Le point de vue plus ou moins officiel de la psychologie et de la psychiatrie est que les channels sont simplement en contact avec leur propre subconscient, voire avec le « subconscient » collectif, et au sein de ce subconscient niche toute une foule de figures archétypales ou emblématiques qui peuvent avoir une certaine consistance aux yeux des channels, ainsi qu’aux yeux de toute personne qui partagera le même champ de subjectivité, comme d’autres ailleurs partageraient le fantasme d’un psychotique.

Cela ne signifie pas que les channels seraient des sortes de malades mentaux. Cela signifie seulement ce que ça dit : ils sont en contact avec leur subconscient, et le subconscient n’est-il pas une sorte d’univers invisible ? Il est tout à fait vrai que dans certains cas, des channels ne canalisent rien d’autre que leur propre subconscient. Mais même dans ce cas, les messages canalisés peuvent parfaitement comporter des indications utiles et des éléments de vérité. Ce n’est pas parce qu’un message serait issu du subconscient qu’il doit s’agir nécessairement de quelque chose d’intégralement inutile et faux.

Le point de vue d’une majorité des maîtres spirituels incarnés –ces hommes et ces femmes qui disposent d’un niveau significatif de réalisation intérieure, peu importe le type spécifique de cette réalisation : éveil du soleil intérieur, éveil du hara, ouverture du centre coronal, réalisation de la paix inconditionnelle–… donc le point de vue d’une majorité des maîtres spirituels incarnés consiste à souligner que les channels sont en réalité en rapport avec le vaste univers de l’astral, qui est un univers dans lequel l’humanité projette ses rêves, ses cauchemars, ses désirs, ses espoirs, ses peurs et ses angoisses, et qui est encore un univers où vivent des entités qui jonglent sans cesse avec ces projections de l’humanité.

Dans tous les enseignements spirituels émanant des maîtres spirituels incarnés –et dans tout enseignement ayant été le fait d’un maître à l’époque de son incarnation–, lorsqu’il est question de l’univers astral, celui-ci est dépeint comme un univers tissé d’illusions –c’est-à-dire d’ignorance, de mensonges et de manipulations.

Le phénomène du vampirisme énergétique (qui n’a pas que des allures négatives, n’en déplaisent à certains), signalé par de nombreux maîtres spirituels, a particulièrement cours dans l’univers astral –mais c’est là un fait que beaucoup désirent ignorer, comme si on pouvait se libérer de l’emprise des vampires énergétiques en se cachant la tête sous le sable.

Si l’on écoute les channels eux-mêmes, nombre d’entre eux se disent facilement en rapport avec des êtres de lumière, avec des maîtres ascensionnés, avec des êtres cosmiques, et même avec Dieu. Toute chose qui est supposée transcender l’univers de l’astral et se rapporter directement à l’univers divin.

On assiste souvent à des propos curieux dans le milieu des amateurs de channeling, du moins quand ils osent s’exprimer franchement, car la langue de bois est souvent de mise dans ces milieux : « Neale Donald Walsch est en contact avec le vrai Dieu, mais je sais que Midaho canalise un faux Dieu » ; « Monique Matthieu canalise les vrais êtres de lumière, mais Anne-Marie C. canalise un faux Sananda » ; « Luce et Loriel sont à 100% fiables, mais il faut vraiment se méfier de Joeliah » ; « L’archange Michaël de Ronna Hermann c’est le vrai, mais celui de Michaël El Nour est un être de l’ombre » ; etc…

Et des propos similaires se tiennent entre les channels eux-mêmes, là encore quand ils osent s’exprimer clairement sur de tels sujets, et parfois seulement dans des conversations privées : « Moi je canalise l’authentique Ashtar ou le véritable maître Jésus, mais il y en a d’autres qui canalisent des entités qui sont en fait des imposteurs, de vraies forces obscures »…

Pour certains, le discernement spirituel devient une sorte d’exercice où il faut essayer de déterminer si dans tel channeling, la source c’est bien le vrai Sananda, ou alors une fausse Marie… et cela va jusqu’à essayer de discerner dans un même message lequel passage vient des vrais maîtres ascensionnés, et lequel est une intrusion des forces de l’ombre ou une manifestation de l’ego du channel ! Question subconsciente qui guide ce pseudo-discernement : qu’est-ce qui procure le meilleur plaisir ?

Les ésotéristes, pour les nommer ainsi, sont une espèce qui se fait extrêmement rare depuis quelques dizaines d’années. Disons qu’un ésotériste, en plus d’avoir acquis une connaissance approfondie des choses de l’invisible et des choses de l’âme, c’est quelqu’un qui a atteint un degré significatif de développement dans ses facultés psychiques, choses qu’il convient de distinguer de la sensitivité qui caractérise généralement les médiums et les channels.

Ce n’est pas un maître spirituel, mais en un sens il est bien plus proche de l’état de maître spirituel, que ne le seraient la plupart des dilettantes qui pullulent dans le milieu spiritualiste.

Les ésotéristes partagent en général le même point de vue que les maîtres spirituels à propos du channeling, à savoir que ce phénomène tire sa source principale dans l’univers astral qui est essentiellement le monde du rêve, du mirage, de la manipulation et du vampirisme. A l’instar des maîtres spirituels incarnés, la majorité des ésotéristes se tiennent à distance du channeling et n’en font généralement pas. Et quand il advient qu’un ésotériste transmette des messages reçus par des voies non-physiques, comme ce fut le cas pour Héléna Blavastky et pour Alice Bailey, l’enseignement qui en émane se situe toujours au-delà des vibrations astrales, ces vibrations reconnaissables à leur « pathos émotionnel » très caractéristique.

Les chercheurs spirituels relativement exigeants, qui ont pris la peine d’étudier avec rigueur et sérieux un certain nombre de textes ésotériques, depuis des textes des canons sacrés jusqu’aux traités ésotériques des écoles ou des courants traditionnels de différentes cultures, en passant évidemment par les enseignements de différents maîtres spirituels –enseignements délivrés du vivant de ces maîtres, et non enseignements colportés par channeling bien après la sortie d’incarnation du maître spirituel concerné–… donc…

les chercheurs spirituels cultivés, c’est-à-dire versés dans la connaissance des traités ésotériques et des enseignements des maîtres incarnés, penchent en majorité vers le point de vue des maîtres spirituels et des ésotéristes à propos du channeling. Ceci est un phénomène très curieux. Il semble que l’on doive être, ou bien un sensitif pas très cultivé du point de vue de l’ésotérisme, ou bien un chercheur spirituel également pas très cultivé, pour adhérer au paradigme du channeling : des hommes et des femmes non-éveillés qui entretiennent aisément une communication directe avec des êtres de lumière, avec des maîtres ascensionnés, avec des êtres cosmiques… avec Dieu.

L’univers astral peut être divisé en trois grandes couches. C’est là une répartition très générale, mais on peut distinguer le niveau de l’astral inférieur, le niveau de l’astral moyen, et le niveau de l’astral supérieur. Toute entité qui réside dans l’astral est de facto un être non-éveillé, et potentiellement (nous disons potentiellement, même si nous savons que beaucoup semblent incapables de saisir cette nuance) un prédateur (qui peut être de coloration « émotion positive » ou « émotion négative »).

Dans l’astral on trouve une foultitude d’entités qui se présenteront avec splendeur sous diverses identités lumineuses, jusqu’à se dire Dieu. Et bien évidemment, une entité de l’astral supérieur qui viendrait se présenter comme Dieu, Sananda ou l’archange Michaël, ne vous dira jamais : « Je suis une entité de l’astral qui se fait passer pour Dieu », mais elle vous dira : « Je suis votre bien-aimé Sananda, seigneur de l’Amour, et en ce moment je vous entoure de ma Lumière et j’élève vos vibrations afin que vous puissiez recevoir ma parole », ou quelque autre belle parole…

Certains channels sont-ils vraiment en rapport avec d’authentiques êtres cosmiques relevant de l’univers divin, voire en communication avec Dieu ? Les maîtres spirituels incarnés ont-ils tort de dire que l’ensemble du channeling émane de l’univers astral ?

Voyons les choses d’une manière un peu plus précise. La réalité peut se décomposer en cinq grands univers : l’univers physique, l’univers astral, l’univers manasique (pour ne pas induire de confusion avec le champ des idées et des pensées), l’univers causal et l’univers divin. L’univers physique, c’est celui dans lequel nous vivons lorsque nous sommes incarnés. Si on omet l’univers physique, les autres univers constituent ce qu’on peut appeler globalement l’invisible. N’importe qui peut-il être en communication directe avec n’importe quel univers de l’invisible ? Vous êtes-vous déjà posé vraiment cette question ?

Si n’importe qui peut être en communication directe avec n’importe quel univers de l’invisible, alors quasiment tous les channels sont en effet très susceptibles d’être en contact direct avec des êtres cosmiques et avec Dieu. Et le problème est réglé.

Autre question : n’importe qui peut-il discerner si tel Sananda est le vrai ou un imposteur ? Si oui, alors la moindre petite trace restante de problème par rapport au channeling est dissipée.

Reste juste le petit problème de la position des maîtres spirituels incarnés par rapport au channeling. Et si en plus des ésotéristes qui sont en relation avec l’invisible depuis de nombreuses années finissent par exprimer de la réticence par rapport au channeling, alors le petit problème devient un rien moins évident… Le problème que le channeling pose à la spiritualité –car il y a bel et bien un problème à ce propos, encore une fois n’en déplaise à certains– est un problème épineux.

Si d’authentiques êtres divins utilisent le channeling pour transmettre l’enseignement spirituel, alors il serait important d’essayer de distinguer clairement ce qu’il en est, car il serait dommage qu’un enseignement si important soit noyé dans des annonces quotidiennes ou hebdomadaires émanant de faux êtres cosmiques.

Chaque univers de l’invisible se rapporte, d’une certaine manière, à un certain niveau de conscience. Là encore nous proposons une classification très simplifiée. La conscience d’un être peut être : une conscience moyenne, une conscience avancée, une conscience éveillée, ou une conscience sublimée.

Les êtres qui ont une conscience moyenne résident dans l’univers astral, ceux qui ont une conscience avancée résident dans l’univers manasique, ceux qui ont une conscience éveillée résident dans l’univers causal, et ceux qui ont une conscience sublimée résident dans l’univers divin. Nous rappelons, parce qu’il est si facile d’oublier les nuances, que c’est là une classification extrêmement simplifiée, mais parfaitement suffisante pour faire comprendre ce que nous expliquons ici.

Tous ces êtres peuvent s’incarner dans l’univers physique, et c’est là qu’on assiste à quelque chose de magique : sur le plan physique, en situation d’incarnation, deux personnes appartenant à des niveaux de conscience très éloignés, peuvent aisément se serrer la main, discuter un peu et vivre dans le même immeuble. Peut-être ne mesurez-vous pas ce que cette proximité en incarnation a d’extraordinaire.

Jusque-là, aucun problème par rapport au channeling : rien n’empêche que tel channel soit en communication directe avec des êtres de l’univers divin, et pourquoi pas avec Dieu lui-même. Mais quand on prend la peine d’évoquer les choses un peu plus précisément, on constate qu’un être incarné ne peut en réalité être en relation directe avec un univers de l’invisible, que dans la mesure où il aurait acquis ou réalisé le niveau de conscience correspondant à cet univers.

A quelques nuances près, naturellement. C’est une loi de correspondances que beaucoup voudront absolument ignorer, car c’est justement elle qui tempère brutalement les prétentions infinies du channeling (nous entendons ici la prétention de discuter au petit bonheur avec le maître Jésus et de papoter avec Dieu en direct live).

Certes, il y a le fait que des êtres de l’invisible peuvent prendre des initiatives caractéristiques, mais là encore quand cela se produit, un être de l’invisible aura naturellement « tendance » (pour ainsi dire) à établir le contact avec un être incarné ayant atteint un niveau de conscience relativement similaire. C’est un autre aspect de la même loi des correspondances, qui imprègne les relations entre les êtres incarnés et les êtres de l’invisible.

Une personne de conscience moyenne sera en rapport, si elle a des aptitudes sensitives, avec l’univers astral. Une personne de conscience avancée sera en rapport avec l’univers manasique, et une telle personne n’a pas besoin de recourir aux aptitudes sensitives « inférieures », puisque ses facultés psychiques « supérieures » sont actives ou aisément disponibles.

Les termes « inférieur » et « supérieur » étant utilisés ici dans leur sens ésotérique, et non dans leur sens moral.

Il faut donc être un maître spirituel, c’est-à-dire un être de conscience éveillée ou de conscience sublimée, pour pouvoir prétendre à des rapports directs avec l’univers causal et l’univers divin.

Sauf à s’adonner à une drôle de gymnastique plutôt hypocrite lorsqu’elle n’est pas simplement ignorante, il est manifeste que les channels ne sont pas des maîtres spirituels, et la plupart des channels sont même des êtres de conscience moyenne, bien qu’ils puissent être des personnes « émotionnellement agréables » –la capacité à produire sur les autres des réactions émotionnelles agréables n’a aucun rapport avec le niveau de conscience. Du moins est-ce notre point de vue de dire que les channels ne sont pas des êtres de conscience éveillée, et qu’ils sont même assez rarement de conscience avancée.

Certains pourraient croire que nous sommes en quelque sorte en train d’essayer de « démolir » le channeling et de dissuader les gens de lire du channeling. Nous exprimons simplement notre point de vue, sans ressentir le besoin de prendre des gants rembourrés.

Mais notre propos n’a rien à voir avec une volonté de démolir le channeling. Alors de quoi s’agit-il ?

La spiritualité n’est pas là pour apporter du plaisir émotionnel aux gens. Le propos de la spiritualité est de fournir un enseignement dont la mise en pratique est destinée à permettre aux chercheurs spirituels de cheminer vers l’Eveil. Prenez-le par en haut, prenez-le par en bas, prenez-le avec plaisir, ou prenez-le en vous irritant, cela n’a aucune importance : l’enseignement spirituel a pour vocation principale de mettre à disposition des chercheurs, des connaissances et des techniques dont la pratique permet de progresser vers l’Eveil.

Est-ce que le matériau du channeling constitue un enseignement spirituel pertinent ? Certains diront que la réponse appartient à chacun. Nous ne voyons pas l’intérêt de fuir de cette manière derrière un relativisme stérile. Ce n’est pas parce qu’il y a le mot « spiritualité » qu’il faut abandonner le bon sens et la rigueur, ou qu’il faut accepter tout et son contraire.

Mais distinguons les choses. La médecine contient des connaissances et des thérapies utiles. La psychologie clinique contient de même des connaissances et des thérapies utiles. Ces deux domaines n’ont rien à voir avec la spiritualité et ne prétendent absolument pas être de la spiritualité, mais il n’en demeure pas moins qu’un texte médical peut apporter une grande aide à quelqu’un qui se retrouve confronté à tel ou tel problème de santé, et qu’un bon livre de psychologie peut permettre à quelqu’un de se sortir d’un schéma qui nuisait à son équilibre. Sans compter la capacité des médecins et des psychologues à aider celui-ci ou celui-là. Mais, du fait que ces domaines sont relativement clairs, bien définis et bien structurés, personne n’ira croire sérieusement qu’il peut s’investir dans l’étude des textes de médecine et de psychologie, ou dans l’étude des enseignements des médecins et des psychologues (qui enseigneraient en ces qualités même), en prenant cela comme un authentique cheminement spirituel. Et la capacité de la médecine et de la psychologie à aider les gens, est à distinguer du fait que des médecins et des psychologues peuvent être encore engagés dans des schémas de désir de domination.

Il y a quelque chose d’analogue avec les enseignements du channeling. C’est-à-dire que ces enseignements contiennent des matériaux et des éléments qui peuvent aider les gens, dans des domaines variés. Un enseignement du channeling a une capacité d’aider d’autant plus importante qu’il émane de l’astral supérieur. Oui, les entités de l’astral supérieur peuvent être d’un grand secours et d’une grande aide, bien qu’elles puissent être engagées dans des schémas de prédations à base d’émotions positives, un peu comme vous-même pouvez prendre soin avec amour de vos plantes d’intérieur tout en mangeant sans état d’âme des salades et des carottes, prendre soin de votre chat et de votre poisson rouge tout en dégustant du saumon et du steak de bœuf… Comprenez-vous le caractère subtil et particulier de la prédation, qui peut aisément coexister avec des attitudes par ailleurs bienveillantes, et aussi avec la propension à prétendre à toute sorte d’identités et de fonctions cosmiques, ce qui est très courant parmi les entités astrales, qui ont des titres à faire pâlir d’envie les chefs d’états et les papes… comprenez-vous ces apparents paradoxes ?

Mais nous parlons ci-dessus d’une aide que l’on pourrait définir comme un coup de main subtil ou comme de la psychologie astrale. D’un côté, en effet les enseignements du channeling peuvent en aider beaucoup, notamment sur des plans émotionnels et psychologiques. D’un autre côté, non : l’enseignement du channeling n’est pas un enseignement spirituel réellement pertinent du point de vue de la démarche sérieuse vers l’Eveil.

Dans le channeling, vous pourrez trouver des textes agréables, des explications réconfortantes, des prophéties rassurantes, des confirmations éclatantes de vos propres ressentis, des réponses précises à vos interrogations, des exercices de relaxation-visualisation plaisants et faciles à pratiquer… bref, vous pourrez trouver un écho puissant qui viendra consolider votre plaisir émotionnel et vous aider à mieux gérer certaines difficultés psychologiques ou relationnelles.

Si votre « objet » est la recherche de soutien et de réconfort psychologiques, alors en effet l’enseignement du channeling sera parfait pour vous, et votre principal effort consistera à trier parmi les messages qui vous font le plus plaisir et ceux qui ne vous font pas plaisir : les uns viendront des vrais êtres de lumière de l’univers divin, les autres viendront des imposteurs du bas-astral, et tout sera simple, comme est simple le dessin d’avion que fait un enfant de 4 ans…

Le relativisme qui essaie de prétendre que tout est juste, tout est bien, chacun suit son chemin et c’est tout bon… est beaucoup plus un signe d’inculture ésotérique et de paresse intellectuelle, qu’un signe d’intelligence et de discernement. Si votre objet est la recherche de soutien et de réconfort psychologiques, alors le channeling vous conviendra parfaitement. Il vous conviendra beaucoup mieux que ne le feraient jamais d’authentiques enseignements spirituels ! Certes il n’y aura là rien qui puisse réellement vous permettre de cheminer sérieusement vers l’Eveil, mais quand on est en réalité dans le désir d’être apprécié, soutenu et réconforté, on se moque totalement de l’Eveil, tant qu’on peut grappiller du plaisir ici, du plaisir là, de l’ivresse par ici, de l’ivresse par là…

Nous ne pouvons pas dire aux gens qui recherchent une voie pertinente d’Eveil dans le channeling : « Allez-y, vous êtes sur la bonne voie, et nous pouvons même vous conseiller ces channels en particulier, car ils canalisent un excellent Christ ou un excellent Saint-Germain »…

Les maîtres spirituels incarnés ne font pas de channeling, ils ne viennent jamais en disant : « Voilà, je canalise le Christ ou Dieu ou même le papa de Dieu »… et cependant ils sont les mieux placés pour avoir des contacts directs avec les univers et les êtres invisibles les plus élevés.

Et de fait, des gens de leur entourage proche ont pu aisément constater que des maîtres incarnés comme sri Amma Amritanandamayi, mère Meera, sri Tathata, swami Premananda, swami Roberto, sri Kaleshwar, Gurumayi Chidvilasananda, Sheikh Nazim Haqqani, Thich Nhat Hanh, etc (pour ne citer que quelques noms seulement), s’entretiennent parfois avec des êtres invisibles, et témoignent d’une connexion ou d’une communion intérieures puissantes avec le Divin ou l’Absolu, sans jamais se mettre en posture de channeling : et pour cause, un être de conscience éveillée, quelque soit par ailleurs son type principal de réalisation intérieure, ne peut plus se laisser tromper par le mirage de l’astral, or c’est dans l’univers de l’astral que foisonnent les entités qui se présentent sous toute sorte d’identités, jusqu’à se dire Dieu.

Le rapport qu’un maître spirituel et qu’un être de conscience avancée entretiennent avec l’invisible, diffère énormément des modalités du channeling. Dans ce rapport à l’invisible, ce qui compte ce n’est pas les discours ou messages des êtres invisibles, que les maîtres spirituels et les êtres de conscience avancée ne prennent quasiment jamais la peine de « canaliser », c’est l’approfondissement du lien direct avec l’immanence du Divin, et l’aspiration à traduire en « enseignements exprimés » le pur rayonnement qui en émane.

Le présent texte est le dernier que nous consacrons explicitement à la question du channeling. Nous aurons fait notre devoir en cette matière, libre à présent aux personnes qui viendront à croiser ce texte, de fonder ou pas leur cheminement spirituel principalement sur les enseignements du channeling, ou principalement sur les enseignements des maîtres incarnés.

Si vous cherchez simplement des textes et des livres agréables traitant de divers sujets spirituels, des textes qui vont répondre comme par magie et dans le sens du poil à votre question d’hier soir, alors le channeling sera impeccable pour vous.

Si vous cherchez de quoi vous sentir soutenu et réconforté à un niveau psycho-émotionnel, des conseils ponctuels pour vous aider à traverser le mal-être que vous avez ressentie après une petite dispute, alors le channeling pourra encore une fois vous être utile…

Mais si vous cherchez dans le channeling de quoi faire un fondement solide à votre démarche vers l’Eveil –si vraiment vous en avez une qui soit réellement sérieuse–, alors nous vous disons que vous feriez mieux d’aller voir ailleurs, c’est-à-dire chez les maîtres incarnés ou dans des enseignements ayant été légués par des maîtres de leur vivant.

Ça ne vous fait peut-être pas plaisir, mais si le plaisir émotionnel est encore votre principale mesure de discernement, alors ce n’est même pas la peine d’envisager la question.

Suite de l'article ici : iwen.free.fr

Note de Légende : "Merci Véda pour cet espace de liberté."

source: iwen.free.fr

Publié par légende