Aucune éducation n’est utile et aucune société n’est durable si elle ne prend pas en compte le besoin fondamental de chacun de ses individus à trouver le bonheur à travers la recherche et l’épanouissement de ses talents particuliers. Chaque laissé pour compte est un frein irrémédiable au développement de tous.

Aucune santé durable ne peut être acquise par l’ingestion d’aliments ayant nécessité l’application d’une quelconque violence. Le meurtre d’animaux retombera toujours sur celles et ceux qui la pratique et sur la planète qui les porte, que cette violence soit déléguée ou directement appliquée, qu’elle soit consciente ou non. Le forçage des plantes, par des techniques augmentant artificiellement les rendements et provoquant des dérèglements et des destructions du biotope, produit des fruits et légumes empoisonnés.

Aucune eau n’apporte une hydratation bénéfique et durable si elle est traitée par des procédés chimiques violents qui tuent et dénaturent sa vitalité.

Aucune paix durable ne peut être établie au moyen de la guerre, de la répression, de la contrainte.

Aucun amour véritable et donc durable ne peut exister sans un rapport d’égalité, sans une connaissance respectueuse de soi et des autres, sans une liberté complète des êtres en présence. La contrainte n’engendrera toujours que la contrainte, les tentions et les conflits.

Aucune loi équitable et donc durable ne peut s’écrire si elle sépare les êtres humains en groupes, en peuples, en nation. Quelque soit les motifs de division (sexuels, raciaux, de nationalité, de religion, de clan, de profession, de culture...) un texte qui légifère sur des spécificités renforce les spécificités et induit des conflits.

Aucune conscience totale et donc durable ne peut s’épanouir à travers la culture de l’individualisme, à travers la peur de l’autre, à travers le replis sur soi ou sur les siens.

Aucun développement durable de notre humanité ne se fera sans une conscience de son destin commun sur une seule et même planète.

Aucun mensonge, même bien intentionné, ne peut attirer la lumière de la vérité, seule et unique source de l’épanouissement des consciences.

Le sentiment et l’intention qui motive le premier pas imprègne et caractérise toujours le résultat final.

Saint Pierre de la Réunion le mercredi 25 juin 2008 Erik Gruchet

par gruchet erik