Ces documents, qui sont les minutes d'une série de réunions privées des représentants des 27 gouvernements, dévoilent des plans pour « activer » l'introduction des cultures et des aliments modifiés et « s’occuper » de la résistance du public contre eux.

Et ils montrent que les dirigeants veulent que des « représentants agricoles » et des « industrie, » y compris vraisemblablement des compagnies géantes de biotechnologie comme Monsanto, à se faire entendre pour contrecarrer les « intérêts » des écologistes.

La nouvelle de plans secrets doit forcément créer une tempête de protestations au moment où les préoccupations populaires au sujet de la technologie GM augmentent, même dans les pays qui l’ont jusqu'à présent acceptée.

L’opposition du public empêche toute culture modifiée en Grande-Bretagne. La France, l'un des trois seuls pays européen a les avoir fait pousser en quantité, a suspendu leur culture et la résistance contre elles augmente rapidement en Espagne et au Portugal.

Harcelée, l’industrie de la biotechnologie a mené une campagne de relations publiques établie autour de l’assertion très contestée selon laquelle la modification génétique serait nécessaire pour nourrir le monde. Elle a eu un certain succès dans les gouvernements, où les ministres ont osé parler de plus en plus en faveur de la technologie, et à la Commission européenne, qui s’est vantée d’avoir « d'excellentes relations de travail » avec les lobbyistes des OGM.

Des réunions secrètes ont été convoquées par José Manuel Barroso, le président de la Commission favorable aux OGM, et présidées par son chef de cabinet, Joao Vale de Almeida. Les premiers ministres de chacun des 27 membres de l'Union européenne ont été invités à désigner un représentant spécial [sic, ndt, qu’on peut soudoyer ?].

Ni la composition du groupe, ni ses objectifs, ni le résultat de ses réunions n’ont été rendus publics. Mais l'Independent a obtenu des documents confidentiels écrits par le président, notamment la liste de l’assistance et les conclusions des deux réunions tenues à ce jour, le 17 Juillet et il y a juste deux semaines, le 10 octobre.

La liste montre que le Président français Nicolas Sarkozy et Madame Angela Merkel, la Chancelière de l'Allemagne, ont envoyé de proches collaborateurs. La Grande-Bretagne était représentée par Sonia Phippard, directeur pour l'alimentation et l'agriculture au Ministère de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales.

Les conclusions révèlent que les discussions tournaient surtout autour de la façon d'accélérer l'introduction des cultures et de la nourriture génétiquement modifiées et de persuader le public de les accepter.

Les produits modifiés doivent être approuvés par l'UE avant qu'ils ne puissent être semées ou vendus quelque part en Europe. Mais, bien que les fonctionnaires de la Commission soient en général très favorables, les gouvernements européens sont divisés, ce qui a conduit dans l’impasse le Conseil des ministres où ils étaient représentés.

Dans ce cas, les bureaucrates de la Commission passent à travers malgré tout. Ils sont légalement autorisés à le faire, mais les gouvernements et les groupes environnementaux qui rejetaient les OGM ne sont pas satisfaits.

Les conclusions de la première réunion demandaient « l’accélération de la procédure d'autorisation fondée sur de solides évaluations de manière à rassurer le public, » tandis que la seconde rajoutait : « Des décisions pouvant être prises rapidement sans compromettre la sécurité. »

Mais les documents font aussi comprendre que M. Barroso va au-delà de la simple exhortation, essayant d'obtenir des premiers ministres qu’ils rejettent leurs propres ministères de l’Agriculture et de l'Environnement en faveur des OGM. Ils signalent que le président « a rappelé l'importance pour les premiers ministres de considérer la situation plus largement. Invite les participants à rapporter les débats du groupe à leur chef de gouvernement, et à souligner l'importance d’attirer leur attention sur les discussions en cours au Conseil des ministres. »

Helen Holder des Amis de la Terre Europe, a déclaré : « Le but de Barroso est d'obtenir aussi vite que possible des OGM en Europe. Alors, il va droit aux premiers ministres et présidents pour leur dire de pousser leurs ministres et de les faire rentrer dans les rangs. »

Les conclusions des réunions sur l'opposition du public sont encore plus incendiaires. Les documents considèrent « la meilleure façon de s’occuper de l'opinion publique » et demandent « un dialogue sans émotion, basé sur le fait des normes élevées de la politique de l’UE envers les OGM. » Et ils notent l’emphase du président sur « le rôle de l'industrie, des partenaires économiques et de la science pour contribuer activement à ce dialogue. » Le président rajoute que, « le public se sent mal informé » et « les représentants agricoles devraient se faire entendre plus souvent. » Et dans une attaque dissimulée contre les groupes écologistes, il dit que le débat « ne doit pas être abandonné à certaines personnes qui n’ont qu’un droit légitime sans aucun intérêt matériel en cela. »

Ce qu'on en dit

« Nous devons nourrir 2,5 milliards de gens supplémentaires. Il serait extraordinaire que nous ne choisissions pas d’exploiter la plus importante percée dans la science biologique. » Professeur Allan buckwell

« Les nouveaux développements vont bénéficier aux plus pauvres du monde agricole : riz génétiquement modifié résistant à la sécheresse, cultures transgéniques dotés de gènes protégeant contre la maladie. » Lord Dick Taverne, Sense About Science

« Les cultures génétiquement modifiées posent des risques inacceptables aux agriculteurs et à l'environnement et n’augmentent pas le rendement en dépit d’un financement en millions de dollars du contribuable du Royaume-Uni. » Kirtana Chandrasekaran, Amis de la Terre

« Les cultures génétiquement modifiées n’ont pas un rendement supérieur. Des scientifiques ont découvert que l’insecticide des cultures génétiquement modifiées peut fuir et tuer les champignons bénéfiques du sol. » Peter Melchett, Soil Association

Questions & réponses sur le problème des OGM

Combien d’OGM sont cultivés en Europe ?

Très peu. Les documents vantent une augmentation de 21 pour cent des surfaces l'an dernier, prouvant « l'intérêt croissant. » Mais ça ne couvrait que 0,119 pour cent des terres agricoles en Europe.

Quels sont les problèmes?

Surtout environnementaux. Les essais officiels en Grande-Bretagne ont montré que faire pousser des cultures génétiquement modifiées était pire pour la faune que les cultures classiques. Plus grave, les gènes s’échappent des plantes modifiées et créent de super mauvaises herbes qui contaminent les cultures normales et biologiques, interdisant aux consommateurs le choix du sans OGM.

Mettent-ils la santé en danger ?

Difficile à dire. Certaines études montrent qu'elle le peuvent, d'autres (notamment pratiquement toutes celles de l'industrie) sont rassurantes. Le problème est qu’il y a eu très peu de recherches véritablement indépendantes et confirmées par des spécialistes. La plupart des consommateurs ont conclu raisonnablement qu’ils préféreraient être prudents plutôt qu’avoir à le regretter, d'autant plus qu'ils n’ont aucun intérêt à acheter des OGM.

Peuvent-ils nourrir le monde ?

Bien sûr que non à peu de chose près. Malgré tout le matraquage publicitaire, les variétés génétiquement modifiées actuelles ont un rendement inférieur à celui de leurs homologues conventionnelles. Les semences sont coûteuses à acheter et à faire pousser, de sorte que les fermiers riches du monde développé ont tendance à les utiliser, chassant les pauvres du business et augmentant la misère. La plus grande évaluation agricole jamais réalisée, présidée par le professeur Robert Watson, maintenant scientifique en chef du Defra, a récemment conclu qu’elles ne feraient pas l’affaire.

Original : www.independent.co.uk/environment/green-living/europes-secret-plan-to-boost-gm-crop-production-973834.html Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info

source: alterinfo.com

Publié par katleen