En Espagne, un important incendie s'est déclaré, le 24 août aussi, à la centrale nucléaire Vandellos II (Catalogne) qui est arrêtée depuis. Une trentaine d'incidents ont eu lieu depuis le début de l'année dans les centrales espagnoles. En avril dernier, on a appris qu'une fuite radioactive avait eu lieu 6 mois plus tôt (!) à la centrale d’Asco I (Catalogne) dont l'exploitant encourt de lourdes sanctions.

En Allemagne à Asse, la population a appris fin juin qu'une contamination de grande ampleur était en cours depuis des années dans une mine de sel ou 126 000 fûts de déchets nucléaires ont été stockés. La mine était présentée comme "stable depuis 70 millions d'années" et "quasi-imperméable", mais les déchets baignent aujourd'hui dans un véritable lac souterrain dont la contamination menace de grandes nappes phréatiques.

En Autriche, un incident s'est produit dans la nuit du 2 au 3 août dans les laboratoires de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), à 35 km de Vienne. Ce n'est que par chance qu'un accident grave n'a pas eu lieu.

En Ukraine, une fuite d'eau radioactive a provoqué l'arrêt d'un réacteur à la centrale nucléaire de Rivné (ouest de l'Ukraine) le 10 juin.

En Slovénie, une fuite radioactive le 4 juin à la centrale nucléaire de Krsko a entraîné une alerte européenne (les 26 autres pays de l'Union ont été contactés en urgence) avant que la gravité de la situation ne soit minimisée, sans que personne ne sache vraiment ce qui s'était passé.

La France, enfin, a été frappée cet été par de multiples incidents à la Socatri-Areva (Bollène, Vaucluse ; grave fuite d'uranium le 7 juillet), à la FBFC-Areva (Romans-sur-Isère, Drôme ; découverte le 18 juillet de contaminations par une canalisation rompue depuis des années), à la Centrale nucléaire EDF du Tricastin (Drôme ; 100 salariés contaminés le 23 juillet) et à celle de St-Alban (Isère ; 15 salariés contaminés le 20 juillet), à nouveau à la Socatri-Areva (aveu le 6 août de rejets illégaux depuis des semaines de carbone 14 radioactif) et à la Comurhex-Areva (Pierrelatte, Drôme ; aveu le 21 août de contaminations par une canalisation rompue elle aussi depuis des années).

Le Réseau "Sortir du nucléaire " appelle l'opinion publique internationale à prendre conscience de la gravité des contaminations déjà occasionnées par l'industrie nucléaire, et de la possible imminence d'une véritable catastrophe nucléaire dont les conséquences seraient incommensurables. Il ne faut pas faire confiance aux diverses "autorités de sûreté", qui contribuent à cacher la vérité, et il faut fermer les installations nucléaires avant que le pire ne se produise.

Contact presse : 06 64 100 333.

(((Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 830 associations Communiqué de presse du 29 août 2008 )))

__

Merci de rediffuser à vos contacts mails.

Participez à la campagne nationale : “Ni nucléaire, ni effet de serre – Choisissons les économies d’énergie et les énergies renouvelables”

Bonjour,

Les événements de cet été (Tricastin...) démontrent à quel point le nucléaire représente un danger permanent. Le Réseau “Sortir du nucléaire” a été très présent dans les médias pour dénoncer ce scandale : videos.sortirdunucleaire.org

Vous pouvez agir maintenant !

La campagne “Ni nucléaire, ni effet de serre” représente une occasion unique de continuer à sensibiliser largement l’opinion publique et d’interpeller N. Sarkozy jusqu’au 31 décembre 2008. N’attendez pas et agissez aujourd’hui.

Votre participation est essentielle !

Cette campagne du Réseau “Sortir du nucléaire” s’inscrit dans le cadre d’un partenariat sans précédent avec le Réseau Action Climat, Greenpeace, les Amis de la Terre, le WWF, la Confédération paysanne, Nature et Progrès, Enercoop, Agir pour l’environnement, Action consommation, Avigolfe, le Mouvement pour une alternative non violente, Cyberacteurs, Biocoop (premier réseau de magasins bio en France)...

Après un excellent démarrage (300 000 documents diffusés en 2 mois), cette campagne doit s’intensifier dans les prochaines semaines grâce à votre participation.

Comment pouvez-vous agir ?

1- Si vous ne connaissez pas encore cette campagne, recevez gratuitement un dépliant à votre domicile en communiquant simplement votre adresse postale à : Nouara SCALABRE <nouara.scalabre@sortirdunucleaire.fr>

2- Faites connaître cette campagne à votre entourage en commandant des documents de campagne en nombre en cliquant ici : ninucleaire-nieffetdeserre.org

Ou envoyez votre commande par courrier à : Réseau Sortir du nucléaire - 9 rue Dumenge - 69317 Lyon Cedex 04 Prix port compris : 10 documents : 3 euros, 50 docs : 13 euros et 100 docs : 20 euros. Chèque à l’ordre de “Sortir du nucléaire”

Merci d’avance pour votre participation : même si vous faites peu, ce sera déjà beaucoup !

Très cordialement,

Philippe Brousse Directeur du Réseau "Sortir du nucléaire" Fédération de 833 associations 9, rue Dumenge 69317 Lyon Cedex 04 - France Tel. 04 78 28 29 22 - Fax : 04 72 07 70 04 sortirdunucleaire.org

source: sortirdunucleaire.org

Publié par info