Le Code maya est une exploration en profondeur de la façon dont l’accélération du temps nous fait évoluer en êtres cosmiques : il appelle à la paix, à une profonde compassion et à une nouvelle compréhension de l’univers. Depuis les années 1980, j’ai fait des recherches sur le Calendrier maya, j’ai été éditeur de livres sur le sujet, et je crois fermement que le biologiste suédois Carl Johan Calleman nous a révélé la vraie signification du Calendrier dans son livre de 2004 The Mayan Calendar: Transformation of Consciousness. Appuyées par mes propres travaux toujours consacrés à soigner les individus et la planète, ses découvertes m’ont permis de réfléchir au véritable sens du temps et de l’évolution. Nous pouvons maintenant nous rendre compte que chaque cycle d’évolution a été guidé depuis plus de 16,4 milliards d’années, et, alors que cette somme de travail culmine, il est maintenant possible de lire dans la conscience planétaire les processus créatifs de la Terre. Le Calendrier maya expose véritablement comment tous les êtres humains sur Terre vont s’unir pour ne faire qu’un à mesure que la spirale du temps propulsera d’ici 2011, en quelques courtes années, notre espèce vers l’illumination.

D’après Calleman, le Calendrier est composé de neuf niveaux séquentiels de temps superposés les uns aux autres et qui se terminent tous simultanément en 2011. Chaque niveau, que nous qualifierons “d’Inframonde”, évolue vingt fois plus vite que le précédent, ce qui provoque une accélération de plus en plus rapide et progressive du temps et de l’évolution. Par exemple, nous avons commencé à nous développer plus vite il y a 102 000 ans quand les hominidés ont évolué en humains ; puis plus vite encore lorsque nous avons commencé à développer nos civilisations vers 3115 av. J-C (en un cycle de 5125 ans culminant en 2011) ; et toujours plus vite lorsque nous avons commencé à nous industrialiser en 1755 (en un cycle de 256 ans culminant également en 2011). Durant les 102 000 ans d’Eden, nous ne faisions qu’un avec la nature, et soudain l’industrialisation a changé nos sociétés et nous a littéralement divorcé de la nature. Pourtant il y a eu une autre accélération de plus après cela. Il y a quelques petites années, en 1999, l’Inframonde galactique s’est ouvert : ce cycle-là n’est que de 12,8 ans. Utilisant la nanoseconde comme unité de mesure, le temps s’est mis à s’écouler vingt fois plus vite pour la troisième fois de notre mémoire collective ! (Une autre accélération arrive, celle-là de 260 jours seulement, à partir de février 2011!)

Il est un fait que l’accélération du temps conduit l’évolution, qui va de plus en plus vite au cours de périodes de temps de plus en plus courtes; la plupart des gens ont perdu leurs repères. Alors que ces neuf phases vont culminer en 2011, la connaissance de la façon dont ces cycles influencent la réalité vous aidera à naviguer plus aisément dans cette réalité. Si vous ne connaissez pas ce facteur, vous êtes pris dans le tourbillon de l’histoire où tout est dualiste: chacun des côtés d’un dilemme reflète l’autre alors que les deux ratent l’unicité inhérente à toute chose. Comme la tornade qui emmena Dorothy à Oz, le tourbillon dans lequel nous sommes aujourd’hui est chargé de dilemmes non résolus; les vieilles énergies doivent être relâchée pour purger les cieux. Par exemple, le Moyen-orient est en pleine effervescence religieuse parce que 5125 années de thèmes politiques et religieux sont nés dans cette terre ancienne. Ils sont en train de se rejouer de nos jours en une brève période de 13 ans de 1999 à 2011. Les thèmes politiques et économiques de l’industrialisation se superposent en couches historiques, nous conduisant à nous demander si la plupart des gens seront des esclaves sans nom dans la Matrice tandis qu’un petit nombre de dominateurs fera fonctionner les programmes. Cinq millénaires de guerres et de conflits politiques résultent en ces événements contemporains que nous vivons.

Naturellement, les implications de la théorie de l’accélération du temps sont hautement controversées. L’hypothèse de Calleman a résulté en une âpre et distrayante bataille de recherche sur le sens réel du Calendrier maya et sur la date exacte de sa fin. En même temps, compte tenu des implications plus générales du Calendrier, j’ai choisi d’utiliser pour date de fin 2011/2012, sachant que quelle qu’en soit la date réelle, cette date toute proche signifie la fin de la quarantaine de la Terre dans l’Univers ! Nous avons été une espèce violente et grossière que l’on a empêché de contaminer l’univers, et pourtant l’accélération du temps suggère que nous sommes sur le point de le réintégrer. A travers les révélations que j’ai reçues en 1999, j’ai vu que seuls des êtres pacifiques et illuminés peuvent entrer dans l’univers. Aujourd’hui, sur Terre, nous en sommes encore à vivre la bataille de la fin des temps — de l’Apocalypse — mais les seuls gagnants seront ceux qui déposeront leurs armes. Une vraie gageure cosmique !

Bien sûr, la quarantaine de la Terre qui dure depuis des milliers d’années a causé d’horribles distorsions du comportement humain et du développement du karma. Alors que nous allons bientôt être admis dans la vie pacifique de l’univers, nous devons soigner ces distorsions en réalisant que des êtres plus évolués ont patiemment agi sur nos cultures pour nous soigner et nous faire évoluer. Par exemple, le Christ fut envoyé sur Terre il y a à peine 2000 ans pour apporter la lumière dans la nuit tourbillonnante de trois mille ans d’histoire au Moyen-orient. Son incarnation fut le premier pas d’une longue ascension vers l’amour et la paix, et le Code maya indique que nous sommes en train de découvrir une nouvelle image du Christ, particulièrement durant l’année 2007.

Visualisez le temps depuis 1999 comme la partie visible d’un énorme iceberg arctique en train de fondre sous le soleil. Sous la surface de l’eau sont les couches de l’industrialisation pendant 256 ans et, en dessous, celles de l’histoire durant 5125 ans. Pendant chaque année depuis 1999, des thèmes de ce passé sont en pleine résurgence dans les années actuelles ; ils y sont traités et disparaissent comme en fondant. Par exemple, d’année en année, la guerre en Irak nous soigne du monothéisme, du judaïsme, du christianisme, de l’islam et des croisades. Les puissances du monde reproduisent les même vieux schémas tout en cherchant de nouvelles manières de résoudre les différences et les erreurs du passé. De voir comment ces thèmes se déroulent jusqu’en 2011 vous aidera à vous rendre compte que nous arrivons rapidement à la fin de l’histoire et de l’industrialisation. La nouvelle évolution depuis 1999 nous impose de diriger nos propres fréquences émotionnelles au lieu de nous contenter de régurgiter nos anciennes dualités. Mystérieusement, les anciens Mayas avaient vu que nous en arriverions là actuellement.

Le Code maya explore tous ces thèmes centraux du temps. Le livre est généreusement illustré de tableaux et de dessins ; il vous montre comment trouver votre propre place dans le calendrier —votre signe de jour— et analyse les cycles astrologiques durant la fin du Calendrier. Vous y trouverez également les recherches de divers érudits du Calendrier maya, de cosmologues et de philosophes tels que José Argüelles, John Major Jenkins, Paul A. LaViolette, et Ian Lawton. C’est une contribution majeure à la recherche sur le Calendrier et sur notre compréhension de la théorie de l’évolution. Vous pouvez en savoir plus sur son ouvrage en cliquant ici : editions-alphee.com]]

Source : editions-alphee.com


Le Code Maya

Barbara Hand Clow

Grâce au décodage méticuleux du Calendrier des Mayas, Barbara Hand Clow nous livre ici, avec toute leur sagesse, une compréhension essentielle des temps que nous vivons. Utilisant les travaux du biologiste Carl Calleman et d’autres chercheurs, elle nous démontre que les cycles de notre évolution décrits par le Calendrier correspondent à d’importantes périodes inscrites dans les banques de données de notre planète et de notre galaxie, la Voie lactée. Ces stades d’évolution s’accélèrent et culminent en 2012, durant la dernière période du Calendrier maya, un cycle majeur qui a débuté en 1999 au moment de l’alignement avec le Centre galactique.

Laissons-nous porter par le tourbillon inspiré de sa pensée foisonnante et de sa grande expérience des voyages shamaniques. Le temps n’est pas linéaire ; le monde n’est pas plat et matérialiste ; il est à niveaux multiples, imbriqués, profonds et connaissables. Nous sommes à l’aube d’un bond critique de l’évolution, et les événements que nous devons traverser durant les quelques courtes années à venir mettent en évidence une contraction de la spirale du temps que nous vivrons comme l’ultime accélération.

Barbara Hand Clow nous incite à tirer le meilleur parti de l’énergie hautement spirituelle qui submerge la Terre, à entrer en nous-mêmes pour ressentir intimement le sens de cette accélération. Notre propre guérison est le principal facteur pour réaliser ce saut dans l’évolution humaine. Le Code maya est une passerelle vers la sagesse galactique qui favorise le développement individuel, nous incite à transmuer nos blocages émotionnels, à clarifier nos esprits et à découvrir nos âmes.

Ainsi chacun participera pleinement à l’éveil de la conscience planétaire.

Source : editions-alphee.com

par le code maya