À l’heure actuelle, nous éprouvons nous-mêmes ce problème avec les mots, lorsqu’il s’agit de faire passer une essence, de faire passer un concept, qui est beaucoup plus abstrait que les abstractions dont vous êtes capables. Dans les langues anciennes comme les langues égyptiennes, ou les langues indiennes, cette phase est dépassée, parce qu’un mot à une racine, un tronc et une cime, et ainsi, par la cime, l’homme utilisant le mot connaît son âme et son propre destin.

Le Dharma est avant tout le service, mais lorsque l’on en prend que la traduction, on ne comprend pas ce que cela évoque sur le plan de l’application journalière.

Or, s’il y a un service, il y a forcément un plan, donc, on peut dire que Dharma exprime aussi le plan.

On ne peut pas servir en improvisant, en bafouant les lois, ou en bafouant le plan que les Maîtres sous-tendent et maintiennent. Le plus petit acte que fait un disciple dans le monde, s’inscrit à l’intérieur d’un plan.

Forcément il n’a pas la précision de quelque chose qui a été connu, médité et prémédité, mais dans la mesure où les individus sont avant tout investis par des énergies de manière consciente ou inconsciente, tout ce qui est fait à un moment donné au nom de l’humanité, s’inscrit à l’intérieur du Dharma, soit du service, soit du plan. Ainsi, l’homme pourra effectuer de manière improvisée ou pas, les actes les plus petits, comme les plus grands, il s’inscrira à coup sûr dans le service.

C’est pour cela que bien des fois, je vous ai moi-même exhortés à entrer dans le service, dans les rangs des serviteurs du monde. Même si vous-mêmes, vous ne savez pas exactement que faire, comment faire, et dans quelle envergure, pour tel ou tel effort, peu importe, du moment que vous passez à l’action, vous vous inscrivez à l’intérieur du collège des disciples. Et à force de vous y inscrire et à force d’y être présent et rayonnant, vous devenez une entité connue et visible sur un plan occulte, et c’est à ce moment-là que vous pouvez espérer rencontrer des guides invisibles, des guides subtils, ou même voir selon votre degré votre Maître. C’est pourquoi, tout acte que vous ferez au nom d’un homme pour le servir, ou au nom de Dieu, si cela est justement votre but, sachez que vous vous faites remarquez en quelque sorte du plan divin et que vous vous inscrivez en lui.

Suivre le plan divin n’est pas quelque chose de si compliqué. Il n’est pas nécessaire de connaître son rayon, il n’est pas nécessaire d’avoir tel ou tel degré initiatique, il n’est pas non plus nécessaire d’être très compétent, très développé, de fusionner avec son Maître ou avec des guides. Tout cela peut se passer tout à fait gentiment, je dirais naturellement, et c’est dans la mesure où chaque homme l’effectue naturellement, qu’il va s’inscrire de plus en plus dans la vérité et dans la réalité. Si au contraire, l’homme cherche par esprit de perfection, ou simplement par ignorance, s’il cherche à obtenir tel ou tel renseignement, à obtenir telle ou telle qualité ou aptitude pour effectuer un jour telle ou telle chose, tout cela est du temps perdu et il ne passe à aucune action.

Les temps passés à aucune action, il n’en résulte aucune expérience et c’est le mot capital. Car en même temps que service, il faut savoir conjuguer le mot expérience. Le service, même s’il a débuté à l’aveuglette, même s’il a débuté sans trop savoir comment s’y prendre, par l’expérience qu’il apporte, il vous permet de plus en plus et de mieux en mieux de devenir disciple. Ce qui fait que vos frayeurs des premiers temps de : « je ne sais pas comment faire, je ne sais pas si je peux faire », s’estompent au fur et à mesure avec l’apport de l’expérience. Et c’est par ce vécu que justement les initiations peuvent avoir lieu et pas autrement. Un individu qui effectue des actions, effectue des travaux, a beaucoup plus de chance d’obtenir une initiation, que celui qui reste à essayer de comprendre l’univers et à étudier l’univers. Naturellement, comprendre et étudier, sont aussi des clefs primordiales pour obtenir des initiations, mais s’il n’y a pas l’expérience, s’il n’y a pas le vécu, donc une maturité, l’initiation ne peut pas avoir lieu. Nous avons trois mots complémentaires et nécessaires : service, expérience, maturité.

Pour qu’un disciple soit un réel disciple, il faut qu’il ait l’âme et le cœur de passer au service, qu’il n’ait pas peur d’entrer dans l’action, de passer à l’expérience et cela débouche sur une maturité. Car il n’y a qu’avec la maturité acquise qu’il va démontrer ses qualités intérieures. Qualités qui n’étaient pas du tout éveillées le jour où il a pris la décision de servir, mais qui se sont ouvertes au fur et à mesure de l’action. L’énergie a ouvert les pétales des chakras au fur et à mesure des expériences, qui peuvent être positives ou négatives d’ailleurs, selon ce que l’on a à mûrir.

Donc, quoi que vous fassiez, ayez toujours à l’esprit que c’est avant tout pour servir.

Qu’est-ce que le service ?

Le service c’est la vie en mouvement, ce n’est pas un acte de charité.

Il faut que vous enleviez de vos esprits l’idée que le service doit être un acte de charité, allant de votre cœur à la vie d’un autre. Non. Il n’y a pas de charité dans le service et c’est pour cela que l’autre ne vous doit rien et que souvent vous n’avez rien en retour.

Le service, c’est tout simplement faire partie du mouvement de la vie et de manière consciente, lucide et mûre, participer à l’évolution du mouvement de cette vie.

Votre récompense est avant tout vibratoire. Pour avoir servi un tel, il ne va pas vous remercier, mais par contre, vous avez à votre actif et dans un de vos chakras une énergie ou un degré d’énergie en plus. C’est cela l’expérience et la maturité, avoir au fur et à mesure des expériences ce degré vibratoire en plus, et cela compte autant que les méditations, autant que les ascèses, surtout dans le monde que vous connaissez, le monde occidental, où la vie avec l’autre est primordiale, ou elle est majeure. Vous seriez dans un autre pays où les monastères foisonnent, je ne vous parlerais pas de la même façon. Mais en occident, la vie collective est une note majeure, et l’individu doit apprendre à faire évoluer cette vie collective. Il doit apprendre à se responsabiliser par rapport à cette vie collective. La maturité et issue de cela.

La maturité du disciple ne dépend pas de ses trente ou trente-cinq années. Il doit être mûr spirituellement, c’est-à-dire que son discernement doit être aiguisé. Je ne dis pas qu’il doit être absolu, car on ne cesse d’obtenir du discernement. Sitôt que vous l’avez acquis sur un certain point, un autre champ d’initiation se déroule devant vous et vous devez apprendre à acquérir le champ de discernement qui lui correspond. Donc le discernement n’est jamais quelque chose d’acquis, mais quelque chose qui se prolonge ou qui s’ouvre toujours de plus en plus. Cependant un certain seuil de discernement est réclamé lorsque vous voulez véritablement commencer à vivre intelligemment.

Regardez ce qui se passe dans la vie profane ? La plupart des gens manquent terriblement de discernement, ce qui provoque beaucoup de catastrophes, que ce soit des accidents de la route, aériens, que ce soit même les disputes à l’intérieur d’une cellule familiale, des clans politiques, à propos des richesses, des forces de la planète, le manque d’intelligence et de bon sens sont à l’origine de tout cela. Mais lorsque l’on connaît la nature humaine, intelligence et bon sens vont de pair avec l’évolution. C’est-à-dire que vous ne pouvez pas demander une extrême intelligence à quelqu’un qui n’est pas suffisamment évolué.

Qu’est ce que j’entends par intelligence ?

L’intelligence pour nous, c’est la capacité de discerner le bien du mal et le faux du vrai.

Il ne s’agit pas de devenir des super-cerveaux, extrêmement connaissant, pouvant jongler avec différentes matières de la science traditionnelle, mais simplement avoir cette faculté de connaître le pur, de connaître le vrai et de faire toujours la séparation entre le vrai et le faux, pour pouvoir agir juste. Plus que toutes les sciences du monde, cette science-là est primordiale, parce que tant que l’homme ne détient pas celle-là, il ne pourra rien faire avec les autres. Regardez ce qui se passe lorsque les scientifiques arrivent à découvrir certaines forces. S’ils n’ont pas ce discernement que donne seulement l’évolution, ils font n’importe quoi avec ce qu’ils viennent de découvrir. C’est ainsi que l’homme, utilisant son intelligence primaire, développe des armes. La véritable intelligence est celle du disciple, qui même ignorant dans toutes les matières que donne la science traditionnelle, il saura faire la différence, entre le bien et le mal, le vrai et le faux.

Ce discernement s’acquiert par l’expérience.

En passant à l’action, vous avez toutes les chances de rencontrer les circonstances qui vont vous obliger à faire des choix, et si vous les faites mal vous allez vous retrouver devant une porte, ou devant une voie sans issue, ou devant de gros problèmes. C’est en supportant ces problèmes, ou en supportant cette voie sans issue, que vous allez acquérir la connaissance, de ce que vous n’avez pas reconnu comme étant la vérité.

Si bien qu’au prochain événement, vous aurez le discernement pour faire le bon choix. L’expérience est quelque chose de capital, il n’y a rien de plus triste, que de voir quelqu’un paralysé dans son foyer, au coin du feu, au coin de son radiateur, l’oreille accrochée à la radio ou à la télévision et qui ne fait rien de sa vie, qui vivote en fait, qui hiberne. Même s’il sort de sa maison, s’il va voir des amis, il ne se passe rien, parce qu’il hiberne, il reste dans ce milieu, qui n’a pas de force et qui n’a pas de déploiement.

Un homme qui veut vraiment utiliser sa vie au maximum, doit se forcer à se déraciner et plus il saura se déraciner et plus il pourra se renouveler, donc évoluer. Quelqu’un qui reste dans son logis, sans jamais aller à la rencontre de qui que ce soit, ou d’aucune philosophie, ou groupe que ce soit, n’aura vécu pour rien, comme l’insecte est là pour accomplir l’acte de la nature.

L’homme a été créé pour qu’il fasse plus que l’acte de la nature. L’homme a été créé pour faire l’acte de Dieu, prendre position dans l’univers.

Extrait de "psychologie cosmique"

source: conscience-universelle.fr

Publié par karen