La décision a été vivement critiquée par le responsable du Conseil musulman britannique, Iqbal Sacranie, qui a réitéré sa demande pour une enquête complète : "Il doit y avoir une enquête absolument exhaustive qui puisse nous fournir les informations nécessaires pour savoir ce qui s’est passé, comment et pourquoi cela s’est passé afin d’être mieux préparés pour éviter qu’une telle tragédie se produise de nouveau."

M. Sacranie a des raisons de douter de la version officielle sur les attentats qui tuèrent 52 personnes dans trois métros londoniens et un bus le 7 juillet dernier, sachant que celle-ci accuse Rachid Aswat d’en avoir été le cerveau, or ce dernier avait été par le passé identifié comme un agent des services secrets de Sa Majesté

publié par réseau voltaire