_Résolution édulcorée

La résolution adoptée par le Conseil de sécurité autorise l'usage de la force en situation de légitime défense, pour garantir la liberté de mouvement des organisations humanitaires et pour protéger les civils.

Mais le texte, qui a été édulcoré à plusieurs reprises, ne permet pas aux policiers et aux soldats de saisir et de détruire des armes illégales. La force hybride n'a plus que pour mission de «surveiller» ces armements. La menace d'imposer des sanctions a également disparu du nouveau texte.

Les Etats-Unis mettent en garde le Soudan Washington a averti mardi que Khartoum s'exposerait à des sanctions «unilatérales et multilatérales» en cas de non respect de cette résolution. «Si le Soudan ne la respecte pas, les Etats-Unis vont oeuvrer pour l'adoption rapide de mesures unilatérales et multilatérales», a déclaré l'ambassadeur américain aux Nations Unies, Zalmay Khalilzad.

Un "très grand espoir", selon Kouchner Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a déclaré mardi que l'adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies d'une résolution créant une force hybride au Darfour "est porteuse d'un très grand espoir", mais "ne doit pas nous inciter à relâcher nos efforts".

"Cette décision constitue un pas important dans l'action de la communauté internationale pour tenter de mettre fin aux souffrances de la population du Darfour et d'y rétablir durablement la stabilité", selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères à l'AFP mardi soir.

eyesondarfur.org

source: tsr.ch
Publié par Africa