Vous vous trouvez sur l'ancien site de Choix-Realite

Il contient les articles archivés du site entre Novembre 2005 jusqu'à Mai 2010.
Cette section n'est plus mise à jour. Bonne consultation.

Retrouvez et rejoignez-nous sur le nouveau site : Choix-Realite

A très bientôt.

samedi 3 mai 2008

Mondialisation, sarkozionisme, états-zionies la zionie, « aimez-la ou quittez-la »

Mondialisation, sarkoZionisme, états-Zionies...

.... la Zionie, « aimez-la ou quittez-la »...


Wright assène le coup de grâce ................. vendredi 2 mai 2008, 16:09:00

Par Mike Whitney, le 30 avril 2008

​​​​Apparaissant dans le journal de Bill Moyers sur PBS vendredi soir, le révérend Jeremiah Wright a donné le coup de grâce aux fiers-à-bras de la corporation médiatique.

​​​​Ce fut une performance impressionnante, qui laissa les assassins politiques de Fox News s'étouffer avec leur bretzel. Wright démontra n'être ni fanatique ni « ennemi de la Zionie, » juste un homme de principes, extrêmement bien cultivé avec un engagement inébranlable envers la justice. Wright a aussi fait son devoir. C'est un ancien Marine qui servait au Viêt-nam quand la majorité de ses accusateurs soit se cachaient derrière leurs ajournements d'étudiant, soit se morfondaient dans l'« Unité Champagne » de la Garde Nationale texane. Il a gagné le droit de dire tout ce qui lui plaît.

Le bonheur est dans l'instant

Du seul point de vue étymologique, le bonheur signifie événement heureux, chance ou hasard favorable. Il marque proprement l'état moral de bien-être ou de satisfaction qui est conforme aux besoins et aux désirs matériels et moraux de l'être humain. En ce sens, le bonheur provient plutôt des circonstances extérieures et se trouve souvent soumis aux contraintes et aux vicissitudes de la vie. Le malheur, la malchance ou l'adversité représentent étymologiquement parlant leurs contraires. Au fil des siècles, l'évolution de la branche morale de la philosophie a fait du bonheur le souverain bien dont peut être doté l'être humain. A tel point qu'à l'heure actuelle, le bonheur est souvent confondu avec la félicité ou la béatitude. Pourtant, la béatitude reste l'état d'âme de celui qui est heureux principalement pour des raisons morales. Ainsi parle-t-on de la béatitude des saints et des élus dans le ciel. La félicité, quant à elle, exprime plus particulièrement l'état de paix du cœur et de l'âme qui jouissent du bonheur suprême.

L'amour

"L'Amour, c'est Dieu même, Lui qui ne connaît ni besoin, ni obligation, et qui, pourtant, se répand sans fin sur toutes Ses créatures. En une offrande inépuisable, Il déverse Ses énergies jusque dans les moindres atomes de l'univers. La Création entière naît de cette oblation incessante, et cependant c'est dans la Béatitude que tout se crée à chaque instant ; rien, jamais, ne prend forme sous l'effet de la simple nécessité. C'est l'Amour, existant en soi, l'Amour qui, toujours, se ranime à partir de lui-même, qui est l'Âme-Source de cette Création infinie.

L'acceptation

- Vous dites souvent que l'acceptation de quelqu'un qui accepte n'est pas l'acceptation, pouvez vous développer ce point ?

- Oui. Demandez vous d'abord pourquoi vous voulez accepter ? Est-ce pour la liberté pour la compréhension pour l'amour et la sagesse ou est ce pour vous débarrasser de la souffrance ? Vous constaterez que c'est bien souvent pour vous débarrasser de la souffrance. Ainsi l'instauration d'un acceptant n'est qu'une nouvelle forme de fuite. En fait ce que j'appelle acceptation n'est autre que la compréhension, qui surgit. Cette acceptation est claire vision qu'il n'y a personne à la place de ce que vous avez coutume d'appeler 'vous'.

La méditation sans support

"Que sa méditation ne se dirige ni vers le haut, ni vers le bas, ni au milieu, ni non plus devant, derrière ou des deux côtés, ni vers l'intérieur du corps.

Qu'il ne se concentre pas non plus vers l'extérieur.

Qu'il ne fixe pas les yeux sans cligner sur le ciel, ni ne dirige sa vision vers le bas.

Qu'il ne ferme pas les yeux ; qu'il ne fixe pas sa vue sans ciller sur rien ,

Himalaya

Pour la paix des esprits