Dans le but de trouver une définition concise et de la philosophie qui sous-tend ce mot, moi, Laura, j’ai décidé de faire des recherches sur la « Toile ». J’ai dactylographie le mot "ascension", ainsi que le mot “spirituel” dans le champ de recherche d’un moteur de recherche populaire. Pour mon édification, j’ai reçu 115.000 pages en réponse.

Pourquoi, à cette période-ci de l’Histoire, tant d’attention est-elle accordée à ce sujet ?

Pardi! Nous connaissons tous la réponse à cette question. C’est à cause de l’état du monde dans lequel nous vivons.

Les lois de la probabilité nous disent que sans aucune intervention “intelligente”, 50% des événements qui surviennent dans notre monde seraient extrêmement bénéfiques à l’humanité. D’une manière strictement mécanique, la vie dans notre monde devrait avoir atteint une sorte d’équilibre. Une intervention dans des décisions intelligentes de faire le bien devrait élever cette moyenne à environ 70%. Cela signifie que l’humanité aurait pu atteindre, au cours des millénaires, un niveau d’existence où des choses bonnes et positives se manifesteraient dans notre existence plus souvent des choses « mauvaises » et « négatives ». Si c’était le cas, de nombreux problèmes rencontrés par les êtres humains auraient tout bonnement été résolus. Les guerres et conflits divers seraient devenus des raretés, au moins 70% de la population terrestre bénéficierait d’une assistance médicale décente, aurait un toit confortable au-dessus de sa tête, et serait nourrie décemment, de sorte que maladies et famines seraient pratiquement inconnues.

La réalité est cependant différente.

Et ce sont ces réalités de la vie qui poussent certains, des personnes uniques, à chercher le pourquoi de ces choses. Alors, même si vous, lecteur, êtes sans aucun doute au courant de tout cela (puisque vous vous intéressez à la spiritualité), passons rapidement en revue certains de ces faits.

Plus de 840.000.000 personnes sur Terre souffrent de la faim. C’est plus du triple de la population des Etats Unis tout entiers. C’est une faim chronique, persistante, qui tue 24.000 personnes chaque jour, plus de 8 millions chaque année. Trois sur quatre de ceux qui meurent de faim ont moins de cinq ans.

Selon le Historical Atlas of the Twentieth Century (Atlas Historique du XXe Siècle) au cours des 100 dernières années il y a eu environ 2 milliards de morts (y compris les civils) dans des guerres, à cause de gouvernements tyranniques, ou à cause de famines provoquées par une intervention humaine. Lorsqu’on groupe ces chiffres en décès provoqués par le Communisme et décès provoqués par d’autres facteurs que le Communisme, on arrive à peu près à égalité, bien que les chiffres soient légèrement plus élevés pour les facteurs autres que le Communisme, ce qui peut surprendre les défenseurs du capitalisme.

Si l’on veut consulter les statistiques de mortalité non due à la guerre ou à la famine, on réalise qu’il est difficile d’obtenir des chiffres réels, parce que ces statistiques sont presque toujours exprimées en pourcentages et non pas en nombres d’êtres humains composant les populations. On a donc l’impression que le décompte réel est tellement effrayant que cette approche est adoptée pour éviter d’avoir à affronter les faits. Une des choses que nous savons est que dans 31 des 35 des pays de l’hémisphère occidental qui publient des statistiques de décès liés à des maladies, la majorité de ces décès sont attribués à des maladies cardiovasculaires et des attaques d’apoplexie. Les taux de mortalité les plus élevés se trouvent parmi les anglophones des Caraïbes, Etats-Unis, Canada, Argentine, Chili et Uruguay. Les taux de mortalité liée à ces mêmes causes augmentent en Amérique Centrale et dans les régions Caraïbes latines, à mesure qu’elles passent de plus en plus sous l’influence du capitalisme occidental.

Nous parlons ci-dessus de statistiques “discrètes” dans notre réalité factuelle. Même à présent, il est facile d’oublier que la deuxième guerre mondiale a fait à elle seule 65 millions de morts et que les décès dus à la maladie et à la famine augmentent silencieusement mais sûrement derrière les morts fracassantes dues à des tirs dans des écoles, et les procès internationaux à sensation pour meurtres ou pour la garde parentale d’un petit Cubain.

Je ne pense pas qu’il y ait une seule personne sur cette planète, qui ne souhaite une meilleure vie pour elle-même ou pour ses enfants. Et la plupart de ces personnes ajouteraient sans doute qu’elles sont dans l’impossibilité de faire de ce souhait une réalité, dans l’état actuel des choses. Sauf pour une très petite minorité de gens très malades, je ne pense pas que quiconque aime voir la misère et la souffrance, la maladie, la mort et le désespoir, dans aucun contexte. Et il nous faut ici nous reposer la question: si tout cela est haïssable pour la grande majorité des êtres humains, si tant de personnes travaillent, pensent et prient pour améliorer les conditions dans lesquelles nous vivons dans ce monde, alors pourquoi est-ce que cela ne se réalise pas?

Les aspirants à l’Ascension sont conscients de ces choses, et ils se demandent quelle est l’origine de toute la misère, de toute la souffrance. Est-ce que cela se produit juste « comme ça »? Est-ce que ce sont les gens et seulement les gens qui se font souffrir les uns les autres ? Est-ce que Dieu est bon mais permet que des choses mauvaises se produisent ?

"N’oubliez pas le pouvoir de la prière" nous disent nos autorités ecclésiastiques; ou “la pensée positive” nous disent les gourous du Nouvel Age. Le seul problème est que ni la prière ni la pensée positive ne semblent avoir beaucoup amélioré le monde, même quand, à certaines occasions, il est certain que pratiquement toute l’humanité a prié en vue d’un résultat précis.

Jésus avait promis que “si deux d’entre vous demandent d’un commun accord..... cette demande sera exaucée" (Mat 18:19) C’est une promesse. Que souhaitez-vous ? Il vous suffit de demander. Mais nous voyons bien que cela ne marche pas.

Plus de 60 millions de gens sont morts parce que Dieu n’a pas fait ce que tout le monde pensait qu’Il ferait. C.S. Lewis s’est battu avec ce problème pendant la dernière partie de sa vie. Il voyait clairement qu’avant la seconde guerre mondiale pratiquement tous les êtres humains de cette Terre avaient prié Jésus, Dieu le Père, la Vierge Marie, Allah, Bouddha, etc. donc toutes les bases étant couvertes, cette terrible chose ne pouvait pas se produire. Le souvenir de la Grande Guerre précédente était encore dans toutes les mémoires. Tout le monde se souvenait de l’horrible carnage et personne ne voulait qu’il se reproduise jamais!

En fin de compte, après le plus puissant cri de prière jamais jailli de la Terre, pratiquement un tiers du globe est devenu inhabitable et soixante-cinq millions d’êtres humains sont morts. Voilà quelle a été la réponse de Dieu à la prière. Voilà quel a été le résultat de la « pensée positive ».

PENSEZ-Y.

Tout au long de l’Histoire il y a eu des groupes qui ont prié leur dieu de les protéger des déprédations d’un autre groupe. L’autre groupe a prié avec tout autant de ferveur pour que leurs déprédations réussissent. Lorsqu’un groupe réussit à en tuer un autre, est-ce une preuve que son dieu est suprême ? Que se passe-t-il ensuite si des membres du groupe victorieux sont réincarnés dans le groupe des vaincus ? Ceci n’est pas une question rhétorique, puisqu’un livre ayant connu un assez grand succès parle du grand nombre de Juifs ayant péri dans l’holocauste, et qui sont à présent incarnés en tant que Chrétiens. Il a aussi été suggéré que de nombreux Nazis sont maintenant incarnés en tant que Juifs. Alors, que vaut cette idée dans le cadre du concept : « mon dieu est le seul vrai dieu » ?

Je peux assurer aux lecteurs, de par ma propre expérience en tant qu’hypnothérapeute, que tous les cas sur lesquels j’ai travaillé dans le cadre d’une thérapie “par les vies passées” ont montré qu’il y avait une telle variété de nationalités et de religions dans les « chaînes de vies passées », que l’on peut vraiment considérer comme un plaisantin celui qui affirme « en toute certitude » que ses croyances ou convictions actuelles sont les seules valables. Il est évident que ceux qui s’opposent avec véhémence à un autre groupe se retrouveront très probablement dans ce groupe-là dans une de leurs incarnations suivantes. Et franchement, cela importe peu que les lecteurs croient ou ne croient pas cela: les preuves cliniques concluantes sont assez nombreuses. Et si l’on devait présenter ces preuves circonstanciées devant un tribunal, elles sont tellement nombreuses et évidentes que le juge et le jury seraient persuadés de cette vérité même sans devoir présenter un « pistolet encore fumant ».

Ici, la question se pose de savoir pourquoi les gens n’ont aucun souvenir des leçons précédentes des vies antérieures. Pourquoi la sagesse de l’âme ne leur est-elle pas accessible? Si les êtres humains ont une âme ou un esprit, pourquoi la connaissance des cycles karmiques précédents ne fait-elle pas partie de la sagesse des gens?

Quelle peut être la réponse à la question de savoir pourquoi les êtres humains se livrent à des activités qui les emprisonnent ici-bas pour des myriades de cycles de vie? Est-ce que cette planète ne serait rien d’autre qu’une vaste poubelle de recyclage? Et y aura-t-il toujours de nouveaux moyens de plus en plus sophistiqués de tuer d’autres êtres humains, quoi que nous fassions?

Cela nous ramène au fait que pour une raison qui nous échappe, nous n’avons pas accès à notre moi supérieur. Et donc les gens continuent à se tuer les uns les autres pour leurs croyances, sans réaliser le prix qu’ils auront à payer pour ces actions.

Quelle pourrait être la raison valable d’une telle réalité basée sur une structure qui force l’âme à se recycler sans cesse? Quelle pourrait bien être la raison pour laquelle de telles ténèbres perpétuent cette ignorance immense, abyssale? Quel est le résultat final de toute cette misère et de toute cette souffrance: les âmes tourmentées et la mort d’innocents? Pourquoi ce fossé mystérieux entre intentions, désirs et manifestations physiques? Quelles ténèbres existent donc dans notre inconscient, qui ont créé un monde si hostile et indifférent ? Quelle force nous sépare-t-elle de la connaissance de la vraie nature de notre réalité et nous laisse exposés à la souffrance et à la douleur?

Peu importe la définition de la réalité: une manifestation auto-créée ou un fait accompli que nous sommes bien forcés d’accepter; la réalité de la souffrance doit être vue comme une conséquence de cette séparation. Et si le monde matériel est créé et entretenu par nous, qu’est-ce donc qui a provoqué notre aveuglement ?

Si le monde est créé par Dieu, est-ce que notre souffrance est une conséquence d’une désobéissance voulue? Si oui, alors l’existence de l’homme est une plaie pour le cosmos. Et si c’est le cas, alors qu’adviendra-t-il de la bonté, de la noblesse, de l’amour fraternel sans égoïsme, et de l’adoration respectueuse ? D’où provient donc cette dualité ?

Si nous acceptons cela d’une manière ou d’une autre, un aspect de la création a manifesté les trois dimensions limitées dans laquelle se trouve notre conscience. Comment pourrions-nous décrire cette condition et son potentiel de changement? Qu’est-ce que cela signifie lorsqu’on dit que l’univers peut laisser « ouvertes » toutes ses options jusqu’au dernier instant? S’il en est ainsi, alors que faisons-nous lorsque nous prions en vue d’un résultat précis ou lorsque nous croyons à la Fin des Temps?

Les questions que nous nous posons quant à la manière dont nos croyances peuvent former notre réalité sont parmi les plus importantes dans notre recherche spirituelle. C’est pourquoi de nombreux chercheurs s’écartent des religions traditionnelles et tentent de trouver la « vérité » par l’ Ascension.

Il est évident que l’ “Ascension" est largement discutée dans des livres, des articles, sur la « Toile », dans des classes et des ateliers, et dans d’autres media. La tendance générale des idées exprimées est que l’on recherche “LA chose qui va transformer notre vie ». Des “techniques” diverses promettent la disparition de l’anxiété, et même « la clé des niveaux les plus élevés de la conscience humaine ». Le client au supermarché des outils d’ascension reçoit l’assurance qu’il peut DES MAINTENANT « libérer son système nerveux de l’anxiété , qu’il peut donner libre cours à sa créativité, obtenir clarté et santé, expérience, paix intérieure, contentement et joie”; et bien sûr, changer ses croyances qui le limitent.

Un autre point de vue sur l’ "ascension" nous dit que l’ ascension est “le moyen d’intégrer toutes les parties du soi d’une manière consciente ». L’aspirant est informé qu’il est “un être multidimensionnel qui a semé des fragments de lui-même dans la réalité physique” et que “se souvenir de qui on est” est un acte d’intégration qui permet “la disparition des voiles du temps, des identités et de la séparation intérieure ». Ce que sera le résultat de tout cela, à part « la santé, la richesse et la sagesse », n’est pas clairement dit.

Si nous poursuivons notre lecture de cette littérature, nous découvrons d’autres idées. Un auteur nous dit que : “à des époques reculées, l’ascension se produisait après la mort du corps physique”. De nos jours, il est possible d’opérer l’ascension avec le corps physique : il n’est plus nécessaire de le laisser derrière soi. […] A présent, il est nettement plus facile, pour les âmes qui arrivent, de spiritualiser leur corps physique, parce que le processus a progressé. Les jeunes de notre époque peuvent s’éveiller très tôt à la vérité spirituelle et contribuer à faire progresser le processus de la conscience de masse plutôt que de passer leur vie entière à aller à son encontre. Ils peuvent aider à stimuler l’ascension des masses avant la mort physique, avant l’épuisement total du corps physique par sa résistance à l’évolution. Incomparablement plus d’énergie peut être investie dans ce qui est positif et incomparablement moins dans ce qui est négatif ».

Apparemment, de tels auteurs n’ont pas prêté beaucoup d’attention à ce qui se passe dans le monde réel.

Ceci amène à un autre point: Il semble que nous devions accepter le fait objectif que toute tentative de changer le monde spirituellement, ou de réguler des événements à grande échelle, ne marche tout simplement pas. Oui, il semble évident que des individus isolés ou de petits groupes d’individus soient capables de provoquer de petits changements ou de produire des effets dont la portée d’influence est limitée. Mais le monde tel qu’il est semble fonctionner sur la base de règles ou lois que nous ne comprenons pas. La nature fondamentale du monde physique semble être l’antithèse de la « spiritualisation ». Nous aimerions pouvoir penser que nous pouvons transformer notre monde par la prière et/ou par la pensée positive; mais nous devons nous rappeler que l’évidence semble prouver que les réelles transformations de la planète ont été dues à de nombreux cataclysmes. Une philosophie qui veut ignorer ce fait court au désastre.

Dès lors, nous entrevoyons que le problème pourrait bien être plus difficile à résoudre que ne l’assurent les nombreux promoteurs des différentes «méthodes ou techniques» d’ Ascension.

Mais tout le monde ne peut pas faire abstraction de la vie et devenir un Yogi.

La question devient alors: Si le processus d’ascension est tellement plus complexe que ne le laissent entendre les nombreux promoteurs de méthodes diverses et variées, pourquoi les 115.000 pages sur la « Toile»?

En 1958, Aldous Huxley écrivait, dans son Brave New World (Le Meilleur des Mondes):

Les dictateurs des temps anciens sont tombés parce qu’aucun d’entre eux n’a pu donner à ces sujets assez de pain, assez de cirques, assez de miracles, ni assez de mystères. Et ils ne disposaient pas non plus d’un système efficace de manipulation des esprits.

Sous un dictateur scientifique, l’éducation fonctionnera vraiment bien, et aura pour résultat que les hommes et les femmes en arriveront à aimer leur servitude, et ils ne rêveront jamais plus de révolution. Il ne semble y avoir aucune raison valable pour qu’une dictature profondément scientifique en arrive à être renversée.

Aldous Huxley a d’ailleurs très tôt fait le lien entre drogues psychédéliques et expérience de mysticisme oriental, et il a rapidement mis le feu aux poudres de la prise de conscience ! Presqu’aussitôt, on a vu apparaître Timothy Leary, Richard Alpert alias Baba Ram Dass, avec leur LSD et autre modes, en tête de la parade des « allumés et alignés ».

Abraham Maslow fut un des pères fondateurs de la nouvelle “vague” de ceux qui souhaitaient remplir le fossé de leur réalité avec des expériences « au sommet ». Maslow a cité les drogues psychédéliques parmi les moyens, disponibles même pour les personnes ordinaires, susceptibles d’apporter un peu de ce que les mystiques orientaux avaient mis des années à développer. Maintenant, tout cela pouvait être obtenu en un week end de séminaire à Big Sur, ou en un cours par correspondance pour le prix de $29.95 seulemnt la leçon! Quelle aubaine!

Les expériences au sommet - expériences, expériences, expériences – devinrent le pot d’or que l’on trouvait à chaque extrémité de l’arc-en-ciel dans les années 1960. Il ne fallait plus nécessairement vivre dans un désespoir existentiel! Tout le monde pouvait « voyager dans la spiritualité » et passer de longues périodes dans des mondes de conscience dont on n’avait jamais entendu parler qu’en termes voilés, par mystérieuses allusions, à travers les âges.

Les groupes de rencontre, les thérapies radicales, de nouvelles et anciennes combinaisons de théories et de pratiques furent lancées sur la chaîne roulante de la techno-spiritualité. L’esprit intangible avait été mis sous le harnais! N’importe qui pouvait vivre une expérience enviable en manipulant la conscience aux premiers niveaux physiques et psychologiques. Qu’importait si tout cela faisait fi des processus vitaux de la raison et de la prise de décision consciente. Par sa nature même, toute la machine technico-spirituelle fonctionnait absolument sans aucune pensée critique: elle puisait à la source éternelle des sentimenst: émotions, être primordial. Peu importait que la plupart de ces émotions fussent négatives, provoquant la confusion l’anxiété et la crainte ! Il fallait TOUT sortir au grand jour et s’amuser avec!

Chacune des nombreuses techniques employées à cette époque était parfaitement capable de provoquer une extase émotionnelle. Il y eut d’innombrables “expériences au sommet” et de dramatiques et spectaculaires «découvertes de personnalité ». Les mélanges de Zen, yoga, méditation, et drogues accompagnés d’une technologie strictement mécanique représentèrent une véritable aventure de la prise de conscience!

Le seul problème fut que parmi tous ces “pétages de plombs”, extases au sommet, “allumages” et alignements, extases et rencontres, de nombreuses personnes rencontrèrent des choses qui, peut-être, n’auraient pas dû être éveillées. Des frontières furent abolies entre mondes invisibles et terrifiants mondes de conscience.

Dès lors, préservez-vous, mes Frères, des calamités de ce lieu, car le distinguer est extrêmement difficile! Les âmes le trouvent doux, et une fois à l’intérieur elles sont dupées, car elles en tombent éperdument amoureuses. [1]

De nos jours, la plupart des personnes qui s’intéressent à la spiritualité orientale désirent “l’expérience”, bien qu’il leur soit possible de savoir ce qu’elles sont grâce une communion intime avec Dieu. Ceux qui sont familiarisés avec les règles et normes de l’expérience spirituelle établies par des disciplines comme le soufisme par exemple, sont généralement effrayés par la manière dont les Occidentaux considèrent toute apparition en dehors du domaine normal de la conscience comme une manifestation du « spirituel ». En fait, il y a d’innombrables royaumes dans le monde de l’invisible, et certains d’entre eux sont bien plus dangereux que les pires jungles du monde visible. [2]

Pour la fin de la décade 1960, le mouvement du “potentiel humain” était devenu un véritable pot-pourri de religions, sciences, mysticisme, magie et de l’ occulte. L’utilisation de drogues avait échappé à tout contrôle, les "techniques" commencèrent à révéler leurs faiblesses lors des nombreuses tragédies qui se produisirent au cours de certaines de ces pratiques, et l’idée générale que les humains étaient en train de devenir des “surhommes physiques” fit long feu. Les promesses des années 60 tombèrent dans le vague à l’âme: les vieux hippies vivant en communauté tressaient leurs boucles grises en guignant du coin de l’oeil les jeunes minettes, tout en allumant leurs pétards , et ils se souvenaient du bon vieux temps à Esalen.

Mais attention! Quelque chose d’autre s’est produit alors! Rappelez-vous: ceci est l’Amérique! La patrie de la Liberté ... de marché.

Les grosses sociétés entrevirent des mines d’or dans le mouvement de prise de conscience des années 60, et on assista alors au développement de la psycho-analyse et du psychodrame présentés dans de nouveaux emballages étincelants! Il y eut distribution en masse, et Madison Avenue mit sur le marché des choses telles que Mind Dynamics (Dynamique de l’esprit), Arica, Silva Mind Control (Contrôle du mental par la méthode Silva), Méditation transcendentale, etc., etc. Les hommes d’affaires reconnaissent une bonne affaire au premier coup d’oeil.

Et les sectes se mirent à proliférer. Oui, de nombreux blessés de l’âme se précipitèrent droit dans les bras de la foi de leur enfance; mais de nombreux autres furent victimes de sectes nouvellement nées qui furent heureuses de les accueillir et de mettre des rustines sur les trous de leur psyché ou de les réparer au cours de méditation Merkaba, Travaux d’Equinoxe, Fourre-tout d’une école de mystères, ou pow-wows païens. Beaucoup de ces sectes, et même des religions anciennes, mirent à profit les nouvelles stratégies de marketing pour polir leur image, envoyèrent leur équipes suivre des cours de publicité, et les dispersèrent ensuite dans le vaste monde pour lever des fonds et recruter massivement. Beaucoup d’entre elles possèdaient même leurs propres services de publicité!

Et donc, la course était de nouveau ouverte! Seulement, maintenant c’était comme d’acheter du Coca-Cola!: la "pause qui rafraîchit" ici même, grâce à cette série de cassettes audio, grâce à des cours d’élévation de conscience, ou à la pratique d’un culte! C’était devenu une sorte de masturbation spirituelle où chacun trouvait sa propre satisfaction dans l’intimité. On pouvait mettre ses lunettes strobo, écouter une cassette de voyage astral, canaliser ses propres guides, conférer avec les esprits ophaniques, fusionner ave les "Neuf Netjers," et arriver à l’extase sans même devoir quitter la ferme! On pouvait "changer ses croyances," "créer sa propre réalité," laisser s’exprimer son “enfant/moi intérieur”, faire l’ascension et devenir Un avec toute la Création, par correspondance, s’il vous plaît!

Cependant, ce dont personne ne parla, apparemment, sont les changements concomitants qui allaient survenir dans notre monde, et qui pourraient bien être le résultat direct de ce prétendu « basculement de conscience ». Personne ne veut parler de la dure réalité de ce qui est réellement en train de se produire ici.

Je sais bien que je prêche des convaincus. Les lecteurs ne seraient pas en train de lire ceci s’ils n’en étaient pas venus aux mêmes conclusions. Et en outre, vous ne seriez pas en train de lire ceci si vous n’aviez déjà l’idée que ceux qui ont suivi le “filon de l’Ascension selon le Nouvel Age” semblent avoir fermé leur esprit, et l’effet sur leur descendance est effrayant. Ils sont devenus une partie de réalité qui est prête à se laisser dominer par le premier « homme fort » venu, qui sera environné de « signes et de merveilles ». Et voilà donc encore une raison pour laquelle vous avez ce livre entre les mains : Vous SAVEZ que toutes les conditions réunies dans notre monde actuel veulent dire quelque chose!

Pendant 2.000 ans le christianisme a été le seul “mode d’ascension” acceptable pour le monde occidental. Machiavel avait observé que la religion et ses enseignements sur la foi, l’espérance, la charité, l’amour, l’humilité et la patience dans la souffrance étaient des facteurs qui rendent les hommes faibles et les écartent des choses du monde et de la politique, de sorte qu’ils remettent le pouvoir politique dans les mains d’hommes peu recommandables qui ne sont pas embarrassés de tels idéaux. Le vrai truc est de convaincre les gens que l’après-vie est la seule chose digne de préoccupation, et c’est dans ce but que le christianisme a été construit.

Ces lecteurs qui sont familiarisés avec la prophétie biblique sont indubitablement conscients que nous nous trouvons dans une période évidente de “réalisation des prophéties”. Les événements dans le monde, et tout spécialement les activités présentes de l’administration Bush, montrent clairement une intention de mettre en place un contrôle draconien, précisément comme il a été annoncé dans les prophéties du Livre de la Révélation Book of Revelation. Ce qui m’intrigue vraiment, c’est le silence quasi complet des groupes de Chrétiens fondamentalistes, qui ont passé de si nombreuses années à prêcher et à avertir tout un chacun, et maintenant que c’est là, que c’est réel, ils ne semblent même pas le voir.

Ceci nous amène naturellement à ce que les auteurs Clive Prince et Lynn Picknett nomment La Conspiration des Etoiles ( The Stargate Conspiracy. ). C’ est ce qu’on pourrait appeler fondamentalement une opération COINTELPRO mise en place pour piéger les aspirants à l’ascension, afin que cette ascension devienne en fait impossible.

Autrement dit, la promesse originelle du christianisme a non seulement été corrompue, mais le fait même que de si nombreuses personnes cherchent des réponses à l’idée d’ascension ou du développement d’une REELLE spiritualité, a rendu nécessaire que le système de contrôle en place depuis de nombreux millénaires, en vienne à faire exactement la même chose : corrompre, répandre des mensonges, de la désinformation, etc. Et la désinformation est certainement plus efficace si elle contient une part de vérité mêlée à des inexactitudes, de manière à ce que l’aspirant ne soit jamais à même d’atteindre son but. .

Une des idées principales de Machiavel est qu’une religion n’est bonne que si elle soutient l’Etat et participe aux objectifs de celui-ci. En utilisant la religion, on peut accorder la “sanction divine” à des lois auxquelles les gens n’auraient autrement aucune raison d’obéir. Dès lors, l’Etat doit avoir le contrôle des enseignements de l’Eglise. C’est certainement ce que Constantin avait en tête quand il a fait du christianisme une religion d’état.

Si nous changeons simplement le mot “Etat” en “Système de contrôle hyperdimensionnel”, il est aisé de voir comment une recherche de l’ascension peut être utilisée pour soutenir des intentions exactement opposées.

Il y a de nombreuses variations sur ce thème, la plupart d’entre elles comportant l’idée que nous pouvons exercer notre volonté et notre voix pour changer “ce qui est en haut” afin de changer notre réalité, notre vie, nos idées, notre désir d’harmonie mentale ou d’ouverture du coeur, notre « désir d’harmonie et d’équilibre » qui permet « d’ouvrir les fenêtres de notre mental, de notre coeur, de notre esprit », etc. Et il est alors ajouté (en toute vérité, je dois le reconnaître, puisqu’une bonne désinformation est toujours enrobée de bonnes vérités bien chaudes) que “sans une unité divine à l’intérieur de nous-mêmes, ces fenêtres d’inspiration sont rarement là."

Bien sûr, de telles activités produisent temporairement des changements chimiques qui donnent une sensation de confort, tout comme un bon repas apaise temporairement la faim. On se sent vraiment bien, mais tout comme le steak et la salade sont digérés et excrétés quelques heures après avoir été ingérés, et qu’un autre steak et une autre salade sont nécessaires pour remplir une nouvelle fois l’estomac, ces pratiques ne font que perpétuer la « chaîne alimentaire ». Et pour rester dans la même analogie, bien peu de la "substance" de ces pratiques reste vraiment à l’intérieur de l’individu.

Après plus de trente années de recherche, la seule chose qui est devenue évidente est que les énergies de Création émanent “vers le bas” et notre individualité en tant qu’êtres humains n’est que l’expression des « Drames Théologiques » pour ainsi dire. Tenter d’exercer notre volonté ou faire entendre notre voix « vers le haut », CONTRE la Création n’a pour tout résultat qu’un conflit avec des forces que l’être humain n’est tout simplement pas équipé à affronter. C’est, en essence, une tentative de violer le Libre Arbitre de la Création. C’est pourquoi prier, pratiquer des rituels destinés à changer la réalité, envoyer des pensées positives dans l’intention de “changer quelque chose là-haut”, afin d’en récolter les bénéfices “ici-bas”, est toujours voué à produire plus de conflits, de misères et de souffrances d’une manière générale.

Ce que nous POUVONS faire c’est nous préparer à mieux recevoir les émanations qui sont en train de descendre “ici-bas”. C’est là le point essentiel du Don Juan de Castañeda lorsqu’il dit:

L’un des plus grands accomplissements des clairvoyants de la Conquête a été une construction qu’ils ont appelée la progression en trois phases. En comprenant la nature de l’homme, ils ont été capables d’arriver à la conclusion incontestable que si les clairvoyants sont capables de faire face aux petits tyrans humains, alors ils sont certainement capables de faire face impunément à l’inconnu et ils peuvent même alors supporter la présence de l’inconnaissable.

La réaction de l’homme moyen est de penser que l’ordre de cette affirmation devrait être renversé, poursuivit-il. « Un clairvoyant qui est capable de faire face à l’inconnu peut certainement faire face à des petits tyrans. Mais ce n’est pas ainsi. Ce qui a détruit les orgueilleux clairvoyants des temps anciens c’est cette affirmation. Nous en savons davantage à présent. Nous savons que rien ne stimule plus l’esprit du guerrier que le défi de se trouver en face de gens impossibles en position de pouvoir. Ce n’est que dans de telles circonstances que le guerrier acquiert la sobriété et la sérénité qui lui permettront de supporter la pression de l’inconnaissable.[3]

Tout autour de nous nous voyons les résultats de cette erreur: l’idée que nous pouvons exercer notre volonté et faire entendre notre voix vers le haut, pour changer ce qui est “en haut” afin de changer notre réalité ici-bas. Cette idée est à l’origine de rites et rituels, demandes, supplications, visualisations, “travaux”, etc. Si les gens pensent que « méditer sur la compassion”, ou "éprouver les sentiments de tous les êtres" aura pour résultat “l’entraînement sonore du rythme cardiaque à des schémas plus complexes et plus cohérents”, ce qui rendra cette personne capable de "créer un impérissable corps de diamant à utiliser comme véhicule d’enseignement ici sur la Terre », ils sont complètement à côté de la plaque. Celui qui compare de telles idées au réel travail de l’aspirant à l’ascension est tout simplement un ignorant.

L’étude approfondie de la littérature historique montre que ceux qui ont probablement REELLEMENT fait l’Ascension ne se sont pas contentés de rester assis à méditer pendant une journée sur la compassion ou le sentiment d’unicité pour, boum ! faire l’expérience soudaine d’une implosion de l’âme. Avant que l’aspirant à l’Ascension puisse en arriver à penser ne serait-ce qu’un instant à l’unicité de toute la création, ou aux sentiments de toutes les créatures, il aura dû passer de nombreuses, de très nombreuses années à s’efforcer de faire face aux petits tyrans ou à connaître pleinement la réalité. Il aura dû passer par d’innombrables expériences déplaisantes tout en s’efforçant de dominer ses émotions, ses désirs, sa physicalité. Il aura dû travailler à rendre réceptif le véhicule physique d’ici bas à tout ce qui peut exister “là haut” et non faire contraire, c’est-à-dire s’efforcer de créer quelque chose là-haut afin de l’obtenir “ici-bas”.

Néanmoins, les nombreux instructeurs qui consacrent leur enseignement à l’ascension continuent à disserter sur le sujet en disant des choses intéressantes comme: “il est possible de faire une ascension physique comme Jésus et d’autres maîtres l’ont démontré ». Dans ce processus, les cellules physiques sont amenées à vibrer à une fréquence plus élevée. Le corps physique se met à briller de l’intérieur et irradie de la lumière. Tout comme les lames d’un ventilateur semblent disparaître à mesure qu’elles tournent plus vite, un corps qui vibre à une fréquence plus élevée semble disparaître de la troisième dimension. Il se concentre principalement dans une dimension supérieure. Cela semble magique à ceux qui restent concentrés sur la troisième dimension, plus dense, mais il s’agit là d’un processus parfaitement naturel ».

Malheureusement, ceux qui répandent cette sorte de sagesse ne semblent pas être capables de faire la preuve de ce qu’ils enseignent. Mais personne ne le remarque parce que les aspirants sont trop occupés à faire des “expériences spirituelles” produites par des techniques qui les font se “sentir bien” pendant un temps assez long que pour qu’ils exhibent leur carte de crédit ou signent un chèque. Un temps considérable s’écoule avant qu’ils réalisent que les techniques qui effacent l’anxiété ou produisent l’impression de se sentir bien n’ont en fait rien changé dans leur vie ni dans leurs « vibrations». Ils sont tout de même encore reconnus par le chien de leur voisin, ils trouvent toujours de nouveaux cheveux gris sur leur tête, ils tombent encore malades, et ils éprouvent toujours douleurs et souffrances comme tout le monde. Et ils continuent à « mourir dans leurs péchés ».

Ce que les aspirants modernes à l’ascension recherchent (qu’ils le réalisent ou non) c’est toujours l’antique Queste. Ceux qui ne sont pas familiarisés avec la littérature ne réalisent pas que la Queste du Saint Graal et le Grand Oeuvre Alchimique sont décrits dans pratiquement les mêmes termes comme les avantages promis par les prometteurs d’ «Ascension." Ce que cela nous suggère, est que la Queste du Saint Graal et l’Oeuvre des Alchimistes pourraient nous fournir de nombreux indices sur le REEL TRAVAIL D’ASCENSION. Sans cesse, ils présentent des allégories de luttes, duperies, combats avec des dragons, mystificateurs, et forces maléfiques de tout poil. L’histoire du chevalier qui tue le dragon et sauve la belle princesse dans la tour après des années de recherche, de combats, de souffrances et de triomphes, est une allégorie qui est de nos jours aussi valable que par le passé. C’est là le VRAI CHEMIN VERS l’ ASCENSION – la queste de l’unification du moi supérieur avec le moi « inférieur », l’union divine du masculin et du féminin, Hieros Gamos (le jeu sacré).

Sur la base de ce qui nous a été transmis par les Cassiopéens, et de notre recherche subséquente, le lecteur de ce site a été familiarisé avec l’idée que la science des anciens pourrait bien avoir contenu une connaissance très complète de la réalité profonde que les sciences modernes (physique, chimie, mathématiques, astrophysique), ne font que redécouvrir. Et nous ne parlons pas ici des Egyptiens, ni des Babyloniens, ni des Sumériens, etc., mais bien de peuples d’une antiquité bien plus reculée, ce qui signifie que les Egyptiens, Babyloniens, Sumériens, etc. n’avaient retenu que des versions déformées et corrompues de ce savoir, sous la forme de mythes et légendes qu’ils ont ensuite étoffés et utilisés dans leurs « pratiques magiques. D’autre part, nous suggérons que c’est seulement à la lumière des connaissances scientifiques actuelles que la vraie connaissance antique contenue dans ces mythes, légendes et rites religieux, peut être comprise de manière appropriée. Il y a dans ces histoires anciennes, de nombreux indices qui suggèrent l’existence d’une science avancée très ancienne, qui peut avoir permis une interface entre des couches ou dimensions de réalité sur cette planète en des temps archaïques. Et dans ce sens c’est la Science, et non le fatras mystique promulgué pendant des millénaires, qui est la clé de la compréhension.

Arthur C. Clarke a dit: “toute technologie suffisamment évoluée est indiscernable de la magie ».

Ce n’est pas nous qui avons trouvé cette idée, comme le savent de nombreux lecteurs. Cependant, nous pensons que nous avons été à même de jeter une lueur dans certains coins demeurés sombres jusque là et, de ce fait, restés incompris.

Lorsque nous ôtons de notre esprit toute idée préconçue à propos de ce que les Anciens pourraient ou ne pourraient pas avoir connu, et si nous nous contentons d’analyser encore et encore les mythes et légendes, substrats des religions, nous nous rendons compte qu’il y a là des descriptions d’activités et d’événements, des termes et potentiels qui expriment des choses telles que la connaissance de l’énergie libre, l’antigravitation, les voyages dans le temps, les voyages interplanétaires, l’énergie atomique, la molécularisation et la démolécularisation atomiques; c’est-à-dire toutes choses qui ne peuvent être exprimées que de nos jours en termes de technologies. Mais il est clair qu’il s’est agi de technologies très différentes.

Maints érudits versés dans les mythes et le folklore expliquent que ces histoires ont été des tentatives de compréhension de l’environnement, par la personnalisation ou l’ « anthropomorphisation » des forces de la nature. D’autres font l’erreur de penser qu’il s’est agi d’une « science sacrée » ce qui exclurait entièrement toute forme d’interprétation technologique.

J’ai pendant longtemps tourné cette idée dans ma tête, tout en observant le développement des enfants et en voyant comment ils remarquent les choses, et ce qu’ils remarquent, et comment ils se les expliquent à eux-mêmes et entre eux. Une des premières observations que j’ai faites à propos des enfants et de leurs réactions à leur environnement a été qu’ils l’acceptent en grande partie tel qu’il est. Ils ne semblent pas avoir besoin d’explications à ce sujet. Il est tel qu’il est, jusqu’à ce que des adultes leur racontent des histoires pour les amuser ou les effrayer. Jusqu’à ce qu’on leur raconte des histoires, les enfants s’occupent simplement et intensément à imiter ce qu’ils voient faire par d’autres personnes, et la plupart du temps par les adultes qui les entourent. Sans histoires fantastiques, leurs jeux à “faire semblant” reproduisent des scènes de la vie quotidienne ordinaire. Et même quand on leur raconte des histoires “magiques” à propos de chevaux qui volent ou de gens qui ont des super-pouvoirs, ils résistent souvent à ces récits et préfèrent ceux qui s’appliquent directement à leur propre expérience et à leur propre observation.

Peut-être la comparaison entre la façon de penser des enfants par rapport à leur environnement, et le développement de la pensée en évolution des humains en général est-elle un peu audacieuse, mais je pense que nous devrions nous y arrêter et nous poser la question de savoir quand et comment la création de mythes et de légendes a vraiment contribué à l’évolution des hommes. Pourquoi raconterait-on une histoire à propos d’un homme dont les sandales magiques lui permettent de voler, si c’est là seulement anthropomorphiser les forces de la nature? S’il s’agit d’un « être magique » comme un dieu, pourquoi a-t-il besoin de sandales magiques pour voler? Il pourrait se contenter d’avoir des ailes qui fassent partie de sa structure physique. Il est déjà un dieu, après tout. Ce n’est pas un humain. Alors, pourquoi les sandales ? Pourquoi est-ce que l’histoire décrit un objet extérieur, nécessaire à l’utilisation de ses « pouvoirs » ? Comment les gens des temps anciens auraient-ils eu de telles idées?

En fait, il pourrait y avoir un “fonds archétypal d’idées” dans lequel l’humanité puise ses rêves et visions, mais cela nous amène dans des domaines de pensée qui ne répondent pas à la simple question de savoir comment et pourquoi des sauvages hurlants auraient tiré avantage de contes fantastiques sur les forces naturelles, contes qui auraient inclus certains éléments suggérant une technologie et non pas vraiment un « état magique »?"

De nos jours, il existe toutes sortes de groupes et organismes “mystiques” qui prétendent détenir des savoirs anciens et des connaissances ayant trait à ce qui est communément appelé « occultisme», « ésotérisme », ou pratiques magiques. Il y a pléthore de livres qui se prétendent scientifiques mais qui rejettent totalement toute science « orthodoxe » dans n’importe quel contexte. Des sujets tels que géométrie sacrée, archéo-astronomie, nouvelle physique, sont devenus des domaines d’étude fiévreuse cherchant à extraire la « signification occulte » des travaux des anciens. Et invariablement, tout cela est fait sur des bases tout-à-fait fragiles, prétendant que toutes les facultés des anciens reposaient sur des rites ou rituels magiques. Leur objectif étant de produire des effets dans le corps, ce qui mène aux pouvoirs. Une autre variation sur le thème prétend que les effets se produisent seulement dans un autre monde éthérique, et qu’il est impossible d’en constater les effets ici-bas; mais il nous est affirmé qu’ils se produisent, et si nous sommes très chanceux, nous parviendrons à développer une autre faculté, qui nous permettra de les percevoir. Ce qui est passé sous silence est qu’il est extrêmement rare qu’aucune de ces activités ait un résultat objectivement observable qui produise des changements ou effets remarquables dans notre réalité.

Les occultistes prétendent que les pouvoirs mentaux et spirituels des anciens sont ce que nous avons perdu. Ils prétendent même que cette antique sagesse a été fragmentée et cachée dans des doctrines magiques que les “non-initiés” ne peuvent absolument pas appréhender. Ils prétendent que des fragments de ce savoir ont été transmis par la tradition et sont livrés au monde lorsque les temps sont opportuns, tandis que d’autres fragments ne sont transmis qu’à une petite élite dont, bien sûr, leur groupe fait partie. Mais ici non plus il n’y a aucune preuve : tout dans les mots, rien dans les actes.

Ces idées nous font penser qu’il est très probable qu’il y a derrière tout rituel des rites, histoires, ou mythes, qui pourraient en effet avoir été transmis à des groupes secrets sous une forme plus pure que les histoires qui font le tour du globe depuis des millénaires. Mais cela ne signifie pas que le “clergé” de ces groupes soit à même de comprendre les histoires ou rites dont ces groupes sont les gardiens, spécialement s’ils n’admettent pas la possibilité que ces informations pourraient représenter purement et simplement des codes scientifiques que seuls des scientifiques confirmés pourraient être à même de décoder.

La majorité des prétendus “occultistes” et “géomètres sacrés” me rappellent "Motel Of Mysteries,[4]" (le motel des mystères) de David Macaulay: un récit humoristique décrivant des fouilles archéologiques dans un motel du vingtième siècle, où tout est méticuleusement extrait, inscrit et complètement mal interprété. Le « vaste complexe funéraire » découvert par Howard Carson contient des merveilles comme un “maître autel » (poste de télévision), une statue de la déesse WATT (lampe de chevet) et un « conteneur de composantes internes » (boîte réfrigérante). Mais il y en a d’autres qui semblent faire partie de ce même Système de Contrôle auquel nous avons fait allusion plus haut, avec des implications extrêmement dangereuses, comme nous allons le voir

En termes d’archéologie, il existe des processus à suivre dans l’archivage archéologique. Un manque de compréhension de ces processus d’enregistrement n’est pas toujours le propre de non-professionnels. C’est assez récemment seulement qu’il a été suggéré que l’archéologie d’un site ne consiste pas à l’enregistrement de ce qui s’y est passé, mais plutôt la recherche de ce qui peut avoir été déformé par tout une série de procédés et processus.

Nous pensons qu’il en va de même pour les mythes et légendes ainsi que pour les rites religieux. Ce sont des sortes d’enregistrements archéologiques de l’histoire de l’humanité sous la forme d’archétypes, ensevelis dans des histoires, déformés par toute une série de processus.

Même si certaines des anciennes écoles de mystères et voies mystiques ont conservé plus ou moins intactes certaines des informations, il semble bien que la plus grande partie de la “page” ait été effacée étant donné la très longue période écoulée depuis le temps où ces choses faisaient partie de la réalité extérieure. Cependant, il y en a qui ont vu les contradictions qui existent dans notre réalité et dans nos croyances et qui ont fait des recherches dans ces enseignements anciens pour découvrir ce qui a pu être connu jadis. Et beaucoup d’entre eux ont fait des découvertes qui mises en parallèle avec des informations recueillies dans de nombreux autres domaines, nous aident dans la découverte capitale de notre vraie condition, de notre vraie raison d’être.

Bien sûr, on peut se demander ce que l’histoire du sujet peut nous apporter comme réponse à la question de savoir ce qui « marche vraiment » et ce qui «ne marche pas». Pouvons-nous l’examiner, pouvons-nous retrouver et découvrir non seulement les entraves au processus mais également les AVANTAGES REELS que pourrait en retirer l’aspirant ? Sommes-nous à même de retrouver et redécouvrir les apparentes facultés qui sont les signes de l’ACCOMPLISSEMENT d’une Queste réussie ? Est-ce que tout cela peut être OBJECTIF?

En bref, qu’est-ce que la vraie Pierre Philosophale? Qu’est-ce que le héros peut vraiment accomplir quand il a trouvé le Saint Graal ?

source: quantumfuture.net
Publié par alpana