Un lettré se rendit un jour chez un maitre Zen afin de s'initier au Zen.Lorsque le maitre parlait, le lettré l'interrompait fréquemment avec des remarques telles que "Oh oui, nous faisons également cela",et ainsi de suite.Finalement, le maitre de Zen cessa de parler et commença à verser, et la tasse déborda."Assez!On ne peut en mettre plus dans cette tasse!"l'interrompit le lettré."Naturellement, je le vois bien" répondit le maitre Zen."Mais si vous ne videz pas d'abord votre coupe, comment pourrez-vous gouter mon thé?" Ma raison me dit que cet espoir est vain,mais j'espère cependant que ceux qui sont prisonniers de croyances pétrifiées,en laissant tous le fardeau des idées préconçues et des conclusions qu'elles véhiculent.Cet acte sert à se libérer.Après tout,une tasse ne sert que si elle est vide. PAIX ET HARMONIE

par bruce lee