Ne lui demandez surtout pas de regarder la réalité telle qu’elle est. Il détourne automatiquement ses yeux et ferme ses oreilles à tout propos qui semble contredire la foi qu’il a dans les formes de ses croyances. Il préfère l’aspect positif du haut (la lumière astrale) au négatif du bas (la matière dans laquelle il souffre). Il ne veut pas voir, ni entendre, préférant cent fois mieux maintenir ses croyances spirituelles qui lui semblent plus élevées en vibration.

Comme une bête affamée, il garde férocement son os décharné et il le préfère à tout autre met que quiconque peut lui servir. Pour lui, son os est gras et dodu. Se valoriser est alors devenu sa mission première. Se gargarisant constamment de propos ésotériques savants, il essaie toujours d’épater la galerie pour regarnir son os décharné. En fait, toutes ses croyances font son affaire. Par contre, la réalité telle qu’elle est dans sa simplicité, ne fait pas son affaire. Aussi, le prix qu’il devra inévitablement payer sera en proportion avec l’attachement émotif à ses croyances. Finalement, le prix c’est sa liberté! Charles Sabourin

source: psychologie-alternative.com

Publié par attiz