Le prix des organes est élevé depuis de longues périodes de temps dû au manque de voies par lesquelles on peut obtenir des organes humains. Depuis que le PCC a ordonné au bureau 610, une branche spéciale établie pour persécuter les pratiquants du Falun Gong, de "tuer les pratiquants du Falun Gong et de les considérer comme mort de suicide" et de "ruiner leur réputation, les ruiner financièrement et les détruire physiquement" [paroles de Jiang Zemin, ancien chef d’État] les organes des pratiquants du Falun Gong qui ont été torturés à mort sont devenus une source de marchandise bon marché pour ce marché noir.

Les médecins et les vendeurs impliqués ont été dupés...

Un connaisseur dans ce trafic a dit à La Grande Époque que les médecins et les trafiquants impliqués dans la vente d’organes de pratiquants avaient été informé que les organes provenaient de pratiquants de Falun Gong qui étaient "morts d’une folie développée par la pratique ou "sont devenus malfaisants après avoir pratiqué, ont assassiné d’autres personnes et ont donc été condamnés à mort et tués par balle par les autorités." Cela explique que les parties impliquées n’ont jamais trouvé de problème à cela et n’avaient pas non plus d’éthique à se sujet. Parce que le camp de concentration de Sujiatun vend les organes à bas prix, les représentants internationaux du trafic d’organes essayent de trouver des moyens pour contacter et passer des marchés avec Sujiatun. Des Chinois d’outre-mer contactent eux aussi leur famille dans la ville de Shenyang dans l’espoir d’acheter un rein bon marché du camp de Sujiatun.

Certains travailleurs dans des hôpitaux et des systèmes de santé privés savent qu’il est possible d’acheter des organes de pratiquants du Falun Gong provenant du camp de concentration de Sujiatun, où les organes humains n’ont pas de traces d’injections mortelles. Un témoin oculaire prétend que les habitants du district de Sujiatun considèrent ce sujet [acheter des organes] tabou et sont très prudents. La personne moyenne là-bas ne soulèverait pas ce sujet.

Le four crématoire en pierre produit souvent de la fumée blanche...

Le camp de concentration de Sujiatun est caché en étant entouré de beaucoup d’arbres. Un témoin oculaire a dit : " Maintenant, certaines routes dans la ville de Shenyang sont bloquées et les véhicules n’ont pas le droit de passer. Il y a des barrages sur les routes semblables à ceux sur la route de Sujiatun. Une voiture quelconque n’a aucun moyen d’approcher le camp. Dans le but d’éviter la suspicion et les problèmes, nous sommes montés dans un camion qui transportait du charbon pour approcher de plus près le camp de concentration. Nous avons vu le crématorium du camp émettre de la fumée blanche. Personne n’était dans la zone et l’ambiance était très effrayante. Un habitant local m’a dit que chaque fois qu’on passait près de là, on voyait toujours de la fumée sortir du crématorium."

Les dépouilles des prisonniers incinérés immédiatement après que les organes soient enlevés...

Dans le passé, les médias internationaux ont révélé à la société internationale le vol secret d’organes humains en Chine. Les juges et les médecins du Bureau public de sécurité qui violaient la loi ont conspiré pour voler les organes des morts pour des transplantations et d’importants profits.

Souvent, les criminels chinois ne sont pas autorisés à contacter leur famille donc personne ne va réclamer le corps après l’exécution. De cette façon, les organes peuvent être enlevés et la dépouille rapidement incinérée. Le PCC requiert du personnel médical impliqué qu’il accomplisse les opérations chirurgicales secrètement et que leur véhicule d’opération ne puissent avoir aucun logo de l’hôpital. On interdit aussi aux médecins de porter des vêtements chirurgicaux sur les lieux d’exécution. De plus, des gardiens de sécurité surveillent leurs interventions de prélèvement d’organes et incinèrent le corps immédiatement après.

Le camp de Sujiatun est vraiment bondé mais le nombre de sa population est gardée secrète...

En ce moment, Shenyang a de nombreux corps d’usines et hôpitaux privés qui achètent des organes humains pour les revendre sur le marché international. Le camp de concentration de Sujiatun a vu passer plus de 6.000 pratiquants du Falun Gong et a rassemblé quelques médecins pour des opérations de prélèvement d’organe. Dans le but d’éliminer des preuves éventuelles, les corps sont incinérés.

Une personne qui a travaillé au camp de concentration a dit que la charge de travail augmentait tout le temps. Les autorités y transfèrent continuellement des pratiquants et la prison est bondée et pleine au-delà de l’imagination. C’est clairement un endroit où une personne ne peut pas vivre, et voir cet endroit est insoutenable.

Avant cette révélation, l’anatomiste allemand Gunther von Hagens a choqué le monde avec son exposition Body Worlds, dans lequel étaient exposés beaucoup de cadavres plastinés provoquant d’intenses condamnations de la part d’organisations défendant les droits de l’homme. Les médias ont révélé que beaucoup des corps plastinés de Gunther von Hagen étaient des prisonniers exécutés venant de la Chine. Gunther von Hagen a aussi admis avoir reçu un corps avec une blessure par balle à la tête.

La Chine a en ce moment le plus grand commerce d’organes de tous les pays. Des organes en état de fonctionnement sont vendus à des hôpitaux ou à des patients, et des corps que l’on pouvait utiliser ont été donnés à Gunther von Hagens et l’Institut de plastination pour être convertis en spécimens préservés et utilisés dans la tournée de l’exposition Body Worlds.

Des organes de pratiquants du Falun Gong morts sont "manquants"...

Au milieu du mois de juin dernier, d’après un rapport fourni par des pratiquants du Falun Gong, des organes de pratiquants torturés à mort pendant leur emprisonnement ont été volés pour être transplantés.

D’après une investigation des familles, des trous sanglants et des marques de couteau ont été trouvés sur des corps de pratiquants du Falun Gong torturés à mort. Certains ont été autopsiés sans la permission des membres de leur famille et certains organes des victimes ont été excisés. Des informateurs ont révélé que des médecins du centre de désintoxication dans le district de Baiyun de la ville de Guangzhou ont ouvertement "ordonné" à des bourreaux qui torturent les pratiquants du Falun Gong : "ne les battez pas [sur la] taille, les reins peuvent être utilisés."Le 16 février 2001, Ren Pengwu, un homme de 33 ans pratiquant du Falun Gong à Harbin, a été arrêté pour avoir envoyé des documents révélant des contradictions dans l’affaire de l’auto-immolation. Il a été détenu au second centre de détention dans le canton de Hulan, province de Heilongjiang. Cinq jours après, au matin du 21 février, il est mort. Sans l’accord de sa famille, sous la guise de jugement légal, la police a excisé tous les organes du corps de Ren Pengqu, de l’œsophage aux organes génitaux avant d’incinérer le corps.

Yang Ruiyu était une femme employée du Bureau de gestion de la propriété du district de Taijiang dans la ville de Fuzhou. Le 19 juillet 2001, elle a été enlevée à son lieu de travail par le personnel de la sécurité publique. Elle est morte trois jours plus tard d’abus lors de la détention. Le corps a été envoyé sous escorte policière jusqu’au crématorium. Son mari et à sa fille ont eu l’interdiction de s’approcher du corps. D’après des témoins, il y avait un trou creux d’à peu près la taille d’un poing sur le corps de Yuang Ruiyu.

Le site Internet de Falun Gong vraiesagesse.net a appelé à la communauté internationale de prêter urgemment attention aux cas de vols d’organes de pratiquants du Falun Gong chinois. Il a aussi appelé aux parents des victimes et aux personnes dévouées au sein de la justice de conserver l’archivage de toutes les preuves d’individus et d’organisations impliqués dans ces crimes pour des procès futurs.

ps veda: je n'ai pas integré les photos associées de l'article d'origine qui peuvent être penible à regarder.

source: french.epochtimes.com
Transmis par caneton