Ainsi est la vie. Une grande rivière qui contiendra aussi ses lacs et ses rapides, sur lesquels la vie, quelle qu’elle soit, sera parfois facilitée et à d’autres moments, beaucoup plus difficile.

Alors que nous descendons cette rivière à l’aveuglette, livrant au hasard la marche de nos efforts, posséder une carte géographique de cette rivière serait manifestement un atout considérable. Puisque notre société de l’ouest transforme notre vie en compétition perpétuelle, il est facile de comprendre l’avantage ou le désavantage que peut représenter la possession exclusive d’une telle carte géographique dans la réalisation d’une vie, de l’enfance à la mort.

Sommairement, c’est ce qu’est l’astrologie chaldéenne. Pas l’astrologie de cirque que l’on retrouve dans la chronique du journal, mais quelque chose de beaucoup plus fondamentale, possédant une explication beaucoup plus rationnelle que celle de la volute mystique de l’illuminé à grande robe.

Une carte géographique permettant de connaître à l’avance tous les accidents de la rivière.

C’est précisément ce que signifie cette « illumination ». Une carte, une intuition décuplée.

Savoir ancestral : Dieu

La mécanique est assez simple.

« Ce qui se passe en haut, se passe aussi en bas » disaient les anciens.

Si nous changeons pour un instant notre référence astronomique et que nous plaçons la terre au centre du système solaire tel que le faisaient les anciens, l’ensemble des planètes, le soleil et la lune se mettront à tourner autour de la terre, passant sans arrêt devant tout l’horizon stellaire.

Où que nous soyons sur la Terre, l’ensemble des corps du système solaire et du reste de l’univers, défilera devant nous tous les 24 heures, puisque la terre complète un tour sur elle-même dans cette période.

L’ensemble de l’univers, les galaxies et les étoiles qu’elle contient, projettent sur notre système solaire, une luminosité qui bien qu’invisible, est d’une intensité similaire à celle qui est visible. Cette luminosité est très inégale et certaines étoiles, beaucoup plus puissantes que d’autres, éclaireront beaucoup plus fortement la sphère entourant notre système solaire. Les planètes du système solaire, le soleil, la lune passant à répétition, tous occulteront à chaque instant une portion de la sphère céleste, laissant une éclipse, une trace blanche dans le bronzage de la terre, occasionné par la ronde des planètes sur la lumière du céleste.

Seulement voilà, lorsqu’une planète circule autour de nous et qu’elle passe sur une région du système solaire, elle n’occulte pas cette lumière céleste, elle la magnifie, elle l’amplifie et l’additionne de ses propres caractéristiques, traçant sur l’enveloppe une fine bande qui au contraire du reste, reçoit beaucoup de cette luminosité. Cette luminosité n’arrête pas à la surface de la planète, mais la traverse de part en part, engageant dans le magma sous-jacent un mouvement singulier, possédant certaines des caractéristiques du rayonnement qui seront transmises à la terre autour et perdureront dans le temps.

Les Chaldéens

Les anciens croyaient que l’évolution ne se faisait pas de la même façon sur la surface de la planète. Que non seulement la vitesse de l’évolution n’était pas la même partout, mais que le processus évolutif serait différent d’un endroit à un autre et produirait en fin de ligne, des caractéristiques évolutives différentes et de qualité très variables.

La couleur d’un insecte ou celle du plumage d’un oiseau se modifierait de façon différente au fil du temps, non pas uniquement en réponse aux agressions et stimulus de l’environnement, mais en fonction de l’endroit où on se trouvait sur la planète. L’endroit physique était déterminant dans la conduite de l’évolution.

En fonction de ces endroits et en référence à une vitesse d’évolution globale, la vitesse à laquelle l’évolution se produit serait plus ou moins grande et les caractéristiques évolutives déterminées par ces endroits serait plus ou moins efficaces, complètes et adaptées entre elles. À la rigueur, certains endroits étaient si dépourvus de ces qualités, qu’elles n’étaient même pas en mesure de supporter la vie autrement qu’avec un support artificiel. Pour ces raisons, une terre de rocs comme l’était le nord de l’Angleterre était considérée comme une terre sous l’égide du Diable et abandonnée par Dieu. Il ne serait jamais venu à l’idée d’un individu raisonnable de s’établir à de tels endroits.

Au contraire, d’autres régions étaient reconnues comme possédant des qualités exceptionnelles, facilitant non seulement le développement de la vie, mais poussaient littéralement l’évolution de la vie qu’elle contenait, dans une direction offrant un meilleur potentiel de résultat qu’ailleurs. Tout comme si les caractéristiques intrinsèques de l’endroit, se voyaient prêtées à la vie qu’elle supportait. Alors que l’évolution pouvait se manifester de toute sorte de façon, elle se faisait d’une manière plus coordonnée et harmonieuse dans ces régions. Même l’homme pouvait en ressentir le bien-être, affichant un tempérament plus paisible et un raisonnement plus sage. Sa mémoire, sa capacité de concentration, son intuition s’en retrouvaient acérées et il devenait capable d’une plus grande anticipation, permettant la réalisation de buts, sur des portées beaucoup plus longues. Physiquement plus grand et plus souple, d’apparence plus séduisante et plus noble, un mot dont l’utilisation n’est pas anodine dans ce texte, il possédait une influence appréciée de ses pairs et devenait facilement un meilleur acteur de sa communauté.

µIls délimitèrent ainsi 7 tracés *, similaires à nos latitudes appelées climats et qui s’échelonnent du pôle Nord jusqu’à l’équateur, dont chacune possédait un indice décroissant des caractéristiques recherchées, au fur et à mesure qu’on s’éloignait du pôle. Sur chacune des bandes séparant ces tracés, seraient inscrits 10 nouveaux tracés sur lesquels serait attribué un nouvel indice à la qualité décroissante, au fur et à mesure que l’on s’éloignait des tracés d’origine et ainsi de suite, jusqu’à ce que l’hémisphère nord, seul jugé digne de posséder les qualités essentielles, en soit couvert.

  • Certaines cultures démontrent l’utilisation de 8 tracés à une même époque.

Fruit d’une science très ancienne transmise par l’intermédiaire des Chaldéens, les villes pourraient être établies aux endroits les plus propices aux développements de la vie et l’homme posséderait toujours un refuge en dépit des changements parfois violents de la planète. Bien que dépendante d’une autre coordonnée similaire à la longitude cette fois, toutes les villes des générations ayant existé depuis le début des temps jusqu’à -5000, le furent en fonction de ces marques, qui furent appelées marques de Dieu.

Système de coordonnés élaboré utilisé par les anciens marins de la planète avec l’avènement des cités états à travers la planète, l’homme ne peuplait que le meilleur.

Certains passèrent outre à cette règle et se mirent à créer des villes au-delà de l’hémisphère nord et deux climats supplémentaires furent ajoutés, passant de sept à neuf le nombre de tracés, avant que ne soit ajouté des villes plus au sud passant outre aux marques identifiées pour construire des quartiers populaires, le sang de la nation.

Au vu des anciennes représentations, la construction de la tour de Babel semble être une des premières réalisations de l’homme ayant nécessité la construction préalable d’un quartier ouvrier, tout comme on le ferait maintenant. Créatif et ingénieux, l’homme s’adaptait en dépit des difficultés. Il trouvait des façons de transporter à grand mal, un maigre aperçu de ce qui pouvait exister sur les marques de Dieu. Il trouva grâce aux plantes, des façons de compenser ces maux qui n’apparaissaient pas ailleurs. En dépit de tous les efforts, la vie n’y subsistait que difficilement et ce qui était vrai à tous les jours, devenait encore plus vrai au moment des grands changements, moment durant lequel peu survivait.

Une classe temporaire était née. Elle permettrait la mise sur pied d’une société d’exploitation dite moderne, dans laquelle l’exploité, tout comme la vache dans l’étable, serait cocu de la vie et le seul à ne pas savoir qu’il est exploité.

En effaçant ce qui dépassait de l’histoire ici et là, il devenait possible de recommencer à chaque génération d’hommes. Si les livres sont faciles à brûler et les monuments faciles à démolir, il en était tout autrement des villes qui en dépit des rafles sourdes du climat, trouvait toujours le moyen de se rafistoler grâce à quelques survivants. Monument sacré à la mémoire des ancêtres morts, personne n’acceptait une telle offense et quelques soit la provenance du marin qui atteindra ces côtes dans le futur, ses cartes continueront d’identifier les villes par les noms d'antan.

Fautes de pouvoir être effacée, il n’y avait plus qu’à harceler chaque occasion de changer le nom de la ville ou de le prononcer ou l’écrire différemment, quitte à acheter ce changement lorsqu’il était possible de le faire. Mais la réécriture de l’histoire dissimulant du regard la Chaldee et la Terre Sainte exigeait beaucoup plus.

Au début simple comptoir de traites, bientôt des « villes copies » utilisant le même nom de ville que l’originale ou un nom similaire déformé par le passage aux autres langues, étaient profusion et toujours installées à l’extérieur des marques de Dieu. Jerusalem et le Vatican en sont de beaux exemples. Le moyen orient, un désert de sable ensablé et même l’Orient aux maigres ressources, devinrent bientôt le futur cadre d’une histoire orchestrée de toutes pièces par le Saint-Empire, une histoire qui s’était pourtant déroulée à des milliers de kilomètres de là, l’Histoire Sainte.

Profitant des passages climatiques intenses, les cartes étaient changées, prétextant un changement de la position du ciel rendant impossible la précédente localisation, changement qui de surcroît pouvait être facilement prouvé par tout marin, en constatant que des nouveaux murs de glace infranchissables était présents et que les villes s’étaient déplacées et se retrouvaient maintenant à l’extérieur des marques de Dieu, une folle hérésie pour tout homme de l’époque.

Une deuxième raison empêchait la destruction de ces villes localisées sur les marques de Dieu, la protection divine. L’harmonie évolutive décrite précédemment ne se produisait pas sans raison. Ces endroits, étaient considérés comme étant sous la protection des dieux et toute vie y ayant pris racine se voyait sous le parapluie de la protection divine, qui possédait un châtiment implacable pour toute fourberie envers les siens.

Cette protection, possède un lien étroit avec une supervision plus constante des forces divines, ayant mené à des cultes comme l’oeil de Dieu.

Oeil qui incidemment, possédait une vision déficiente dès que l’on s’éloignait de ces marques.

En dépit du fait que les noms ont parfois glissé au fil des traductions et des différents langages, ces toutes premières villes de l’histoire ancienne, celles mêmes qui furent au coeur des plus anciens documents de notre histoire, comme la Bible ou le Nouveau Testament, existent encore pour beaucoup. Elles sont très faciles à reconnaître puisqu’elles se situent sur les marques de Dieu et la plupart se retrouvent en Terre Sainte. Ici au Québec et en Amérique du Nord.

Encore aujourd’hui, et justement par le fait que des objectifs de construction de nouvelles villes soient à des fins d’exploitations, toutes les villes sont localisées en fonction de ce savoir, mais utilisant des cibles excluant ces marques avec soin.

Si les marques sont celles de Dieu, la mesure permettant de les retrouver est le « Pied du Roi », faisant littéralement référence à cette étroite partie de terre possédant les plus hauts attributs et tiers partie du yard, la verge.

Sommairement, chaque tranche de 1000 yards en latitude (direction nord-sud), possède tout l’éventail des indices de qualité de vie possible. Ainsi sur une terre de 1000 yards, les premiers mètres seront les plus désirables pour y vivre et élever une famille. Vient ensuite un secteur de moindre qualité autrefois utilisé pour le bétail, suivi d’un endroit de qualité médiocre utilisé pour la culture, etc.

Cette loi est invariable quelque soit la latitude. Ainsi, qu’importe l’endroit ou l’on regarde sur la planète, toutes les tranches de 1000 yards exprimeront exactement les mêmes variations de l’indice de qualité de vie. Fractale puissance 10, chaque dix milles, cent milles, et millions de yards exprimeront aussi exactement les mêmes variations de l’indice de qualité de vie, conférant à chaque zone interne de 1000 yards une intensité unique, moyenne de l’ensemble des résultats à toutes les échelles.

L’endroit le meilleur de cette terre est au zéro, alors que celui le plus mauvais se situe entre le yard 600 et 700 des 1000 yards, culminant au yard 666.

Ainsi où que l’on soit sur la planète, les plus mauvaises régions de vie, celles qui seront le plus affectées par l’ensemble des évènements extrêmes dans les domaines mentionnés plus haut, seront celles comportant la quantité de 6 la plus élevée. 6,666,666 yards. À l’inverse, celles les meilleures comporteront la quantité de zéro la plus élevée, soit de 1,000,000 à 7,000,000 de yards, puisque le zéro nous est interdit par la glace du pôle.

Le yard 666 de chacune de ces terres de 1000 verges, n’est pas habilité à supporter de vie autrement que par artifice. En exemple, jusqu’à l’intervention de César pour y construire une société d’artifice, la partie médiane de l’Angleterre, était réputée pour être une terre du diable, par conséquent aride et rocailleuse. Dans les villes nord-américaines, ces zones furent essentiellement réservées à la communauté ouvrière, mal rendu nécessaire par la mise en place de la société technologique.

Comme une coordonnée ne peut-être exprimée par une seule dimension, nous avons besoin d’une seconde coordonnée pour exprimer la valeur réelle de l’endroit. Cette première coordonnée appelée climat, indiquait la trace de diffraction occasionnée par le passage des planètes, alors que la seconde déterminera l’arrière-plan.

Comme nous l’avons déjà mentionné, de toutes les planètes passant devant l’arrière-plan stellaire, le soleil est la plus importante. Nous désirons maintenant savoir lorsque le soleil passe au zénith de l’endroit où l’on se trouve, quel sera l’arrière-plan du soleil, pour connaître les caractéristiques singulières de cet arrière-plan et donc de cette longitude.

La somme de ces deux coordonnées indiquera donc la puissance et la fréquence de l’énergie transmise, ainsi que ses caractéristiques propres.

Pour déterminer l’arrière-plan, il s’agit de positionner le soleil au zénith de l’endroit à analyser, dans n’importe quel logiciel d’astronomie. Cet endroit deviendra une référence annuelle puisque le soleil passe une fois par an à cet endroit. Pour les mêmes raisons, il deviendra une référence mensuelle puisque la lune se retrouve aussi à ce zénith une fois par mois, de même pour l’ensemble des planètes du système solaire qui passera tour à tour au dessus de cet endroit, avec une périodicité qui leur est propre, allant jusqu’à 1000 ans pour Pluton ou Hades, appelé aussi la journée de Bramah.

Faire les choses avec méthode implique que l’on passe outre aux changements effectués dans la notation du système solaire depuis l’avènement de la nouvelle science réduite, celle qui n’avait aucunement l’objectif de raccorder l’ancien et le présent, bien au contraire.

Alors que le point le plus important de l’univers était la position de Dieu, l’Alpha et l’Oméga, le zéro, l’Autel,un point précis du ciel situé entre le scorpion et le sagittaire, cet endroit si important est devenu RA 18h, 15m dans la nouvelle astronomie.

Ainsi, chaque longitude enferme un groupe de terres et d’individus qui tous posséderont des caractéristiques propres et appareillées au signe du zodiaque lui faisant face. Les planètes circulant autour faisant office de lentille, cette représentation sera inversée faisant apparaître sur l’hémisphère nord tout ce qui est en bas de l’horizon galactique et vice et versa.

Comme chaque constellation contient en son sein une ou des étoiles d’importance offrant une luminosité nettement plus puissante et aussi plus caractérisée que les autres, la quasi-totalité des grandes villes qui existaient avant l’époque moderne, furent crées précisément sur ces marques.

Marqués par la position du centre Galactique, la constellation de l’Autel ou l’oeil de Dieu furent identifiés sur ces marques à de nombreuses reprises au cours de l’histoire.

Tout comme le village d’Abraham qui existe encore à l’île du Prince Edward, les anciens akkadiens, la communauté acadienne d’aujourd’hui, dont la société fut décrite dans le livre « Utopia », était installée au Cap Breton en Nouvelle Écosse, au coeur de la marque de Dieu, cette même marque qui fut utilisée comme référence maritime jusqu’à la conquête d’Alexandre.

C’est il y a 1000 ans, approximativement en 1070 de notre calendrier qu’un groupe d’individus décidèrent de lutter contre le voile de censure qui étouffait ce savoir. Appelés « saint » par la suite, un terme qui n’avait alors aucune valeur mystique et signifiait « incorruptible » dans l’ancien français. Ils réaffirmèrent la position et la marque de Dieu sur une île de l’estuaire du Saint-Laurent qui porte encore le nom de l’un des auteurs aujourd’hui, l’île Saint-Paul, la nouvelle référence maritime de l’époque.

Lorsque vient le temps de déterminer l’importance des marques, il faut savoir ce qui suit.

Dans les cercles de noblesse, ceux qui sont prêt à tout pour posséder la destinée des hommes, ceux qui ont caché tout ceci pour en être les seuls à en bénéficier, ces deux axes sont extrêmement importants. Important parce que porteurs de bénéfices inestimables pour ceux qui savaient le moment et la méthode.

Personnifié par le savoir populaire, Dieu n’avait rien d’un guichet ou un distributeur, mais une puissance intelligente et omnisciente, possédant une oreille attentive à ses enfants, nous. Capable d’interagir avec la situation parfois même sur le champ, le jugement de Dieu était réputé sans appel et pouvait être foudroyant. Omniscient et universel, il agira toujours en fonction des meilleurs intérêts du tout, sa progéniture, et en fonction d’impératifs fondamentaux, la diversité et la qualité.

Mais « tout » ne signifie pas tout.

Uniquement ce qui se trouve sous son regard. Ses marques.

À ceux-ci, il remet en place les guides de ce corridor appelé intuition. Dieu est à l’intérieur. Il apparaît en nous, ainsi que dans chaque forme de vie, tout ce qui bouge de façon coordonnée.

À ceux-ci, il apportera sa protection et prêtera un tuteur à une évolution parfaite. Il apportera tout son support à la réalisation de leurs plans.

Un illustre inconnu féru de musique se voit tout d’un coup investi d’une fibre créatrice et compose des mélodies qui demeureront durant des siècles. Dans les anciennes cultures, une telle capacité créatrice n’avait rien à voir avec le hasard ou la génétique, mais était dite d’inspiration divine. Induction.

Mais il fallait se rendre à l’évidence, Dieu est myope.

Il ne voit pas clairement tout ce qui se passe à l’extérieur de ses marques et ne peut donc apporter sa guidance. Pire encore, à certains moments il ne voit rien du tout et c’est durant ces périodes que sont commises les pires exactions et les pires abominations de l’humanité.

Ils ont une trouille infernale de son courroux ou des conséquences de sa puissance et ils n’agiront jamais lorsqu’il regarde. Bien au contraire. Ils s’assurent de foutre plusieurs pieds au cul lorsque le bonhomme ne regarde pas, mais si bien orchestré, que les autres explosent au moment même ou le bonhomme se tourne.

Cette défaveur divine qui résultera d’une vengeance des autres, est un atout vénéré de leur stratagème et l’ensemble de leur calendrier de crapuleries, de guerres, de guerres économiques, génocides, d’exploitation, est orchestré autour de cet impératif.

C’est ainsi qu’ils bernent Dieu pour s’attirer des faveurs divines, atout capital dans l’atteinte de leur objectif, leur dominion exclusif sur le monde.

Caravaggio était un peintre de grand talent, venu au monde dans une période de croisée climatique similaire à la nôtre, cette hérésie dont il ne fallait pas parler.

C’est en 1600 qu’il peignit cette cène magnifique et vivante, dans laquelle le Salvator Mundi ou le Christ de l’époque, a tout d’un homme ordinaire qui explique à son entourage avec force mimique. C’est en 1606, 4 ans avant sa mort qu’il livra un profond témoignage de la situation prenant place, en peignant cette seconde cène. Grâce à ces quelques coups de pinceau enjambant le temps, il réussissait à nous glisser un message dans la bouteille en dépit de la constante oppression qui régnait. Outil de domination imprenable, le savoir n’était pas pour le petit peuple. Ces périodes de grands tourments, étaient aussi celles de tous les excès puisque rien n’était plus facile que de se débarrasser des « éléments subversifs ». 400 ans plus tard, l’histoire fut tronquée aux « nobles » romains, la religion est devenue quelque chose de personnel, la mythologie est devenue un recueil de légendes urbaines de l’histoire, l’astrologie est devenue un objet de cirque, la science est devenue la seule vérité et les scientifiques les seuls à la dire, les médias sont d’indispensables informateurs, l’anglais est la grosse affaire, l’économie la seule règle, le crime n’est plus moral mais légal, la démocratie est le rêve achevé, la guerre sert à protéger les autres contre eux-mêmes, les enfants ont besoin de pilules pour être endurés, les chrétiens sont devenus des catholiques, les prophètes des illuminés et Dieu, un refuge à cons.

Notre société et notre environnement se font sérieusement secouer. Ne nous leurrons pas, la première vague de ces changements est maintenant bel et bien engagée.

1600 n’était qu’une crise de second ordre. Pas 2008. À ce rythme, notre table ne sera pas différente de celle de Caravaggio avant la fin de la décennie.

Plan B? Il n’y a pas de plan B. Il n’y a qu’un plan A, et il en est à sa conclusion.

Bon on s’est fait avoir.

La venue du Christ était bien sur un évènement remarquable, mais pas aussi rare qu’on voudrait nous le faire croire. Tellement souvent en fait, que la datation « avant le christ » devient parfois un référentiel d’évènements et n’a plus rien à voir avec la date réelle. 200 ans BC peut aussi bien pouvoir dire il y a 2200 ans, comme 1200 ans.

Évènements à venir

Nous sommes particulièrement choyés au Québec. La planète ressentira ce rayonnement bien sûr, mais c’est toujours l’Est-du-Québec qui reçoit la phase optimale.

Et cette fois-ci, n’y manquera pas encore.

C’est le 27 novembre 2008 qu’un alignement Soleil-Mercure-Mars, quasi parfait sur la nébuleuse M80 de la constellation du Scorpion, une constellation puissante et l’animal représenté par le symbole lui prêtent des caractéristiques traîtres.

Au même moment, l’alignement Vénus-Jupiter se complétera à l’extrémité de la constellation du Sagittaire.

Les deux formations seront séparées par un angle d’une vingtaine de degrés de chaque côté du Centre Galactique ou la constellation de l’Autel, aussi appelé l’Oeil de Dieu. Elles seront traversées par la pleine lune entre le 27 novembre et le premier décembre, moment optimal.

C’est entre ce moment et la fin décembre que la Lune ouvrira cet « oeil » qui balaiera la planète et qui frappera directement le coeur du Québec.

Suivant le mythe d’Hécate la triple déesse, c’est à partir de ce moment que la Lune devrait démontrer à quelques reprises une apparence inusitée, une illusion d’optique occasionnée par la torsion du rayonnement lumineux réfléchie jusqu’à nous, l’oeil de Dieu.

Basel Suisse 1566. C’est en 1564 que s’est produite la dernière croix céleste de moyenne importance. La dernière apparition partielle d’Hécate quant à elle, s’est produite en décembre 1608 toujours au Québec

C’est entre ce moment et la fin décembre que prendra place la colonne de lumière, celle ayant donné lieu au mythe de la Colombe ou encore la venue de la « Grâce de Dieu », devenu par la suite « la venue du Christ », le christos céleste.

C’est une partie d’un tel évènement qui donna lieu en janvier 1998 au verglas de l’île de Montréal, le verglas de Québec en 1972, les inondations du Saguenay en 1996, le coup de chaleur reçu sur Paris en juillet 2003

La luminosité croissante qui frappera la planète en partant de la fin de novembre 2008 apportera au même moment un accroissement de cette énergie. Trois sursauts devraient en varier l’intensité. Un quatrième se produira à Noel, occasionnant des résultats sourds. Cette lumière s’éteindra en totalité durant trois jours avant de réapparaître et de disparaître à nouveau, un évènement qui fut commémoré dans les rites chrétiens et catholiques comme la mort et la résurrection du Christ.

Octobre 2008- octobre 2009

Généralités

Depuis 2 mois maintenant le pivot est changé, passant de l’or au fer. Le pivot de fer signifie que le soleil est coincé dans un étau entre Saturne dans le Lion, et Uranus dans le Poisson.

La rigidité qui en résulte, empêche le Soleil de son libre mouvement et le rend inapte à éponger tout ce qui frappe la planète Terre. Pour cette raison, les évènements qui se dérouleront seront plus importants qu’à l’accoutumée.

C’est à la fin de novembre que s’additionnera un lien complexe entre la constellation du Lion et celle du Verseau. Cet alignement reposera sur trois planètes importantes du système solaire Neptune, Jupiter et Saturne, qui se retrouve elle-même déjà en alignement avec le soleil et Uranus. C’est à la fin de mai 2009, que la terre sera ajoutée dans cet alignement direct avec Jupiter et Neptune, avant de repasser en septembre 2009 entre Uranus et Saturne.

Nous terminerons l’année 2009 coincée entre ces grosses planètes. Ce qui ajoutera à la puissance de l’ensemble et renforcera la symphonie.

L’ensemble formera un lien solide dans lequel la Terre ne sera qu’un jouet et donnera cours en partant de novembre 2008, à des évènements célestes inaccoutumés.

Saturne, Mars et Uranus, sont susceptibles de démontrer des modifications de leurs apparences en partant de novembre. Mais de tous, Jupiter est la planète qui démontrera le plus de changements.

Les perturbations qui affecteront Jupiter auront des conséquences visibles. L’oeil de Jupiter s’accroîtra jusqu’à recouvrir une partie importante de sa surface. L’assombrissement ne devrait pas être de longue durée et elle se transformera rapidement en une luminosité intense qui s’étendra jusqu’au début de janvier 2009. Cette luminosité sera visible dans le ciel, à la suite de celle du Soleil dans sa course.

Représentation maya

Elle sourcillera à 3 reprises avant de s’éteindre subitement à Noël pour 3 jours, au terme duquel, elle se rallumera, avant de redisparaître à nouveau au tournant de la nouvelle année. Le soleil lui-même devrait démontrer des variations importantes soit par l’intensité lumineuse ou par le spectre qui poussera dans le rouge et donnera l’impression d’une braise rougeoyante ou d’un voile brumeux intercalé dans la ligne de vue.

Quelles que soient les conséquences de ces évènements, ils apporteront des changements profonds dans notre société, à cause du climat de peur qui sera engendré et maintenu à dessin.

Mais les conséquences ne seront pas quelconques. Cette luminosité se produira suivant le passage de jupiter dans cette grande rivière d’éther provenant du centre galactique. Elle sera le témoin d’une autre luminosité qui sera beaucoup moins visible, mais très étonnante.

Son départ surtout occasionnera beaucoup de tourments. Cet éther si précieux au développement et à la coordination de la vie nous arrivera en quantité gigantesque avec cette lumière. Sa disparition subite de 3 jours qui devrait coïncider avec une baisse de la luminosité solaire, sera un trou vide d’éther qui ne laissera aucun doute sur son rôle de grand coordonnateur de la vie.

Maux de tête, silement d’oreilles,flash lumineux sont à prévoir. Dès que la violence se manifeste ou que la luminosité baisse, les dés seront jetés.

Ramener vos poussins au bercail. On placarde les fenêtres et les portes pour empêcher les échanges d’airs et la luminosité d’entrer. On condamne solidement les portes. On n’ouvre plus et on ne quitte plus la maison sous aucune considération, aucune considération, qu’importe l’urgence ou la nécessité.

Anticipez trois à dix jours d’isolement complet.

Tous auront peur et ce sera la panique.

Cet effet de surprise et de peur ne sera pas qu’une conséquence naturelle face à ces évènements.

Notre éducation sociale et la sempiternelle rengaine de la « fin du monde », furent orchestrées pour ajouter à ce résultat et ainsi assurer la plus mauvaise réaction humaine possible au moment des évènements. Il sera essentiel d’agir sagement, avec calme et pondération. Il sera temps de prodiguer beaucoup d’amour et d’affection et de prémunir les nôtres.

Pas de peur, pas de haine, pas de violence. Votre jugement sera faussé, aimez-vous et aimez les autres.

On vit dans le noir total ou à la chandelle seulement, dans une seule pièce. Multiples protections contre le froid, multiples moyens d’informations et de communications, repas frugaux sur un réchaud à l’alcool, de la lecture à profusion, des médicaments, de l’eau et de la nourriture en quantité appropriés.

L’absence d’éther empêchera la production de chaleur, ayez des alternatives comme la chaleur de masse.

Même sans conséquences immédiates, l’eau de l’aqueduc pourrait ne pas être bonne à la consommation.

Le froid de l’hiver débutera en lion à la fin octobre 2008. Il s’accroîtra d’un niveau en janvier 2009 et d’un autre niveau en mars, des étapes qui se caractériseront aussi par l’accroissement de précipitations. Ces précipitations et ce froid élevé ne relèveront pas tant l’indice annuel, incompétent à refléter la réalité, mais relèveront ceux d’avril, mai, juin et juillet, situés à un point clé de la culture pour l’ensemble des climats tempérés. C’est à l’automne 2009 qu’il sera possible de vraiment se rendre compte de l’état des cultures.

Ne sous-estimez pas ceci, les fermiers sud-africains et australiens rapportent que le comportement des insectes locustes est à changer et qu’ils se rassemblent maintenant de façon inhabituelle. Un tel changement pourrait être le présage de la venue des premières plaies qui devrait bientôt s’annoncer dans le calendrier et ajouter leurs poids sur le bol alimentaire mondial.

Des tremblements de terre de magnitude 7&UP apparaîtront en novembre et s’accroîtront jusqu’en décembre 2008, moment où nous devrions avoir droit à une solide séquence dans l’axe de la Thaïlande et le centre Amérique. Le positionnement des planètes sera optimal pour les tremblements de terre en 2009 et les périodes de mars et avril, ainsi qu’août et septembre se démarqueront.

« Le mal est apparu sous la forme d’un scorpion au visage d’un homme, beaucoup en mourrait. Bien que malades, ceux qui respectaient les édits de Dieu s’en sortaient. ». Ceci résumait à peu de chose près les écrits de Platon et de nombreux autres sur le sujet. Le scorpion et le visage sont la constellation du Scorpion et celle du Sagittaire. C’est au moment du passage des planètes dans cette région que la dépression éthérique transmise à la terre est la plus importante lorsqu’il y a alignement.

Nous sommes au coeur de cette dépression depuis un moment et pouvons en constater les effets. Les germes de la mangeuse de chair, de la listériose et des autres maladies ont toujours été présents. La différence est qu’ils trouvent aujourd’hui un terrain fertile à leurs développements. C’est la cause de l’émergence des grandes plagues qui surviennent à périodes régulières et des différents cycles de croissances qui affectent le développement de la végétation.

Émergeance de maladies et de problèmes de santé chronique dès le tournant de l’année. Mars, avril et mai seront particulièrement pénibles à cet effet et une étroite surveillance devra être apportée à l’alimentation et à l’habillement.

En plus de quelques soubresauts en 2008, la fin décembre et le début 2009 apporteront un lot beaucoup plus important de crime violent et de comportements humains et animaux irrationnels, du côté de l’Amérique.

L’économie déjà fortement affaiblie par les deux chocs précédents, attendra avec patience l’arrivée de la période tourmentée de la fin de décembre 2008 pour nous rajouter une couche supplémentaire. La dégringolade ne devrait plus cesser jusqu’à l’été ou peut-être l’automne 2009, moment où le système économique sera suffisamment affaibli pour mourir.

À un moment, les évènements populaires comme ceux de Montréal Nord, exacerbés par une intelligence policière inefficace et l’organisation-des-médias seront tels, qu’ils engageront à un mécanisme de protection d’urgence de l’état. Recours ultime d’un état qui se sent menacé à tort ou à raison, celui-ci se protégera contre la source de cette menace, ses citoyens.

Comme il s’est souvent produit dans l’histoire, l’urgence de réagir au chaos, l’embourbement de la justice et de la santé amèneront nécessairement une radicalisation des lois et de leurs applications.

Elle conduira à l’utilisation de méthodes de guerre, qui ont comme particularité d’être à même de créer leurs propres solutions sur mesure pour la résolution d’un problème. Loi martiale, état de dictature, état policier ou contrat à des firmes de mercenaires, qu’importe. Le résultat est le même. Il vise à éliminer tout ce qui n’obéit pas, particulièrement les jeunes mâles, car les femmes sont plus facilement mises à main et elles représentent les porteuses de leurs prochaines générations.

Les exactions seront généralisées et débuteront avec force et soudaineté en Amérique du Nord et centrale. Elles continueront d’être violentes dans les pays sous les longitudes comprises entre l’Europe de l’Est et le Japon. Dans tous les cas, les latitudes comprises entre le 22ième parallèle et le 31e parallèle, seront les plus affectées.

Voici donc les signes avant-coureurs qui devront être surveillés en partant de novembre 2008.

Changement d’apparence possible sur Mars, Saturne, Uranus.

Pour les cyclopes, ces férus d’astronomie, l’angle d’inclinaison de Saturne facilement repérable par ses anneaux pourrait varier assez radicalement et commencer à montrer une face inhabituelle de Saturne à cette période-ci de sa révolution.

À l’alignement Jupiter et Vénus de décembre, les deux planètes s’échaufferont. Elles démontreront des signes d’activités électriques importantes sous forme d’aurore boréale. Cette luminosité prendra de l’importance et elle deviendra visible à l’oeil nu, immédiatement après le coucher de soleil. Une activité invisible prendra aussi place à ce moment, alors qu’une formidable quantité d’énergie provenant du centre galactique sera acheminée jusqu’à Vénus, à travers Jupiter.

Vénus, dont le suffixe « US » indique sa polarisation inverse relative par la direction de sa rotation sur elle-même, développera une résonnance harmonique avec Jupiter induisant un effet de capacitance, un réservoir qui avalera une grande partie de cette énergie disponible en quantité limitée. Ce manque à gagner aura une incidence visible sur la luminosité solaire qui variera en conséquence.

Lorsque suffisamment d’énergie aura été accumulée dans le réservoir, Jupiter développera un effet Corona similaire à celle du Soleil, générant cette lumière.

La présence de cette activité dans le céleste devra être un signal d’avertissement que nous sommes à moins d’un mois d’évènements qui ne laisseront que peu de chance à ceux qui ne sont pas préparés.

Au cours des prochaines semaines prendra place la transition de la piscine de réflexion. Un moment de grande introspection qui sera difficile, mais nécessaire.

Il y aura des jours ou votre cerveau ne sera plus qu’une bête à la recherche d’une guerre à mener. Soudainement, vous découvrirez toutes les raisons du monde de vous emporter, d’haïr, d’avoir peur, d’être jaloux. Vos souvenirs douloureux seront arrachés à votre mémoire et retournés dans toutes les directions, jusqu’à ce qu’ils deviennent une brûlure intolérable à l’âme.

Surgira l’impératif d’agir et de crier sa douleur.

Ce mal du millénaire appelé « ascension » dans le vocable religieux , sera occasionné par votre jugement de valeur, qui sera déformé par une poussée émotive incontrôlable. Vous devrez vous rappeler alors que ce serait une grave erreur que de se laisser aller à ce désir d’agir, quel qu’il soit. Faute de quoi, vous serez vous même l’amorce d’une situation explosive, qui engagera une escalade.

Ces moments difficiles, seront de quelques jours à la fois. Ne vous engagez pas dans cette voie. Isolez-vous, ne répondez pas à aucune provocation. Fixez votre attention sur une lecture ou un souvenir chéri. Donnez-vous le droit à la réflexion pour quelques semaines avant de réagir.

La luminosité céleste de décembre occasionnera de l’émoi, mais c’est sa disparition qui provoquera le plus de chaos. Cette perte d’éther pour quelques jours, exacerbera toutes les tensions.

Si la luminosité céleste apparaît, assurez votre survie. Lorsqu’elle disparaîtra, soyez prêts!

Aimez tant que vous le pourrez, beaucoup ne passeront simplement pas la grande introspection.

Préparez-vous à une misère dont le premier chapitre s’échelonnera jusqu’au premier janvier 2013 avec un calendrier d’évènements annuels qui ne changera pas beaucoup d’une année à l’autre.

Une séquence d’évènements similaires redémarrera en 2017 et durera jusqu’en 2030, moment ou Pluton sortira de la constellation d’Opuchius, pour littéralement s’effondrer lorsqu’il aura dépassé le centre galactique. Les 500 ans seront engagés définitivement.

Visez l’autarcie en tout temps.

Assurez votre sécurité financière, anticipez le pire. Assurez vous que la portion la plus importante de votre argent est à moins de 3 jours de vous. Conservez une quantité suffisante d’argent à la maison en tout temps. Les métaux précieux aideront au long terme, mais l’argent liquide sera nécessaire le temps que les banques et autres corporations financières ouvrent à nouveau.

Envisagez la possession d’une arme et apprenez à vous en servir. Vous n’êtes pas un criminel, mais vous voulez certainement être en mesure de protéger votre famille ou vous-même, contre un voyou en pleine crise.

Possédez entre deux mois et deux ans de nourriture, d’eau, de médicaments et tout autre fourniture nécessaire, shampoing, savon.

Possédez des plans « B » pour tout.

Lumière, transport, essence, façon de cuire les aliments. Ayez une demeure alternative au cas ou il n’est plus possible de demeurer sur place. Ayez vos papiers à portée de mains, certificat de naissance, passeport, etc.

Débarassez-vous de tout accessoire luxueux comme les voitures de luxe ou le linge dispendieux. Toute démonstration de richesse est trop facilement ciblée par des criminels. Évitez les vêtements aux couleurs vives ou ceux avec des identifications. Comprenez qu’en quelques semaines au plus, dès que la crise économique atteindra la sévérité suffisante, le crime sera en explosion. Ce genre de situation peut prendre des décennies avant de se renverser et peut même ne jamais revenir en arrière. La décadence est telle, qu’une société totalement différente finira par émerger.

par colombus