Tous êtes confrontés à des ballotages marquant la dureté de votre propre existence. Il n'y a pas de situation plus ou moins pénibles ou difficiles, il n'y a que des souffrances vécues sans une introspection libératrice, comme si cela faisait partie intégrante de la vie. Souffrir en devient une quasi normalité, lot de l'homme ne sachant pas se mouvoir sur terre, relevant d'une incapacité à se faire une place socialement. La vie ressemble plus à une jungle où tous les coups sont permis pour s'en sortir, le tout soutenu par un instinct. L'homme n'est donc plus qu'un animal supérieur, doté d'émotions en plus, lui offrant des possibilités de ruser sans donner l'impression d'engager de combats, ou encore de se justifier lorsqu'ils deviennent nécessaires. Toute la subtilité étant de faire croire qu'une survie basée sur l'intelligence engage parfois des raisons que seul l'homme lui-même est capable de comprendre. Ainsi va la vie, à l'échelle humaine.

Le Divin n'existant pas puisque c'est l'homme uniquement qui décide et construit son présent, puis son futur, pensant que le passé est la cellule mère où divers gènes pathogènes se sont incrustés et ont défavorisé le plan d'une société. La faute illusoire que l'homme s'est mis dans des situations conflictuelles parce que d'autres hommes ont sabordé leur vision du moment. L'illusion en devient donc accordée qu'à ceux qui ont les moyens, à ceux qui se donneront la possibilité d'y accéder et puis tous les autres étant considérés comme des rebus, où leur place dans la société humaine n'est même pas à prendre en considération. La loi du plus fort écrasant le plus faible.

Où en arrivez-vous ?

D'un côté ceux qui sont méritants, de l'autre ceux qui sont nuisibles, dégradant l'image d'une société de bonheur que l'illusion aura fait naître dans la raison d'existence. L'homme ainsi luttera de plus en plus pour s'afficher un autre regard que l'échec, usant même pour cela des plus terribles agissements pour déposséder l'autre. Ruse qui finalement devient acceptée puisque telle est la loi de la jungle. C'est à celui qui n'aura pas su se protéger que la responsabilité de ce qui est arrivé incombera.

Vos émeutes ne sont que le reflet qui marque le découragement de certains et non une force pour conscientiser un éventuel problème d'identification hors Origine matricielle. Vous êtes tous dans le même bateau et pourtant des barques prennent place un peu partout sur la surface de la terre, si bien que la navigation ne trouve plus de cap pour sauver ce qui peut l'être, la fraternité. Au diable l'homme, ce qui prône désormais, c'est le pouvoir qui se met en place. Fleurons d'un nouveau regard, d'une nouvelle société où la marque de reconnaissance, d'appartenance est devenue une règle d'or. Le salut n'a plus d'âme puisqu'il ne réside qu'en ce que l'homme se sera donné de construire en dehors de lui. L'illusion créant la souffrance, vous vous y engluez comme si votre vie ne dépendait qu'à l'assouvir. Votre monde n'est que le reflet de votre propre projection, nulles autres causes ne peuvent s'y rattacher.

La conception de ce qui est réel et donc tangible à vos yeux ne vous touche pas plus que ce qui se décline autour de vous. Alors que la terre s'ébroue, l'homme s'enfonce toujours plus dans sa boue, qu'il arrose au gré de ses peurs et de ses douleurs. Qu'en l'homme enfin se révèle le Divin.

Qaalaax (21/10/2007)

source: dans-la-lumiere.com
Publié par Framboise