La prochaine fois que quelque chose ira mal, vous souviendrez-vous qu’il n’y a vraiment rien à réparer ?

Pouvez-vous choisir une telle confiance que vous expérimenterez enfin ce que signifie qu’il n’y a aucune erreur ?

Quand vous ressentez de la tristesse dans ces changements inévitables en vous et autour de vous, pouvez-vous bénir la tristesse et l’apporter à la maison, au lieu de vous inquiéter du fait que les choses vont mal ? Le « trouble » d’aujourd’hui est votre épice du jour, et la « soupe » de demain sera plus délicieuse encore grâce à cela.

Quand nous allons bel et bien au delà de la dualité, on se retrouve avec rien d’autre que la création, l’expression et l’expansion. Pouvez-vous croire que c’est suffisant ?

Parfois mon cœur souffre de douleur et de frustration, parfois il éclate de joie et de paix, et je peux ressentir la même chose dans les coeurs de Shaumbra du monde entier. Mais, alors que nous nous expansons au delà de la dualité, nous trouverons une toute nouvelle et délicieuse façon de vivre et d’être en vie.

Jean Tinder

Source : Newsletter du Cercle Cramoisi - avril 2009 - Traduction Merlina

source: medidetente.free.fr

Publié par vanille