Les trois aéroports parisiens, Roissy-Charles-de-Gaulle, Orly et Le Bourget, devaient fermer au plus tard à 23h00, dit un communiqué de la DGAC.

Air France a indiqué que tout son programme de la matinée de vendredi, au départ et à destination de Paris Charles de Gaulle et Paris-Orly, était annulé jusqu'à dix heures.

La DGAC ayant étendu dans la soirée la période de fermeture jusqu'à vendredi 14h00, au lieu de 10h00, Air France devrait également repousser le moment de la reprise des vols.

Des mesures seront prises en fonction de l'évolution de la situation mais il faut "s'attendre à une journée très perturbée", précise la compagnie dans un communiqué.

Pour les passagers se trouvant déjà en correspondance à Roissy, 1.400 chambres d'hôtel ont été réservées, ainsi que des bons de restauration, ajoute Air France.

La DGAC explique de son côté que la zone de précaution aéronautique (centrée sur le nord de l'Europe jeudi) s'étend sur le nord de l'espace aérien français à partir de 20h00", explique la DGAC ajoutant que les informations sur les "conséquences de ce phénomène sur le trafic aérien" suivront dans la soirée.

Les aéroports situés au nord d'une transversale Bretagne-Île-de-France-Alsace seront fermés.

Cela concerne à partir de 17h00 les aéroports de Calais, Merville, Le Touquet, Dieppe, Cherbourg, Amiens, Lille et Valenciennes.

Comme les aéroports parisiens, ceux de Brest, Lannion, Deauville, Morlaix, Quimper, Rennes, Caen, Strasbourg, Vatry, Reims, Metz, Beauvais, Pontoise, Toussus-le-Noble seront fermés au plus tard à 23h00.

Le trafic aérien a été suspendu jeudi sur une grande partie de l'Europe du Nord et de l'Ouest en raison de ce nuage de cendres, long de six à onze km, qui s'est formé après l'éruption mercredi d'un volcan situé sous le glacier d'Eyjafjallajokull.

L'agence européenne de contrôle aérien Eurocontrol a déclaré que les perturbations pourraient se prolonger pendant 48 heures et conduire à la fermeture des espaces aériens français et allemand, après ceux des îles britanniques, de la Scandinavie et du Benelux.

Laure Bretton, édité par Gilles Trequesser

source: fr.news.yahoo.com

Publié par therese