Ventria Bioscience va donc commercialiser un riz transgénique avec des gènes d'origine humaine qui ont une particularité, celle de fabriquer deux protéines que l'on trouve dans le lait maternel, dans la salive et dans les larmes.

Ces protéines pourront être utilisées pour ralentir la déshydratation des enfants atteints de diarrhée. Il faut savoir que la diarrhée infantile est à la base de deux millions de décès chaque année. Toute avancée médicale pour prévenir la déshydratation provoquée par ces diarrhées est la bienvenue. Mais dans le cas qui nous occupe, la société californienne rompt avec une règle non écrite qui veut que l'on n'introduise pas de gènes humains dans les plantes.

Le riz que l’on va commercialiser est présenté, pour l'instant, comme une usine à protéines. Mais l'objectif de la firme qui l'a mis au point est de le vendre bientôt comme aliment ayant des propriétés médicales et non comme un médicament. Les longues procédures d'agréation seraient donc ainsi évitées ce qui n'apaise pas les craintes des opposants aux produits génétiquement modifiés.

source: rtbf.be
publié par paprika