Il y a cette sémantique répétitive comme un blabla qui résonne sonore et ne veut rien dire. Plus c'est compliqué et moins ça veut dire car ça réitère les sons mais cela perd le sens. Cela est un exemple de ce discours canalisé qui se stylise dans l'égo du canal. Understand ? Now ce qui se passe ne défraie pas la chronique. Car ce n'est jamais dans les mots ni les termes. C'est une musique qui fait vibrer vos cellules. C'est un poème exact qui vous déroute, et vous place dans l'inconnu. Ce que vous sentez précisément en tant que température. Un degré de plus, un de moins. Une capacité dévoilée à guérir les petites choses qui s'habillent en maladies par exemple. La perception soudaine et surprenante de l'aura des êtres qui vous entourent dans un supermarché. Ou n'importe quoi d'autre derrière le mental.

A force de lire sans créer absolument tout ce que vous pouvez imaginer, vous devenez la rayure du disque qui soliloque en commun. Combien de lignes vous faut-il pour vous apercevoir que cela ne dit rien ?

C'est un poème, et c'est vous qui devez le créer. Rien de plus.

par verbre