Sur les côtes du Bangladesh, environ 500.000 personnes se sont réfugiées dans des abris temporaires pour échapper à des vagues de plusieurs mètres. Des pluies torrentielles ont fait monter le niveau des eaux et plusieurs digues ont cédé dans le delta des Sundarbans, une région très peuplée du Bengale-Occidental.

RÉCOLTES DÉTRUITES

Au Bangladesh, la zone la plus touchée est le secteur de Satkhira, près du port de Mongla, où un responsable local a déclaré que 31 corps avaient été retrouvés dans un seul village.

"La situation ici est alarmante", a déclaré à Reuters le sous-préfet de Satkhira, Mohammad Abdus Samad, joint par téléphone.

Aila a balayé de nombreuses zones déjà sinistrées par le cyclone Sidr qui avait fait 3.500 morts et au moins un million de sans-abri au Bangladesh en 2007.

Les autorités bangladaises ont déclaré qu'au moins 100 personnes étaient portées disparues après le cyclone de lundi.

De nombreux paysans ont perdu tout le riz qu'ils se préparaient à récolter.

L'armée et les garde-côtes prêtaient main forte mardi aux secouristes et volontaires pour retrouver les personnes disparues et secourir celles prises au piège dans des centaines de villages inondés, ont déclaré des témoins.

Au Bengale-Occidentale, l'armée indienne et les secouristes ont commencé à fournir une aide humanitaire au plus de 400.000 sinistrés de la région des Sundarbans.

Anis Ahmed avec Serajul Islam Quadir, Ruma Paul et Nizam Ahmed à Dacca, Sujoy Dhar à Calcutta et Jatindra Dash à Bhubaneswar, version française Mathilde Gardin et Nicole Dupont


“Le tableau est extrêmement sombre. Tous ces gens sont sans abri puisque leurs maisons ont été détruites. Nous avons perdu au moins 50 000 maisons de pisé et en bambou“

Un puissant cyclone, baptisé Aila, a dévasté hier (lundi 25 mai) les côtes Sud du Bangladesh et l’Est de l’Inde. Les responsables des deux pays annoncent 60 morts et plus d’un demi-million de sinistrés. Et le bilan pourrait encore s’alourdir.

Des vents à 100 km/h, des pluies torrentiels, des vagues de quatre mètres de hauteur, et un raz-de-marée : le littoral méridional du Bangladesh a souffert. Aila a touché la bande côtière entre le département bangladais de Khulna et l’île indienne de Sagar, dans l’Etat du Bengale occidental. Résultat : au moins 25 tués. Il s’agirait pour la plupart d’enfants qui sont morts noyés. La tempête a fait également 430 000 sinistrés, pris en charge par l’armée et les secouristes civiles (distribution de vivre, d’eau potable et d’abris d’urgence).

Le ministre chargé de la Gestion des catastrophes, Abdur Razzak, est de plus très inquiet pour les habitants d’un chapelet d’îles du golfe du Bengale totalement coupés du monde. Il craint ainsi une hausse du nombre de victimes. « Le tableau est extrêmement sombre. Tous ces gens sont sans abri puisque leurs maisons ont été détruites. Nous avons perdu au moins 50 000 maisons de pisé et en bambou », a constaté le chef du département côtier de Khulna, Atiur Rahman (AFP).

Calcutta également durement touchée

La capitale de l’Etat indien du Bengale occidental et ses alentours ont aussi été frappés par l’ouragan. Et dans la mégalopole qui compte plus de 15 millions d’habitants, le bilan est lourd : 35 morts, principalement causées par des chutes d’arbres ou de pylônes électriques sur les maisons et voitures, 100 000 sinistrés, et une centaine de communes environnantes sous les eaux.

Pour en revenir au Bangladesh, il faut préciser qu’il s’agit du deuxième cyclone de la saison : à la mi-avril, la tempête Bijli s’était déjà abattue sur le pays, ne provoquant cette fois aucune victime. Un demi-million de personnes avaient alors pu être évacuées ou sauvées à temps, grâce à un système d’alerte anti-cyclonique efficace et de nombreux abris.

L’Etat asiatique, dont une grande partie du territoire est situé juste au niveau de la mer, est en effet habitué aux catastrophes naturelles de ce type : le 15 novembre 2007, le cyclone Sidr avait fait 3300 morts, 800 disparus, 8,7 millions de sinistrés et 1,5 milliards de dollars de dégâts. En 1991, un raz-de-marée avait tué 138 000 personnes. Et en 1970, 500 000 Bangalis périrent sous un violent typhon.

developpementdurable.com

source: fr.news.yahoo.com

Publié par altaïr