Au-delà de tout caractère dualiste d'ombre et de lumière, de bien et de mal, de positif de négatif, vous êtes d'abord et avant tout des créateurs et en tant que tels, vous êtes votre propre création et votre propre champ d'expérience et vous créez en phase avec les autres créateurs. Cette mise en phase vous permet de retrouver cet état d'unité que toute conscience connaît au niveau essentiel.

***

Question : L'extra-terrestre qui arrive sur la planète, dans quel espace et dans quel temps peut-il arriver en fin de compte, puisqu'il ne participe pas au consensus de ce qui est créé ? Peut-il choisir son temps et son espace ?

Arthur : Mon cher ami, je suis profondément désolé, mon ami, mais votre concept d'extraterrestres est une création liée à votre expérience de l'espace et du temps comme vous les concevez. Ils ne sont pas des extraterrestres dans ce sens qu'ils ne sont pas des êtres, nous pourrions dire, appartenant à d'autres dimensions, d'autres réalités physiques de votre univers, pour ainsi dire, comme vous les concevez. Ce sont d'autres aspects de la conscience procédant en quelque sorte selon des modes propres aux dimensions auxquelles ils appartiennent. Ce qui est requis pour quelque entité que ce soit d'opérer, lorsque cette entité désire faire l'expérience d'une autre dimension, pour ainsi dire, est d'arriver à accorder ses champs vibratoires avec ceux de la dimension qu'elle désire expérimenter. Donc, elle aura à ... modifier, nous dirions, le concept de sa forme pour pouvoir s'accorder à la forme de la dimension qu'elle veut expérimenter et elle aura également à modifier le taux de résonance, nous pourrions dire, pour l'accorder avec celui de la dimension qu'elle désire expérimenter.

Hm … vous avez une étrange conception à l'effet que ces entités sont supérieures à vous et que pour être en mesure de les percevoir vous avez à augmenter (rire) vos champs vibratoires, alors qu'en réalité, c'est tout à fait l'inverse qui se produit. Plus ces entités seront justement de champs de conscience que vous pouvez qualifier d'élevés, plus ces entités pourront se manifester sur vos dimensions, pourront être en mesure de s'accorder à vos dimensions. C'est tout à fait le processus inverse qui se produit. Ce n'est pas parce que vos champs vibratoires augmentent ou s'élèvent, selon votre conception, que vous percevez ces entités. C'est plutôt l'inverse.

Comment vous dire ... vos champs vibratoires sont extrêmement élevés. (rire) Vous êtes des entités qui possédez des champs de conscience extrêmement profonds, nous pourrions dire. Vous ne pouvez imaginer, dans l'état actuel des choses, l'incroyable capacité que vous possédez, l’habileté que vous possédez à créer et à jouer avec tous ces concepts permettant la création. Vous n'avez pas idée de ce qu'il faut pour créer un univers comme celui que vous avez créé et le maintenir. Ce n'est pas à vous à tenter (rire) d'aller vers ces entités, selon une certaine façon de dire, mais plutôt l'inverse. Ce sont ces entités qui ont à se modifier, en quelque sorte, pour venir vers vous. Vous êtes des êtres souverains et c'est ce que vous commencez, petit à petit, à réaliser dans le cadre de ce changement de conscience. C'est ce que vous commencez à vous rappeler, à vous souvenir.

***

Question : Vous parlez tous très souvent d'amour pour notre plan et du plaisir que vous tirez de votre contact avec lui. D'où vous vient ce plaisir? Et s'il est si spécial, pourquoi ne vous incarnez-vous plus sur ce plan?

Arthur : (Grand rire) Bien, bien, bien. (rire) Eh oui, nous vous laissons faire tout le travail (rire) sur cette dimension peu alléchante et nous restons en position d'observateurs à l'extérieur, prenant plaisir à cette position. (rire général) Bien… je vois que vous ... possédez une conscience encore bien ... je dirais ... bien pauvre de votre situation. Vous ne réalisez pas vraiment la position exceptionnelle dans laquelle vous vous trouvez en tant que ... nous pourrions dire, créateurs des mondes. Cela semble bien (rire) excessif comme expression, mais nous vous assurons que c'est bien là votre nature et votre position. La question que vous vous posez se comprend bien, je dirais, de votre point de vue, mais devient plutôt ... ironique du nôtre.

La raison pour laquelle beaucoup d'entre nous ne s'incarnent pas, comme vous dites, sur votre plan, est tout simplement du fait que nous n'appartenons pas à cette catégorie, à cet ordre de créateurs auquel vous appartenez ; que nous concourons, je pourrais dire, à votre expérience par le biais du support de notre présence, de l'assistance que nous pouvons fournir et que le fait de remplir ce rôle pour nous constitue en soi une très grande joie, un très grand plaisir, car il rend possible pour nous l'exécution même des buts de notre existence, nous pourrions dire. Plusieurs d'entre nous, par contre, ont déjà hm, hm ... participé à l'expérience que vous faites maintenant. Et nous reviendrons très certainement sur ces plans d'expérimentation. (…)

***

Question : Selon plusieurs, nous en aurions terminé avec le karma. Pourquoi, alors continuons-nous à expérimenter autant de difficultés que lorsque nous y étions liés ? Est-ce une question de prise de conscience ?

Arthur : Mm ... Le karma est fonction du voile. Plus le voile s'atténue, moins ce que vous concevez comme le karma peut avoir de prise sur vous. Il est important que vous compreniez que le karma est un phénomène temporel, linéaire. Comme vous commencez, je crois, à vous en douter maintenant, le temps linéaire n'existe pas, donc le karma n'existe pas. Votre impression de karma, ce que vous voyez comme ... ce que vous appelez comme étant le karma ... donc le phénomène de cause et effet … ne peut exister en soi, puisque tout est simultané. Il n'y a pas de cause, il n'y a pas d'effet.

Ce que vous croyez être les conséquences d'actes passés, sont en réalité des créations liées, pour des raisons que vous choisissez et qui sont aussi nombreuses qu’il y a d’individus – sont liées à d'autres créations qui peuvent très bien se situer dans ce que vous concevez comme étant le futur. Il vous arrive souvent d'expérimenter des états physiques ou émotionnels, intellectuels, liés à des événements futurs. Bien sûr, selon votre conception, vous n'auriez évidemment pas tendance à les qualifier de karmiques. Mais si vous en restez à votre vision de la cause et de l'effet, ils sont karmiques. Ils sont "l'effet" de la cause future.

Votre attachement, votre besoin de concevoir le temps selon une vision linéaire vous maintient attachés à la notion de karma. Votre karma devient inexistant à la mesure de votre compréhension du temps. Et plus vous comprendrez la nature réelle du temps, moins votre karma aura d'existence, aura de réalité. Lorsqu'il est dit que la race humaine ne possède plus de karma, il est fait référence au fait qu'une assez grande partie de l'humanité, maintenant, possède de plus en plus cette conscience de la réalité du temps. Ce qui, à des niveaux autres que le niveau de l'ego, amène toute l'humanité à ces niveaux de compréhension, d'expérience.

Vous êtes encore trop conditionnés et trop attachés à l'expérience extérieure des choses. Lorsque vous regardez un individu que vous croisez dans la rue, avec qui vous parlez, avec qui vous êtes en contact, vous ne voyez que l'apparence extérieure de cet individu. Vous jugez de son état de conscience réel d'après son état extérieur de grossièreté ou de raffinement, de beauté ou de laideur, de pauvreté ou de richesse, d'intelligence ou de stupidité. Mais vous seriez peut-être étonnés de réaliser parfois qu'un être totalement grossier et stupide et laid peut être un Bouddha. Ce que vous percevez comme un être très spirituel peut être beaucoup plus attaché à son karma qu'un individu de la rue vivant au bas de – ce que vous concevez comme le bas de l'échelle sociale. Tout ce que vous percevez, sans exception aucune, est une expérience.

Ce que chaque être exprime est une expérience de création de son essence. Comment cet être est lié au temps linéaire vous est complètement inconnu. Vous seriez étonnés d'apprendre que beaucoup des gens que vous identifiez comme des itinérants, des gens de la rue au sens vraiment propre du terme, ne sont plus associés au temps linéaire. C'est là d'ailleurs l'une des grandes causes de ce phénomène. Votre structure sociale ne peut, pour l'instant, accepter en son sein des individus qui ne fonctionnent plus selon les concepts, les normes du temps linéaire. Ils ne comprennent plus ce type de concept. Pour cette raison, ils sont souvent d'ailleurs catalogués, nous pourrions dire, comme ayant des désordres psychiques, psychologiques importants. Mais ce n'est pas le cas. Ils sont, en quelque sorte, une avant-garde et vous seriez étonnés si vous pouviez exercer envers eux une vision ... je dirais ... psychique, de constater qu'ils sont totalement libérés de tout karma, malgré ce qu'il peut vous en sembler.

Évidemment, ils ne sont pas les seuls. Beaucoup des enfants qui naissent maintenant, depuis les vingt dernières années à peu près – beaucoup de ces enfants arrivent sans ces liens avec le karma. Ils ont choisis de ne pas rester liés au rythme linéaire du temps, qui est un rythme artificiel de toute façon. Beaucoup de ces enfants viennent de ce que vous voyez comme étant le futur et donc, de toute façon, ne pourraient pas rester liés dans le sens où vous le comprenez, à ce que vous percevez comme étant le karma. Souvenez-vous que vous créez votre propre réalité à chaque instant.

Vous créez l'entièreté de votre réalité à chaque instant. Si donc vous désirez, vous choisissez de rester liés à vos conséquences karmiques, vous pourrez continuer aussi longtemps que vous le désirez à subir votre karma, mais ceci est totalement votre choix; pleinement et totalement votre choix. Vous n'êtes pas victimes des expériences et des personnalités que vous avez expérimentées jusqu'à maintenant ou que vous expérimenterez. Vous êtes pleinement et totalement maître de votre destin. Cependant vous êtes des maîtres inconscients.

Le problème n'est pas pour vous d'être liés à un karma qui n'existe pas de toute façon. Le problème est de ne pas savoir, de ne pas accepter totalement votre liberté, votre pouvoir créateur, (…). À vous de choisir ce que vous désirez créer.

***

Question : (…) comment définir l'humanité? Qui est-elle, à part le fait que vous la décrivez sans cesse comme étant une race de créateurs?

Arthur : Il est difficile de ... et même impossible je crois, de ne pas tenir compte de la nature créatrice de l'humanité, du fait que vous êtes une race de créateurs. Je peux donc difficilement la définir sans tenir compte de cet aspect. Il est fondamental à sa nature. Ce que je pourrais rajouter est ceci : c'est que vous … les entités qui ont choisi de faire l'expérience de l'humanité, l'expérience de ce que vous pourriez appeler Terra … ont accepté de faire l'expérience de la création libre.

C'est pourquoi, entre autres, la notion de liberté et la notion de créativité sont tellement importantes dans l'ensemble de votre race, de votre histoire, de vos cultures. Il arrive même que l'artiste soit plus vénéré par tous ceux qui rentrent en contact avec lui que le prêtre ou le sage. Il est donc à peu près impossible de définir ce qu'est l'humanité sans tenir compte de son aspect de créateurs, du fait qu'elle est une race de créateurs. La seule chose que nous pouvons ajouter, est que vous êtes des créateurs libres. C'est la liberté qui constitue l'élément qui vous différencie, en quelque sorte, des autres ensembles créateurs. Voilà.

***

Arthur : (…) j'aimerais vous transmettre quelques compréhensions qui nous appartiennent de notre côté, je pourrais dire. Je vais tenter de vous faire entrevoir votre nature de base, ce qui fait que vous êtes ce que vous êtes; ainsi que tout ce que vous appelez la création. Dans votre conception habituelle, vous comprenez ce qu'est l'amour sous forme de sentiments, d'émotions. Pour vous l'amour est un état d'être émotionnel, sentimental. Il ... il désigne une situation, un état d'attachement à un objet. Même lorsque vous tentez de concevoir ce que vous appelez l'amour universel, vous le concevez en fonction d'un objet. Dans ce cas vous aimez l'univers. Ce qui est tellement vaste, tellement abstrait que ça ne veut plus dire grand chose, évidemment. Et c'est la raison pour laquelle, en général, vous ne pouvez atteindre cet état. De toute façon, vous ... vous vivez presque toujours ce que vous appelez l'amour en fonction d'un objet bien défini, bien déterminé : une personne, une situation, votre patrie ou même la race humaine, en général – toujours en fonction d'un objet. Depuis un certain temps, vous vous incluez dans votre liste d'objets, vous choisissez de considérer que vous êtes vous-mêmes un objet important de votre amour. Mais c'est toujours d'un objet dont il s'agit.

Ce que vous ne réalisez pas est qu’il est impossible d'aimer – il est impossible d'aimer un objet autre que soi-même, qui dans cette situation est aussi considéré comme un objet extérieur. Ceci est un non-sens en soi. L'amour ne peut être un acte. Il ne peut non plus être un état dans le sens où vous l'entendez normalement, habituellement – dans le sens où vous parlez d'être en paix, par exemple, d'être en harmonie, d'être en amour. Vous ne pouvez être en amour. C'est impossible. La raison en est que vous êtes, au même titre que nous d'ailleurs, constitués par un seul matériau de base, et ce matériau est l'amour. Vous ne pouvez être en état d'amour, vous êtes amour. Vous ne pouvez être en amour, vous pouvez être amour. Et ce n'est pas que vous pouvez l'être, vous l'êtes.

Chaque atome physique ou non, constituant votre être physique, chaque particule, chaque niveau vibratoire prend sa source à partir de ce matériau qu'est l'amour. Lorsque vous voyez dans vos Écritures, dans certains enseignements religieux, la notion que vous êtes amour, ne la prenez pas au sens figuré, prenez-la au sens propre du terme. Bien avant d'être manifestés sous forme de particules, vous êtes manifestés sous forme de vibrations et même, bien avant d'être manifestés sous forme de vibrations, vous existez sous forme ... ici votre langage est trop limité ... je pourrais dire sous forme d'état essentiel – un état de pure conscience, synonyme de ce que vous appelez l'amour. C'est l'état du pur Être, de l'être en soi. Ainsi, l'amour est l'état primordial, précédant ce que vous concevez comme l'univers, précédant les dimensions, soutenant également, en même temps, les univers et les dimensions. Si vous voulez, vous pourriez le concevoir comme, je dirais ... mm ... comme des blocs ... les blocs qui servent à construire votre réalité. Il n'y a rien d'autre que l'amour qui, grâce à ce que vous concevez comme la dualité, prend une multitude de formes.

Mais toutes ces formes participent de la même essence, de la même réalité. Toutes, sans exception. C'est à cet effet que vous pouvez rencontrez des notions telle que Dieu – Dieu est en tout, Dieu est en vous – sauf que Dieu n'est pas dans tout, Dieu n'est pas en vous ; Dieu est tout, Dieu est vous. Au sens propre du terme et non de façon figurée, Dieu est vous. La conscience qui, on pourrait dire, est ... l'amour en mouvement ... nous dirions, la conscience sous-tend toutes les formes – de la particule la plus simple, à l'organisme le plus complexe – tout existe de par le mouvement de la conscience. Nous pourrions dire, de par l'état vibratoire de l'amour.

(Site arielpage)

par Phénix