Bonne lecture:

Des troupes américaines dans des patrouilles pour le "contrôle des foules" à partir du 1er octobre

Des soldats américains revenant de leur mission en Irak exécuteront des patrouilles de patrie en Amérique à partir du 1er octobre, en totale violation du Posse Comitatus, dans le but d'aider dans le cadre de "troubles civils et de contrôle des foules" - qui pourraient inclure le fait de s¹occuper d¹Américains indisciplinés après un effondrement économique total .

Cette admission choquante a été calmement rapportée le 8 septembre par le site web Army Times -> armytimes.com , qui relève que, dès le début du mois prochain, la 1ère Brigade des équipes de combat de la 3e division d'infanterie "seront sous le contrôle quotidien de l'armée américaine du Nord(U.S. Army North), le service de l¹armée faisant partie du Northern Command (Commandement Nord), en tant que force de réponse suite à un appel fédéral pour les urgences et désastres naturels ou dus à l¹homme, y compris les attentats terroristes".

L'article note que ce déploiement "marque la première fois qu¹on a donné à une unité active une mission dédiée au NORTHCOM, un commandement conjoint créé en 2002 pour fournir le commandement et le contrôle pour les efforts fédéraux de défense de la patrie et le soutien coordonné de défense des autorités civiles".

Le but des patrouilles de cette unité inclut le fait d¹aider "dans le cadre de troubles civils et de contrôle des foules ou pour faire face à des scénarios potentiellement horribles tels qu¹un empoisonnement massif et un chaos en réponse à une attaque chimique, biologique, radiologique, nucléaire ou avec un explosif à haut rendement, ou CBRNE".

L'unité opérations sera en patrouille dans la patrie pendant au moins 20 mois avant de retourner en Iraq ou en Afghanistan au début de 2010, selon le rapport.

L'entraînement pour ces opérations de patrie a déjà commencé à Fort Stewart et à la Peterson Air Force Base, à Colorado Springs.

De façon inquiétante, le rapport indique que, "Les soldats de la 1ère BCT (Brigade Combat Team) apprendra également à utiliser le "premier paquet (d¹armes) non létales que l¹armée ait jamais déployé", a dit le commandant de la 1ère BCT, le colonel Roger Cloutier, se référant à l'équipement pour le contrôle des foules et du trafic et aux armes non létales conçues pour maîtriser les individus indisciplinés ou dangereux sans les tuer".

L'unité serait également déployée pour faire face aux foules hostiles des Américains à la suite d'une dépression économique massive, aux potentielles émeutes alimentaires et raciales, si l'on définit le terme "contrôle des foules" pour qu¹il corresponde à ses scénarios raisonnablement applicables.

L'admission ouverte selon laquelle les troupes américaines seront impliquées dans les opérations visant à faire respecter la loi ainsi que dans l¹utilisation d¹armes potentiellement non meurtrières contre des citoyens américains est une violation de la loi sur le Posse Comitatus et de la loi sur l'Insurrection, qui limitent considérablement les pouvoirs du gouvernement fédéral à utiliser des militaires dans de buts d¹application de la loi, sauf sous des circonstances précises et extrêmes.

L'article 1385 de la loi sur le Posse Comitatus déclare -> en.wikipedia.org : « Quiconque, sauf dans des cas et sous des circonstances expressément autorisées par la Constitution ou par loi du Congrès, utilise volontairement une partie de l'armée ou de la force aérienne en tant que posse comitatus ou afin d¹exécuter les lois est passible d'une amende en vertu du présent titre ou d'un emprisonnement ne dépassant pas deux ans, ou les deux".

Dans le cadre du John Warner Defense Authorization Act (loi John Warner sur l¹autorisation de la défense), signé par le président Bush le 17 Octobre 2006, la loi a été modifiée afin de déclarer : « Le Président peut employer les forces armées pour rétablir l'ordre public dans tout État des États-Unis, le président détermine obstacle à l'exécution de lois ou de personnes ou prive les gens d'un droit, d¹un privilège, d¹une immunité ou d¹une protection nommés dans la Constitution et garantis par force de loi, ou s'oppose ou fait obstacle à l'exécution des lois des États-Unis, ou entrave le cours de la justice en vertu de ces lois. "

Toutefois, ces changements ont été abrogés dans leur intégralité par la loi « HR 4986: National Defense Authorization Act » pour l'année fiscale 2008, revenant à l'état initial de l'Insurrection Act de 1807.

Le texte original de la loi sur l'insurrection limite le pouvoir du président à déployer des troupes au sein des États-Unis.

Pour que les troupes soient déployées, une condition doit exister selon laquelle : "(1) L'exécution de la législation de cet État, et des États-Unis au sein de l'État, doit être entravée de telle sorte que toute partie ou classe de son peuple soit privée d'un droit , d¹un privilège, d¹une immunité ou d¹une protection nommée dans la Constitution et garantie par la loi, et que les autorités constituées de cet État soient incapables, ne parviennent pas ou refusent de protéger ce droit, ce privilège ou cette immunité, ou de donner cette protection, ou (2) (que toute partie ou classe du peuple des Etats-Unis) s'oppose ou fasse obstacle à l'exécution des lois des États-Unis ou entrave le cours de la justice en vertu de ces lois. Dans tous les cas couverts par l'alinéa (1), l'État ne sera pas considéré comme ayant refusé la protection égale des lois garanties par la Constitution. "

L'administration Bush et le NORTHCOM attendent-ils qu¹un tel scénario se déroule, un événement qui dépasse totalement les autorités d¹état, avant de libérer la puissance de l'armée américaine contre le peuple américain?

Le déploiement des troupes de la Garde nationale afin d¹aider l¹application de la loi ou dans le but de soulager après une catastrophe est légale sous l'autorité du gouverneur d'un état, mais utiliser le service actif de l'armée américaine dans des opérations d¹application de la loi par la force à l'intérieur de l'Amérique et en dehors des conditions décrites dans la Loi sur l'insurrection, est totalement illégal.

Avec la promesse d'une "surprise pour octobre" au nom de Ben Laden et d¹Al-Qaida qui revient plusieurs fois dans les médias et la possibilité de troubles civils si un effondrement complet de l'économie américaine devait se produire, la présence des troupes états-uniennes en Amérique, qui reviennent toutes fraîches de leur mission consistant à enfoncer des portes, à arrêter des « insurgés » et à les emmener dans des camps d'internement en Irak, devrait mettre les Américains en état d'alerte et provoquer des questions urgentes sur la légalité des unités de l'armée des États-Unis qui s¹engagent dans des opérations d¹application de la loi par la force contre les citoyens américains.

bien amicalement

par colombus