On ne peut pas aider les gens contre leur gré, grâce au ciel, c'est bien ce qui protège les humains de toutes formes de manipulations. Et c'est la raison pour laquelle je ne fais que tendre la main. Libre à vous ensuite de choisir de la saisir ou non.

Comparer nos galères respectives n'apaisera pas ton amertume, tu sais, c'est la raison pour laquelle je préfère parler des humains que de moi; vous avez davantage besoin d’être entendus que moi de parler. Sache seulement que si tu as besoin d'écoute, tu pourras toujours compter sur moi.

Avant de conclure par la définition du verbe aimer, laisse-moi te raconter la fabuleuse histoire des habitants de la Terre, de véritables héros en vérité. Elle te permettra de comprendre que toutes les souffrances que vous vivez ont un but bien précis.

À l’origine vivait sur Terre un certain nombre d’anges déchus. La Terre était une sorte de prison de laquelle on ne pouvait s’évader que par l’ascension. Cette dernière consistait, comme partout ailleurs dans l’univers, à trier le bon grain de l’ivraie et à rejeter de soi tout ce qui n’était pas bon pour soi. La mort permettait donc à l’âme ascensionnée de s’extraire de la condition de terrien et de se réincarner sur une planète où ils pouvaient expérimenter l’amour inconditionnel.

Mais c’est là que les Terriens ont eu une attitude déroutante: au lieu de rejeter d’eux la part d’ombre, ils l’ont transmutée en lumière et se sont fait alchimistes! Je jubile toujours en racontant cette histoire, tant je la trouve extraordinaire! Tu n’as pas conscience de la magnificence d’une telle réaction, alors je vais te l’expliquer. La part d’ombre en soi, une fois qu’elle est rejetée, se sent mal et est bien obligée d’ascensionner à son tour pour se sentir à nouveau mieux. Elle est obligée de connaître à son tour toutes les étapes (minérale, végétale, animale et humaine) pour prendre conscience qu’elle existe et réaliser qu’en tant que partie de Dieu, elle est Dieu. Bref, elle rejette à son tour l’ombre d’elle-même... et on n’en finit jamais! Alors que sur terre, vous vous êtes dit: "Cette part d’ombre fait partie intégrante de moi, je ne peux donc pas m’en débarrasser sans rejeter une partie de moi. Alors, je vais la transmuter en lumière pour qu’elle puisse ascensionner en même temps que moi". Et c’est ainsi que depuis des éons, les humains ascensionnés peuvent partir de la terre en emmenant avec eux leur corps physique ascensionné (Merkabah). En fait, c’est comme si vous aviez guéri les peines de coeur qui ont amené vos criminels à commettre des délits pour les réinsérer directement dans la société, au lieu de les rejeter et de les isoler dans des prisons. Les Terriens ont bluffé tout l’univers par leur réaction, rien que ça!

Nombre d’habitants des autres planètes de l’univers peuvent créer par la pensée. C’est facile, il suffit d’abaisser le niveau vibratoire de ses pensées pour les voir se matérialiser. On projette donc son esprit dans un objet et cet objet commence à exister par lui-même avec l’esprit qui s’est dupliqué en lui, mais au niveau vibratoire qui est le sien désormais. À partir de là, il n’est plus possible d’annihiler cette création, puisqu’elle a une existence qui lui est propre. Suivant cette logique, pour transmuter le plomb en or, l’alchimiste doit s’en approprier l’essence au préalable, pour guider la matière dans son processus d’ascension. C’est la raison pour laquelle l’alchimie est indissociable de l’accomplissement du Grand Oeuvre, soit de la transmutation de l’alchimiste lui-même par l'ascension.

L’alchimie est donc une science qui est propre aux terriens.

Je reprends là la suite de mon histoire. Les terriens ont donc déjà ascensionné collectivement dans le passé. Ils se sont mis alors à créer des milliers de variétés d’animaux, de fleurs, de plantes par la pensée. C’est leur oeuvre passée qui rend la terre si riche en formes de vie différentes. Mais c’est alors qu’une nouvelle pensée a commencé à fleurir dans leur esprit: ce qu’ils avaient déjà fait, ils pouvaient le refaire pour un autre type de peurs et créer un antidote à l’échelle de l’univers pour toute une catégorie de peurs, une sorte de pierre philosophale capable de transmuter un certain type d’ombre en lumière. Ils ont alors choisi de transmuter le jugement de valeur.

Pour éviter de mettre leurs voisins en danger et de les contaminer par leurs peurs, ils ont choisi d’oublier que ces derniers existaient et se sont retranchés dans leur laboratoire, après avoir fait promettre à leurs voisins de n’intervenir sous aucun prétexte, de peur de faire échouer l’expérience. C’est ce qu’on appelle le libre-arbitre, lequel n’a rien à voir avec la proactivité - soit la capacité de privilégier l’option A ou l’option B, lorsque vous êtes confrontés à un choix. Le libre-arbitre est propre à la Terre, tandis que la proactivité est commune à tous les habitants de l’univers. En résumé, votre libre- arbitre nous interdisait d’intervenir et de nous manifester, même si l’une de vos expériences risquait de nous mettre en péril (bombe atomique par exemple). L’expérience aurait dû être vite conclue: quelques séances de pétages de plombs, quelques jurons, autant de crises de larmes et adieux peurs; les humains se seraient alors rappelés que les morts n’étaient pas vraiment morts et que leurs souffrances vécues avaient eu une raison bien précise. Mais voilà, les extraterrestres déchus n’avaient rien promis du tout. Et ils étaient même bienvenus, puisque leur intervention permettait de rajouter du plomb dans l’expérience. Ils ont donc vite compris le profit qu’ils pouvaient tirer de l’amnésie temporaire des terriens, raison pour laquelle l’expérience a duré si longtemps. En effet, ayant cerné leur façon de réagir face à leurs peurs, ils ont vite choisi de se poser en maîtres, pour prendre à la place des Terriens les décisions qui les paralysaient. C’est à cause de cela que vous avez régulièrement l’impression de ne pas avoir d’emprise sur vos vies: à cause du pouvoir que vous avez confié à d’autres.

Cette expérience est allée si loin qu’elle a bien failli causer la mort de Gaïa. Mais les humains, prévenus du danger, en ont décidé autrement. Ils ont décidé de renforcer leurs karmas personnels, histoire d’évacuer le plus de peurs possible pour que Gaïa puisse faire le bon choix le jour où elle n’en pourrait plus. Et c’est dans les années 80 (1980, bien sûr), que Gaïa s’est vue confrontée au choix ultime: mourir ou ascensionner? Grâce au formidable travail de réveil accompli par l’humanité depuis la seconde guerre mondiale, Gaïa a su choisir l’ascension et c’est ainsi que le scénario apocalypse-fin du monde a laissé place au scénario apocalypse-révélation (lequel nous libère de notre promesse de nous tenir à distance).

Et aujourd’hui, des milliards de planètes dans tout l’univers ont les yeux braqués sur vous: vous êtes sur le point de réussir une expérience sans précédent dans l’histoire de l’univers. Vos destins se sont durcis pour une raison bien précise: s’assurer que vous ne manquerez pas le réveil de la terre. Parce que le choix que Gaïa a fait, vous devrez tous le faire dans vos vies. Vous devrez donc tous choisir entre dépasser vos peurs maintenant (ascension) ou prolonger votre galère après réincarnation sur une autre planète, puisque Gaïa a fait le choix de n’héberger plus que des anges humains. C’est en cela que consiste le jugement dernier, qui fait référence à votre choix entre mourir et ascensionner. Pourtant, si on vous posait la question fatidique maintenant, à savoir le fameux: "Êtes-vous un ange humain?", beaucoup d’entre vous n’auraient pas suffisamment de compassion pour eux-mêmes pour répondre par l’affirmative. La vie, cherchant à vous aider, va donc vous présenter des épreuves pour que vous compreniez enfin que vous ne méritez pas de souffrir et que vous méritez au contraire d’être aimés inconditionnellement.

Alors qu’est-ce qu’aimer? La Bible précise que Dieu a créé l’homme à son image, mais elle n’a jamais ajouté de restrictions du genre "à part bien sûr, les cons, les assassins, les radins, etc". Ces restrictions, ce sont vous et vous seuls qui les avez ajoutées comme conditions à l’acte d’aimer. Logique, puisque le jugement de valeur était justement le sujet de votre expérience. Mais Dieu ne vous juge pas pour vos défauts, il sait bien qu’ils ne sont que des protections contre vos peurs. L’avarice vous protège de la peur du manque, la possessivité de la peur de l’abandon, etc. Dieu sait bien que derrière votre plus grand défaut se cache votre plus grande force. Ainsi, l’avarice vous permettra de mettre de côté toutes les énergies qui vous seront nécessaires le jour du combat ultime, l’obstination vous permettra de tenir bon là où n’importe qui aurait abandonné la partie, dans la lutte contre ses peurs. Alors juger vos défauts revient à lacérer votre gilet de sauvetage dans une rivière en crue, sous prétexte que sa couleur ne vous convient pas!

Chaque fois qu’un humain se protège de vous en exhibant un de ses défauts, il réveille une peur en vous, puisqu’il vous montre qu’il ne peut pas vous aimer inconditionnellement. Mais cette peur, il ne pourrait en aucun cas la réveiller si vous appreniez à vous aimer par vous-mêmes. Votre protagoniste verrait alors ses jugements lui revenir sous la forme d’une grande compassion et d’une immense tolérance. Il deviendrait donc parfaitement incapable de vous faire du mal, puisqu’il sentirait en vous un amour pour lui bien plus grand que celui qu’il est capable de se donner. C’est pour cela que Jésus préconisait de tendre l’autre joue, puisqu’il est possible par ce biais-là de briser l’effet-miroir et de renvoyer de l’amour à la haine ou au mépris. Concrètement, cela ne veut pas dire qu’il faille vous poser en martyrs, bien au contraire. Le martyr n’est jamais responsable de ce qui lui arrive, alors que pour reprendre le pouvoir que vous avez donné aux autres, vous êtes bien obligés d’admettre que vous avez une part de responsabilité dans tout ce qui vous arrive et que si l’autre vous blesse par son comportement, c’est parce qu’il vous montre qu’il y a au moins un aspect de vous-même que vous n’êtes pas capables d’aimer seuls, et que vous comptiez tacitement sur lui pour l’aimer à votre place. La haine que certains comportements réveillent en vous n’a rien à faire dans votre coeur, renvoyez-la donc à la terre, mais sans vous en prendre à celui qui l’a mise en évidence. Apprenez à aimer l’ombre que vos conflits avec les autres humains vous révèlent et alors seulement, vous saurez ce qu’aimer veut dire. Et un jour, vous vous surprendrez à penser régulièrement: je m’aime.

Ashtar Sheran.

Canalisé par Isabelle-Hélène et Ange - ashtar.sheran.free.fr