Automne 2008

Quelques jours après le 4 novembre 2008, le nouveau président des Etats-Unis prendra connaissance des dossiers les plus secret de l’Etat. Il aura la confirmation formelle de l’effroyable secret : un groupuscule de la précédente administration avait bel et bien mis à exécution un plan de type "Northwoods". Les attentats du 11/09/2001 et leur manipulation impliquaient la collaboration des plus hautes sphères de l’Etat.

Le nouveau président ne prendra que quelques heures de réflexion avec ses plus proches conseillers. Il pensera : « Est-il imaginable de dénoncer, de révéler au grand public cette monstrueuse vérité ? Bien évidemment... non. Un tel aveu aurait des répercussions incommensurables à travers le monde, si lourdement préjudiciables pour la sécurité et les intérêts américains, voire de tout l’occident. » Une solution s’imposera : garder le secret.

Le silence ne durera que quelques semaines. Avec les départs et remplacements dans les administrations, les rumeurs se multiplieront. Des fuites se produiront, puis des documents officiels apparaîtront dans les médias nationaux. Et enfin, des repentances, des témoignages dignes de foi de personnes impliquées dans la conspiration seront révélés au grand public. La théorie du complot intérieur deviendra une évidence. L’onde de choc sera mondiale.

Les révélations diviseront brutalement et profondément la société Etats-Uniènne. Certains dénonceront une manipulation visant à destabiliser le pays. D’autres se révolteront d’avoir été si abominablement trompés et abusés. La défiance envers les dirigeants gagnera tous les niveaux d’organisation du pays, y compris au coeur même de la puissante armée. De nombreux troubles jusqu’au heurts violents et meurtriers se multiplieront dans toute la nation et le chaos social s’installera.

Les révélations concernant les attentats du 11 septembre déclencheront à travers le monde une période de violentes agitations politiques et sociales. Sur la scène internationale, les alliés naturels des Etats-Unis tenteront publiquement, mais vainement, de dissocier les actes d’un abominable groupuscule, de la volonté d’une nation manipulée dans sa totalité. Mais après deux guerres et près de 100'000 civils tués au Moyen-Orient, le feu aura déjà pris. La haine indistincte des Etats-Unis submergera la planète, et particulièrement parmi les peuples qui ont subi toutes ses formes de domination. Les attentats, les assassinats, les lynchages de simples civils se multiplieront à l’échelon mondial.

En Afghanistan, en Irak, mais aussi partout au Moyen-Orient où elles sont basées, les troupes américaines et leurs alliés devront se retrancher dans leurs bases. Puis, dépourvues de toute légitimité devant la pression internationale, et harcelées par les populations, toutes les forces étrangères s’engageront dans un rapatriement précipité, confus et humiliant. Les nations occidentales décrédibilisées seront contraintes de retirer leurs forces basées outre-mer, dans le désordre et la précipitation.

Hiver 2008-2009

Israël sera la rare nation à rejeter en bloc les révélations en dénonçant une tentative de déstabilisation du monde occidental par des antisionistes, se retrouvera brusquement seul et isolé. L’Iran et la Syrie verront dans ce déni, la démonstration qu’Israël était leur complice actif, si ce n’est le vrai instigateur, de cette innomable conspiration. La colère islamiste se concentrera dès lors violemment et massivement sur cet ennemi, le seul accessible à son désir de vengeance. La tension atteindra son paroxysme autour d’un Israël désormais isolé et sans appui.

Les dirigeants des nations musulmanes modérées seront confrontées par leurs peuples à leurs alliances passées. Sans appui ni soutien international, accusés de complicité pro-occidentale, ils seront contraints de garder le silence ou de céder le pouvoir. Sous la pression populaire, les dirigeants des nations arabes modérées seront chassés ou réduits au silence. Les menaces de conflit deviendront très concrètes et précises. Discrédité diplomatiquement et en proie à la débacle militaire, l’Occident restera inaudible dans ses appels à l’apaisement et, plus encore, suspect dans ses menaces de représailles.

Cette situation catastrophique pour les Etats-Unis ne signifera pas l’échec des projets fous des instigateurs du 11 septembre. Ce ne sera pas la fin du plan de ces hommes de l’ombre. Pour ces hommes les plus puissants de la nation la plus puissante, de tels sacrifices, de tels risques ne sont pas justifiés seulement par le gain de quelques barils de pétrole ou de poignées de dollars supplémentaires. Leur objectif final est certainement encore bien plus ambitieux.

''« Le mal qui est dans le monde vient presque toujours de l’ignorance, et la bonne volonté peut faire autant de dégâts que la méchanceté, si elle n’est pas éclairée. » Albert Camus « Toutes les fois que la tyrannie s’efforce de soumettre la masse d’un peuple à la volonté d’une de ses portions, elle compte parmi ses moyens les préjugés et l’ignorance de ses victimes. » Marquis de Condorcet''

Printemps 2009

Au lendemain d’un énième incident violent dans les territoires occupés de Palestine, une pluie de nouveaux missiles longues-portées iraniens, équipés de charges conventionnels, s’abbatront sur l’ensemble d’Israël. Dans ce monde chancelant et dépourvu de garde-fous, Israël ripostera instantanément par un bombardement nucléaire limité aux sites stratégiques iraniens. Bien que la réaction israélienne se limitera aux objectifs militaires et anéantira efficacement toute possibilité de vélléité de l’Iran, l’utilisation de l’arme atomique ouvrira une cauchemardesque boite de Pandore. La réponse des pays arabes sera unanime et instantanée : la mobilisation générale. Russie et Chine appèleront les nations arabes à la retenues, mais interdiront à l’Europe et aux Etats-Unis, déstabilisés et réduits à néant diplomatiquement, toute intervention militaire d’envergure.

Les forces opérationnelles occidentales embourbées et harcelées dans ses retraires à travers le monde, sera dans l’incapacité de se redéployer rapidement. Devant l’attaque imminente et massive, n’attendant plus aucune aide extérieure significative, l’état hébreu ne verra sa survie que dans une attaque anticipée des armées se mobilisant autour de lui.

La frappe sera généralisée, soudaine et paralysante. L’arsenal le plus dévastateur sera donc utilisé : les armes chimiques et bactériologiques. Les morts se chiffreront immédiatement en dizaines de milliers de personnes. Les conséquences de ces frappes se propageront rapidement et de façon incontrôlable aux civils.

L’offensive des nations islamistes avortera avant même de débuter. Mais les victimes de brulures, radiations et infections mortelles atteindront des proportions cauchemardesques dans tout le Moyen-Orient. Ce ne sera plus des armées, désorganisées et décimées, qui se lanceront à l’assaut d’Israël, mais d’incessantes vagues d’une marée humaine ivre de rage et de vengeance. Israël resistera quelques semaines, puis pliera et enfin sombrera dans d’innombrables et atroces exactions.

Eté 2009

La Russie puis la Chine dépêcheront des troupes pour mettre fin au chaos régional. Israël ne sera plus qu’un protectorat morcelé russo-chinois. L’occident, pétrifié, assistera impuissant au bouleversement de l’ordre mondial. En représailles de ses condamnations véhémentes, les robinets du pétroles se fermeront. L’islamisme radical, victorieux de son ennemi héréditaire, possesseur des principales ressources énérgétiques, tiendra sa revanche sur un monde occidental qui l’avait, estimait-il, trop longtemps dominé et humilié.

L’effondrement des bourses mondiales détruira les derniers piliers de la suprématie occidentale. La Chine et dans une moindre mesure la Russie, deviendront aussitôt les médiateurs et les références mondiales. En quelques mois, elles auront accédé au statut de régulateurs de la planète. Repliées dans ses frontières, face à un monde déchainé contre ses intérêts, l’Europe et l’Amérique du Nord ne pourront que constater leur chute soudaine à leur nouveau rang d’impuissance, et glisseront dans une crise économique et morale majeure, deux géants qui n’étaient finalement que des pieds d’argile.

Automne 2009

Rapidement, les sociétés occidentales entreront dans une crise profonde, tant économique que sociale. Deux camps diamétralement opposés se dessineront : ceux qui refusent ce nouvel ordre et exhorte à la réaction et à l’interventionisme sous toutes ses formes, et ceux qui rejoignent de grandissants mais hétéroclites mouvements qui prônent une révolution complète du mode de vie et de pensée. Sur fond d’agitation sociale, de désarroi et de peur, cette confrontation basculera vers l’affrontement violent.

Dans ce climat délétère de chute d’empire, la fin de règne se confondra en fin du monde. Les opinions religieuses se radicaliseront, tandis que des courants mystiques et ésotériques traverseront la société : prohéties de fin des temps, apocalypse biblique, conspiration elitiste mondiale, implication extraterrestre. Les événements et leurs origines supposées apporteront une nouvelle crédibilité à ces mouvements. Sectes, prophètes et fanatismes se multiplieront et concerneront tous les mileux.

Aux Etats-Unis, la nouvelle administration et les condamnations en justice des conspirateurs du 11 septembre n’appaiseront en rien le désordre social. Une partie de la population accusera les nouveaux gouvernants de condamner de simples marionnettes en préservant dans l’ombre les réels instigateurs, tandis que l’autre partie dénoncera au contraire une tentative de déstabilisation. La fracture sera profonde, la désobéissance civile s’amplifiera, les mouvements glisseront vers les extrêmes.

Hiver 2009-2010

Les troupes fraichement rappatriées des quatre coins du monde, se déployeront alors dans les principales villes américaines pour rétablir l’ordre. Les coprs d’armée et officiers récalcitrants à ces missions seront cantonnés dans leur base et remplacés par les dizaines de milliers de miliciens arrivés d’Irak et devenus experts en sécurité. Le contrôle de ces troupes privées demeurera très flou.

Aux Etats-Unis, une catastrophe naturelle rajoutera au chaos social et à la désorganisation de l’état. Une mouvance paramilitaire mettra à profit cette situation pour prendre place dans les arcanes du pouvoir.

A la fin de décembre, un versant du volcan de La Palma s’efondrera dans l’Atlantique, déclenchant un tsunami à travers l’océan. Bien que l’impact sur la côte est des Etats-Unis sera limité, un vent de panique et de chaos s’ensuivit. Les autorités du pays, plongées dans une désorganisation latente depuis un an, seront incapables de réagir efficacement avant, pendant et après la catastrophe. La colère s’ajoutera à la colère.

Devant cette carence d’organisation et d’autorité, les milices privées appuyées d’une partie de l’armée, prendront en main directement les opérations d’aide et d’urgence. Soutenu par une frange de la population, un comité de salut public se formera en parallèle du pouvoir civil, officiellement et temporairement. La prise de contrôle tout entier du pays ne sera désormais plus qu’à un pas.

« La volonté trouve, la liberté choisit. Trouver et choisir, c’est penser. » Victor Hugo

Printemps 2010

Les grands médias américains inonderont la population d’images soulignant l’efficacité de la cellule de crise et de ses troupes privées, et parallèlement stigmatisera l’incompétence de l’administration en place. Colère et dénigrements populaires culmineront jusqu’à amener un homme désespéré à tenter d’assassiner le vice-président. Bléssé tant physiquement que moralement, il sera vite remplacé et on nommera, dans un soucis d’apaisement et d’union nationale, un leader de l’opposition.

Mais cette entente ne ramènera pas la paix sociale. Le président, discrédité et éprouvé, s’effacera progressivement de toute décision et se limitera aux apparitions publiques symboliques sans que personne ne s’en offusque. Le nouveau vice-président intégrera rapidement aux postes clés les membres de la cellule de crise. Les milices et une partie de l’armée contrôleront bientôt toutes les rues du pays, tandis que les médias indépendants seront strictement encadrés.

Le président qui n’aura plus qu’un rôle symbolique, se retirera après quelques mois et confiera, comme le veut la constitution, les rênes du pouvoir au nouvel homme fort du pays, son vice-président. Porté par un soutien populaire, le nouveau maitre des lieux s’appuyera sur les décrets et lois adoptées sous l’administration Bush, pour rendre constitutionnelles ses décisions les plus contestables, dont celle de se passer temporairement, mais totalement, du Congrès.

Les condamnés pour conspiration du 11/9 seront lavés de toutes accusations et la loi martiale sera proclammée là où il y en aura besoin. Ce sera donc un dirigeant non-élu aux pouvoirs absolus, des lois d’exceptions, un parlement inopérant et des forces para-militaires pour contrôler l’ordre public. Une grande partie de la population acceptera pourtant ce constat accablant comme une étape temporaire et nécessaire pour permettre le retour de l’ordre intérieur et du rang des Etats-Unis dans le monde.

Ceux qui protesteront, ceux qui verront dans cette politique fascisante l’ombre des investigateurs du 11/9, seront accusés de conspiration et de trahison, et seront internés massivement dans des camps. La paix sociale rétablie, les nouveaux dirigeants et leurs médias exalteront le fanatisme religieux. Ils endosseront le rôle de sauveurs de l’Occident et de la Chrétienté, en lutte contre le Mal absolu. En possession de tous les pouvoirs et libéré de toutes contraintes internationales, la contre-attaque face à la cohalition islamique et ses protecteurs s’enclenchera.

Ete 2010

Dès le début de l’été, d’étranges phénomènes atmosphériques se multiplieront dans le ciel. Signe des temps, leurs interprêtations mystiques et ésotériques prendront autant de place dans les esprits que les théories scientifiques. Accélération du dérèglement climatique ? Avertissement divin ? Perturbation par un astre s’approchant de la Terre ? Puis, plus improbable encore, une succession de violentes tempêtes et pluies diluviennes s’abattra dans un large arc de cercle s’étendant de la Lybie à l’Irak.

Les inondations créront aussitôt leurs lors de désastres humanitaires. Mais plus inquiétant encore, ces précipitations donneront une teinte rouge et toxique à toutes les eaux de ces territoires. Les nappes phréatiques, les rivières, les lacs, et mêmes les mers, seront contaminées par des éléments chimiques et organiques mal identifiés. La Chine accusera rapidement les Etats-Unis d’être à l’origine d’un monstrueux empoisonnement à grande échelle.

La Chine qui oeuvre elle-même au développement d’un moyen de contrôle du climat, dénoncera l’utilisation en tant qu’arme de destruction massive, les recherches scientifiques dont le projet HAARP n’est que la pointe visible de l’iceberg. Malgré les suspicions, personne ne pourra démontrer l’origine, ni déterminer la nature exacte de cette catastrophe. En occident, ces accusations, relayées par quelques communautés marginalisées et experts discrédités, seront assimilées à de la propagande anti-américaine ou de la pure fantaisie d’illuminés.

Pour autant, ce phénomène aura affaibli drastiquement les nations désignées comme ennemies, sans déclencher ouvertement de conflit : la majeur partie de l’eau et des cultures est devenue impropre à la consommation, la flore, puis la faune, auront été rapidement décimées. Malgré l’aide internationale, famines, épidémies et exodes se répandront à travers les nations arabes. Le Pakistan, possesseur de l’arme atomique, et seule nation arabe indemne de toutes catastrophes, prendra le rôle d’étendard de la coalition islamiste.

Automne 2010

Pour les nouveaux dirigeants américains, comme une partie grandissante du monde chrétien, l’origine de cette catastrophe sera une évidence : un fléau divin, punissant les peuples impies qui avaient participés à l’élimination du "peuple élu". Selon eux, ces signes auront démontré la réalité et la puissance de Dieu, et l’entrée probable de l’humanité dans l’ère de l’Apocalypse biblique. Dans ces sociétés glissant vers le fanatisme, les appels aux croisades contre les armées de l’antéchrist et ses alliés se multipliqueront.

Le gourvenement des Etats-Unis exhortera dès lors les églises et les peuples à s’unir au-delà des nations dans une mission de survie de l’humanité : poursuivre l’oeuvre de Dieu et être son bras armé, libérer la Terre promise pour y instaurer la nouvelle Jérusalem, anéantir la Bête au Moyen-Orient, débusquer Satan réfugié au Pakistan, sur le point de se servir de son arsenal apocalyptique. L’Inde, confrontée à la multiplication des incidents frontaliers au Cachemire, acceptera l’ouverture de bases américaines sur son territoire, à titre de dissuasion.

De vastes préparatifs et recrutements militaires s’enclencheront dans une exaltation populaire quasi-mystique. La Russie menacera alors l’Union européenne de graves représailles militaires en cas de soutien et support logistique aux troupes américaines. Le vieux continent, plongé dans une crise économique catastrophique, sera déchirée entre ses alliances, ses afinités culturelles et son histoire, mais surtout entre ses intérêts stratégiques (OTAN, gaz russe, pétrole arabe, marché chinois). L’U.E. n’aura plus d’union que par son nom.

Le fossé entre dirigeants politiques, énonomiques, intellectuels et le peuple deviendra un abysse d’incompréhension. La société interagira désormais simplement en fonction de regroupements populaires et de groupuscules. Partout, les forces armées seront occupées à maintenir l’ordre dans les rues où s’affronteront violemment ces mouvements révolutionnaires, nationalistes et pacifistes. Un nombre non négligeable d’adeptes de la politique américaine rejoindront les Etats-Unis dans des brigades internationales.

Hiver 2010/2011

Grâce à un point aérien intensif, le regroupement massif de forces américaines sur le sol de l’Inde s’achèvra, rejoint par une imposante armada. Malgré les protestations et menaces de la Russie et de la Chine, cette concentration militaire continuera dans des proportions qui sortiront de la simple dissuasion.

Ce brusque regain de tension internationale accaparera l’attention et fera passer au second plan les suites désastreuses des mystérieuses précipitations. Tandis que des germes inconnus et violemment toxiques se propageront de façon erratique, des averses éparses et sporadiques, telles des déperditions incontrôlées, continueront de contaminer les eaux bien au-delà des territoires islamistes.

Le fléau atteindra tout le pourtour du bassin méditerranéen, puis s’étendra de l’Afrique équatoriale à l’Asie centrale. Le Moyen-Orient deviendra un territoire de désolation. L’exode massive des ses populations se heurtera aux frontières cadenasées et militarisées de l’Europe. Le fatalisme et surtout la peur de l’inconnu, amméneront les européens à ne voir que le danger immédiat sans s’interroger sur les origines et mécanismes de cette catastrophe.

Le Vieux Continent verra ses sociétés se considérer en état de siège, se radicaliser et se rapprocher de la politique anti-islamique américaine. Mais paralysés par les multiples crises, les gouvernements n’auront ni la volonté ni la capacité de s’engager dans les plans guerriers des Etats-Unis. Dans cette indifférence généralisée au terrible sort des populations arables, peu auront connaissance des cas étranges de mutation qui apparaîtront parmi les victimes.

Au début de 2011, la Chine frappera du point sur la table et jugera comme une provocation intolérable, l’augmentation constante de la concentration militaire faite à sa frontière sud. Elle condamnera également fermement tout projet d’élimination des régimes islamistes par les Etats-Unis et affirmera son intention de s’interposer. Ces derniers accepteront de suspendre leurs plans d’invasions en attendant le désarmement nucléaire du Pakistan et garantiront que la force ne sera utilisée qu’à des fins défensives.

Mais craignant d’être frappée à son tour par l’armée "climatique" américaine puis, une fois déstabilisée, attaquée par ces troupes stationnées en Inde, la Chine exigera le retrait totale des forces américaines. Devant le refus états-unien de se retirer avant la dénucléarisation du Pakistan, la Chine appuyée de la Russie, menacera ouvertement pour la première fois les Etats-Unis de représailles nucléaires.

En pleine tension, un bataillon US sera capturé par les forces pakistanaises à la frontière contestée du Cachemire. L’armée américaine déclenchera aussitôt une opération de "récupération" d’envergure au Pakistan, lequel interprétera cela comme "l’Invasion" tant promise, et un missile à tête nucléaire s’abattra quelques heures plus tard sur une base américaine. Le Pakistan fut désigné responsable de cette dévastation territoriale par l’Inde, qui répliquera. Les Etats-Unis accuseront alors la Chine de les avoir explicitement menacés, et répliqueront aussi.

Les enchainements d’événements suite aux révélations sur les attentats du 11 septembre auront plongé le monde dans le chaos. L’Occident se sera repliée dans ses frontières, laissant la Russie et la Chine prendre le leadership du monde. Les Etats-Unis auront glissé dans un état fascinant, décidé à reprendre son rang mondial. D’inexplicables phénomènes météoroliques auront décimé le Moyen-Orient. La tension internationale se sera concentrée en Inde, où l’escalade d’incidents aura mené au déclanchement du feu nucléaire entre les trois grandes puissances.

Et le monde s’embrasera. En plein milieu de l’hiver 2011, les missiles nucléaires intercontinentaux se croiseront au-dessus des océans, pour un résultat notablement différent selon les destinations et les cibles.

« Le fait que les hommes tirent peu profit des leçons de l’Histoire, est la leçon la plus importante que l’Histoire nous enseigne. » Aldous Huxley

Printemps 2011

L’échange nucléaire sera intense mais bref, et son impact sensiblement différent selon les camps. En Chine, installations et infrastructures, militaires autant que civils, seront dévastées, réduisant le pays à une totale désorganisation et impuissance. En Russie, seuls les cibles militaires et les sites de ressources d’énergie seront rayés de la carte. Aux Etats-Unis, inversement, les complexes militaro-industriels resteront indemnes. Peu de missiles atteindront leur but et seuls des civils seront décimés dans de grandes villes. Au niveau stratégique, cette brève guerre nucléaire aura pour effet d’anéantir toutes les capacités d’intervention conventionnelles des trois grandes puissances hors de leurs frontières. Et aucune offensive ou mouvement militaire notable ne s’en suivra.

Chine et Russie, brièvement promues au rang de nations dominantes, plongeront dans le chaos et l’anarchie. Les coprs d’armées, désorganisés et coupés des commandements centraux s’érigeront en autorités et pouvoirs locaux, à la façon de Seigneuries. Chez les deux géants, les forces institutionnelles restantes seront entièrement accaparées dans d’improbables tentatives de reprise en main.

Le chef d’état américain regrettera de n’avoir pu éviter l’holocauste nucléaire et déplorera les millions de victimes états-uniennes, mais proclamera dans le même temps la victoire et le triomphe définitif du bien contre le mal. Il invitera aussitôt les nations du monde à entrer dans une nouvelle ère de paix et de réconciliation, sous son égide.

Eté 2011

Sur tous les continents, en l’absence de tutelles, alliances et diplomaties internationales, les conflits régionaux et locaux se raviveront dans une course frénétique au contrôle des matières premières encore exploitables. Les régimes et organisations de type féodal reprendront leurs droits un peu partout dans le monde. Les retombées radioactives s’étendront à tout le continent asiatique.

La brève guerre nucléaire n’engendrera pas l’hiver planétaire tant craint, mais un ciel constamment sombre, des perturbations climatiques profondes, des phénomènes atmosphériques étranges et inquiétants, qui renforceront la vague mystique et ésotérique déferlant sur la terre entière. Depuis la guerre nucléaire, les témoignages d’apparatitions d’ovnis se multiplieront aux quatre coins du monde.

D’innombrables personnes de tous les horizons rapporteront que, au moment même de l’échange nucléaire, une multitude de phénomènes inexpliqués et d’apparitions d’ovnis avaient eu lieu dans le ciel. Et certains attesteront que la très efficace mais sélective protection du territoire américain était due à l’intervention d’appareils aux capacités extra-ordinaires.

En ces temps de chaos et d’obscurité, toutes les théories auront désormais autant de crédibilité que les références rationnelles et scientifiques. Phénomènes naturels dus aux explosions nucléaires ? Nouvelle technologie militaire américaine ? Source d’énergie tenue secrète à des fins de suprématie planétaire ? Signes divins ou maléfiques de l’Apocalypse ? Partenariat de puissances élitistes avec des êtres supérieurs ? Préparatifs d’invasion extraterrestre ? Pour certains, l’opacité du ciel qui rendra désormais très difficile l’observation de l’espace, servirait un plan qui visait à cacher à l’humanité l’arrivée imminente d’un astre, d’un météore destructeur, ou de gigantesques vaisseaux spatiaux.

Vivant dans la terreur face à des éléments qui dépasseront son entendement, les populations n’aspireront plus qu’à un miracle pour les sauver. Et les événements qui suivront n’iront que renforcer cette attente. Enchainement né du déséquilibre créé par l’homme ou "destin" programmé. Les force titanesques de la Terre entreront en jeu, et le calvaire de l’Humanité continuera.

Automne 2011

Conséquence des impacts nucléaires et des soucousses multiples engendrées simultanément en des points éparses, la Terre temblera sporadiquement plusieurs mois durant. Certains volcans entreront en éruption, sans conséquences majeures, mais avec une fréquence nettement plus élevée. De répliques en répliques, d’ondes en ondes, de déséquilibre en déséquilibre, chaque secousse réveillera d’autres fragilités. La Terre entrera en "résonnance". Puis, au mois de septembre, une irruption volcanique de type "Toba" surgira des eaux du Pacifique, soufflant dans l’atmosphère un monumental nuage de cendres. Conjugaison des soubresauts de la Terre et des brusques variations de température des océans, la fragile croute des fonds sous-marins libérera de titanesques poches de gaz. Là où l’atmosphère sera déjà saturée de poussières et de radiations, l’air devint une véritable vapeur toxique.

Un tremblement de terre ravagera l’Europe qui, à son tour, connaîtra la réalité des catastrophes naturelles. Rome sera rasé, Londres et Paris dévastés. Le cumul de nuages de poussières nucléaires et volcaniques plongera l’ensemble de l’hémisphère nord dans une obscurité permanente et glaciale. Les insectes en tout genre fuiront et déferleront sur l’hémisphère sud. L’invasion atteindra des proportions telles qu’elle anéantira toutes les récoltes et réserves de nourriture.

L’humanité agonisera sur tous les continents. L’incompréhension des lois, des événements ou des processus de causalité, fera interpréter cette réaction en chaine par la plupart des gens comme l’évidence d’une "volonté supérieure". L’ère des prophètes, des mouvements fanatiques et ésotériques connaîtra son apogée. Pour les partisans de l’Apocalypse biblique, le triomphe des Armées de Dieu n’était qu’une victoire sur la Bête. La venue de l’Antéchrist et son armée était encore sans doute à venir, quoique à ce moment personne ne saura encore par qui et comment.

Aux Etats-Unis, seule nation à maintenir une organisation efficace en ces temps chaotiques, l’administration fournira massivement à sa population des micros-implants sensés défendre le corps des effets des radiations et compenser toutes formes de carences dues au climat détérioré, et notamment à l’obscurité persistante. Il n’y aura nul besoin de forcer les citoyens qui se presseront pour recevoir cette protection.

Le chef d’état renouvelera ses appels à l’Union Mondiale et exhortera les nations et leurs peuples à accepter son aide, la seule salvatrice et efficace. Le Canada, le Mexique et le Royaume Uni seront les premiers à s’unir sous la bannière unfiée du NWO. Leurs populations bénéficieront aussitôt du même traitement que les états-uniens.

Sur tous les autres continents, d’innombrables déplacements de population s’opéreront, fuyant les zones rendues inhabitables (radiations, épidémies, sécheresses, inondations) qui représenteront désormais 30% de la planète. Ces flux incessants, incontrolables et anarchiques seront à la merci de lambeaux d’armées qui exerceront un pouvoir féodal. Des mouvements grandissants supplieront leurs dirigeants impuissants d’accepter l’offre américaine.

Hiver 2011-2012

En Europe, l’arrivée de l’hiver s’ajoutera à un hiver désormais permanent, les populations dépériront et un massif mouvement vers le Sud s’enclenchera. Cette exode inversée ravivra aussitôt l’antagonisme entre chrétiens et musulmans. Devant la résurgence de ces vieux démons, sous la pression populaire, et parfois même suite au renversement des gouvernements, les dirigeants du Vieux Continent, un par un, accepteront l’aide providentielle d’Outre-Atlantique.

Des équipes spécialisées seront rapidement dépêchées, des conseillers installés au pouvoir, et les "brigades internationales", formées aux Etats-Unis avant le conflit nucléaire, reviendront dans les rues. Selon les termes des accords, en contrepartie de l’aide, la même organisation, la même politique, les mêmes lois seront appliquées. Et les mêmes implants, qui permettaient la survie dans toutes les conditions, seront implantés massivement et dans un très court laps de temps.

En Amérique du Sud, en Afrique, en Asie, les nations adhéreront peu à peu à l’appel de paix et d’unification salvatrice sous l’égide du NWO. Devant l’aspiration des peuples à sortir de ce chaos, devant leur attente d’être sauvés, devant la désorganisation des pays, devant l’opposition armée dérisoire, très peu d’interventions militaires seront nécessaires pour installer le Nouvel Ordre à travers le monde.

L’espoir renaitra parmi les peuples, malgré cette soumission inconditionnelle. La plus terrifiante des pages de l’Histoire de l’Homme semblera enfin se tourner pour une nouvelle ère. L’Humanité mettra peu à peu un terme à ses conflits et tensions internes, pour s’unifier.

Le dirigeant de ce qui sera désormais un gouvernement mondial fera une annonce stupéfiante, relayée par tous les médias : il affirmera détenir la preuve formelle de l’existence des ovnis, en tant qu’engins contrôlés par des entités non-humaines. Il affirmera que leurs intentions sont encore inconnues, mais que leur technologie et l’incompréhensible série de récentes catastrophes inciteraient à craindre le pire.

''« Toute propagande efficace doit se limiter à des points forts peu nombreux et les faire valoir à coups de formules stéréotypées aussi longtemps qu’il le faudra, pour que le dernier des auditeurs soit à même de saisir l’idée. » Adolf Hitler « Plus le mensonge est gros, mieux il passe. » Joseph Goebbels « La mort d’un seul homme est une tragédie. La mort d’un million d’hommes est une statistique. » Joseph Staline''

Printemps 2012

Suite à l’établissement du NWO, accepté par les nations du monde, les conflits régionaux prendront fin, les flots d’exodes se tariront et les sociétés se stabiliseront. La stupéfiante révélation de l’existence de vies extraterrestres plongera la société, et plus particulièrement les croyants, dans un trouble profond. Le Dieu des religions monothéistes pouvait-il être aussi celui de ces formes de vies... non-humaines ? Les réponses confuses et contradictoires des églises, des religions, ne ferront que nourrir et augmenter le doute, et remettra en question la foi de beaucoup.

Le soulagement promis apporté par les micro-implants sera mitigé, discutable et discuté. Beaucoup de gens continueront de périr mais, officiellement, en raison d’intervention trop tardive. D’autres personnes, effet placebo ou réelle guérison, se porteront mieux. Mais pour la majorité, malgré la santé dégradée, le simple fait de survivre proviendra de ce remède miracle.

Rien ni personne ne pourra faire d’études sérieuses sur les effets de ces implants en si peu de temps, dans l’état de délabrement des sociétés, et surtout en dehors des voies officielles. Mais des critiques, puis des protestations s’amplifieront contre son éventuel double-emploi. Ceux qui dénonceront cette possibilité, qui demanderont l’extraction de la puce, ou qui la retiraient eux-mêmes, disparaîtront ou décéderont brusquement de maladie.

Ceux qui refuseront d’office l’implant, marginalisés ou suspectés, n’auront d’autres choix que d’errer sur le chemin de l’exil, fuyant à la fois les zones invivables et la pression des institutions. Parmi les voix discordantes, deux personnalités issues de religions différentes, appeleront à l’insoumission et au refus de ces micro-puces. Reconnaissant le rôle des religions et la manipulation des croyances dans le choc destructeur des civilisations, ils appeleront à l’abandon des rites distinctifs pour s’unir autour des points communs de leurs dogmes. Tels des pélerins, ils parcoureront sans relâche les contrées pour appeler au rassemblement des "insoumis au NWO", dans une foi pacifique. Les deux hommes seront rapidement dénoncés par les autorités comme des mystificateurs voulant désunir l’humanité et la mettre en péril à la veille d’un conflit planétaire.

Vite assimilés à des prophètes par leurs disciples, ils continueront leurs périples, tandis que leurs adeptes, constamment harcelés, prendront le chemin de l’exil. Les autorités du NWO les laisseront fuirent par petits groupes vers le Moyen-Orient, déserté car lourdement contaminé. Trois mois durant, les non-implantés de toutes religions et nations conflueront aux sources de l’Euphrate. Le NWO présentera au public ce rassemblement comme une inquiétante résurgence de fanatisme religieux.

Au mois d’avril, une nuée étranges appareils, assimilés à des ovnis, se concentrera au-dessus du Moyen-Orient, puis se dispersera. Et quelques minutes plus tard, de grandes villes aux quatre coins du monde seront attaquées et la quasi-totalité de leur population anéantie, dans ce qui sera le plus grand massacre de toute l’histoire de l’Humanité. Le Grand Leader du NWO interviendra immédiatement pour déclarer que cette horreur révélait cette fois clairement les intentions des aliens : soulignant le lieu d’apparition des ovnis et que les exilés n’avaient pourtant pas été attaqués, le Grand Leader dénoncera la collusion "évidente" des non-implantés et des forces non-humaines. La population mondiale, d’abord pétrifiée, sera rapidement gagnée par la rage, la haine et le désir de vengeance. Pris dans ses émotions et ses terreurs, personne ne s’interrogera sur les discours, n’en relevera les incohérences, ne doutera des intentions, et encore moins remettra en question le raisonnement.

Désormais, de par la loi, tous ceux qui s’opposeront à rejoindre les rangs de la défense de l’Humanité, dont des représentants des anciennes religions et leurs adeptes, seront traités en ennemis et pourchassés. L’identification des non-implantés sera facilitée par l’abscence de la petite marque blanche laissée sur la peau par la puce. Tous pourront ainsi participer et s’unir dans la frénétique chasse aux traitres.

Le Grand Leader, mettant à profit l’adhésion totale à ses projets, exhortera ses citoyens à abandonner toutes références aux « anciennes religions diviseuses d’Humanité ». Et lorsqu’il exprimera ses doutes sur la puissance d’un Dieu des humains face à des puissances venues de l’Espace, il ne ferra que nourrir une angoisse partagée par la population mondiale. La date du 21 décembre 2012, tant prophétisée, représentera dans tous les esprits, l’échéance probable de l’Invasion.

Harcelés et accablés, les derniers grands mouvements d’opposants disparaitront et les non-porteurs d’implants deviendront une quantité négligeable et marginale. Puis, sans exutoire, sans autre bouc-émissaire et dans l’angoissante attente, la terreur et enfin la panique s’empara des sociétés. Les médias du NWO se mettront dès lors à diffuser en boucle à travers le monde quelques brèves et floues images de combats aériens sporadiques contre des ovnis.

On y glorifiera quelques précieuses victoires dans des escarmouches contre des appareils ennemis apparemment en opérations de reconnaissance. Le peuple, rivé devant les écrans, aura une lueur d’espoir, puis enfin connaîtra la délivrance à son insoutenable angoisse. Le maitre du NWO annoncera, dans une apparition solennelle, sous forme de gigantesque hologramme aux quatre coins de la Terre, être en mesure de protéger et sauver l’Humanité.

Les précieuses victoires, affirmera-t-il, aura permis d’étudier la technologie et la constitution des aliens. La connaissance des points faibles des entités permettrait désormais de défendre et protéger la population autour des centres névralgiques, où celle-ci devra se rassembler d’urgence. Cette annonce sera accueillie dans l’euphorie.

L’exaltation, contagieuse, amènera à placer le Grand Leader au rang de Sauveur de l’Humanité et au centre de toutes les prières, dans une troublante vénération et dévotion. Les anciennes religions et leur dieu impuissants seront alors supplantés dans l’esprit des peuples par un culte mystique au Guide du NWO.

Dans toutes les régions habitées de la planète, les populations se masseront aussitôt dans la multitude de lieux indiqués par les responsables locaux du NWO. Dans ces centres, la masse sera évaluée, étiquetée, triée selon la santé, les capacités, les compétences. Grâce aux informations contenues dans les implants, les répartitions seront simples et rapides, et les besoins, selon la planification du NWO, vite comblés.

La très grande majorité des personnes se verront attribuer des rôles de combattants et d’ouvriers. Ces derniers s’afféreront aussitôt à de Grands Travaux d’abris souterrains et de Défense. Certains se verront réorientés en d’autres endroits et d’autres simplement "stockés" ou refoulés. Jamais ce que la Société Humaine percevra d’elle-même ne sera si éloignée de la réalité. L’Humanité se transformera en une gigantesque fourmilière au service d’un mystérieux collectif.

Automne 2012

Dans le courant du mois de novembre, les deux "guides" des mouvements d’insoumis qui avaient continué de prêcher clandestinement dans des zones de plus en plus désertées, seront assassinés. La mort de ces hommes, qui seront devenus les symboles concrets d’un ennemi toujours invisible, sera fêtée à travers le monde comme une première victoire contre l’envahisseur. Dans le ciel, les phénomènes étranges se succéderont continuellement. Des grondement et bruits terrifiants empliront l’air. Sur Terre, la nature se déchainera.

Les populations s’enfonceront et s’entasseront dans les antres de la Terre, dans les réseaux rudimentaires d’abris qu’elles se seront contruits. Les dirigeants du NWO et une infime partie de la population triée sur le volet se retireront dans de vastes complexes souterrains parfaitement équipés, en des endroits inacessibles pour la masse, comme l’île de Spitsbergen. Durant 45 jours, l’Armée Humaine observera le ciel obscurci et attendra dans l’angoisse, mais le pied ferme, le début de l’Invasion tant promise.

45 jours, où l’Humanité terrée dans l’obscurité aura le temps de s’interroger sur son parcours qui l’aura amené à cette étrange situation, sur ce qu’elle avait bien voulu croire, sur ce qu’elle avait laissé faire, sur ce qu’elle avait fait, sur ceux qu’elle avait préféré suivre. Quelques uns, prendront soudainement conscience de ce parcours et quitteront les rangs, mais ne survivront que quelques heures dans leur fuite. Les derniers rares non-implantés encore en vie s’éparpilleront dans les terres, loin des grandes centres.

21 décembre 2012

En ce jour J, l’espèce humaine comprendra, enfin, la raison d’être de son existence, et ce ne sera pas ce à quoi elle s’attendra. Fin

Cette fiction n’est pas une prophétie et n’en accrédite aucune. Mais vous avez à choix :

  • version Apocalypse – « et il revint parmi les hommes et ensevelit dans les entrailles de la terre l’antéchrist et ses adorateurs pour mille ans.
  • version Nibiru – « et le passage de l’astre bouleversa la vie sur terre et seule la poignée d’hommes sélectionnés et protégés y survécu.
  • version reptilienne – « et les ancestraux dieux-extraterrestres asservirent l’humanité, prirent leur moisson d’hommes-esclaves préparés pour eux et repartirent.
  • version entités supérieures – « et les puissants de ce monde, ne voulant pas céder leur pouvoir, aliénèrent l’humanité contre des entités d’autres dimensions pourtant bien intentionnées.

Ou encore inversion des pôles, chaos climatique, élevation du niveau de conscience, autre dimension....

Ou il ne se passera rien, aucun choc, aucun bouleversement, aucune fin, aucun début. Sous terre, les survivants assistèrent par écrans interposés à des combats contre des ovnis. Une guerre complètement virtuelle. Le confit dura aussi longtemps que le climat fut déchainé. Puis, Gaïa apaisée, toute l’oragnisation du NWO émergera progressivement. Pour la population, sans religion, sans nation, sans culture, il ne restera plus que la vérité du Tout-Puissant NWO.

Le monde sera bel et bien entré dans la Nouvelle Ere prophétisée par les Mayas, sans que l’Humanité ne s’en rende compte. Des décennies de préparation, une manipulation savamment planifiée et quelques mois de gestation, aura permis à de puissants initiés de donner naissance à une nouvelle Société Humaine. Une société enfin parfaitement organisée, harmonieuse, paisible. Une humanité-fourmilière composée d’êtres supérieurs et de serviles sous-hommes.

« Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde » Gandhi

Vous pouvez reproduire cette page et en donner copie, même partielle, pourvu que vous ne fassiez référence qu’à votre seule responsabilité. La clé de l’éveil reste l’acceptation, l’abandon à sa propre maitrise, l’intelligence pénétrante (discernement) et la diffusion libre et gratuite des messages.

source: lousonna.ch

Publié par les aigles