J’avais écrit en avril 2009 sur le site québécois « Terre Nouvelle » sous le titre « l’Ascension commence », la toute première version de la Lettre des Messagers 2009 diffusée ensuite avec une date sur Choix-Realite :

http://terrenouvelle.ca/Messages/2009/04/26/l%e2%80%99ascension-commence-comment-et-pourquoi/

« Nous avons annoncé qu’une catastrophe allait survenir sous peu dans le Tennessee, plus précisément dans la région de Chattanooga où nous habitons (Fort Oglethorpe, à la frontière entre la Géorgie et le Tennessee aux USA) et que nos amis extraterrestres allaient venir 1) nous embarquer juste AVANT cette catastrophe, 2) changer notre corps pour le rendre apte à la vie cosmique (nouvelles capacités) et 3) nous offrir des technologies. »

J’ai répété à plusieurs reprises que l’échéance de fin mai 2009 était un leurre intentionnel ajouté à la suite de l’intérêt soudain du Ministère de l’Intérieur Français pour cette lettre initialement diffusée sur « Terre Nouvelle ». Mais à ce leurre prémédité s’ajoutait une série de leurres non intentionnels par la nature même des informations transmises.

Ces dernières, par leur aspect symbolique, avec lesquelles des détails précis furent sans équivoque, nous maintenaient sous protection grâce au flou qui subsistait quant à leur interprétation calendaire.

La conséquence indirecte fut d’être vu comme un prophète de bien piètre valeur. Ce qui fut en partie le cas si l’on ne s’attache qu’aux apparences. Ce fut douloureux à deux titres. D’abord parce que notre départ fut apparemment constamment reculé, et ensuite, parce que l’ego fut mis à mal dans sa tentative d’avoir publiquement raison.

Mais dans le sein intime de notre vie quotidienne, nous avions systématiquement des raisons d’y croire. Il suffisait seulement d’ajuster notre interprétation des messages transmis à travers visions et rêves prémonitoires. Il s’agissait d’une courbe d’apprentissage des techniques d’interprétation.

Obnubilés par notre départ prochain, du fait du caractère fantastique de celui-ci, et du futur qu’il conditionnait, attachés que nous étions aux indispensables mesures de sécurité que notre passé mouvementé avec des agences de services secrets imposait, nous nous sommes arc-boutés sur la date de notre embarquement, plutôt que sur l’état d’esprit nécessaire à celui-ci. Il faut tout de même dire que cela faisait plus de quatre ans que nous étions conscients de ce futur départ. Mais peut-être avais-je oublié l’essentiel sur ce chemin de solitude.

C’est cette solitude même qui fut à la fois l’épreuve générique et la condition de l’épreuve finale qui vient d’avoir lieu hier. J’ai en effet vécu "l’épreuve du feu" hier, dimanche 28 mars 2010.

En juin 2009, j’eus un rêve dans lequel j’étais avec des personnes familières et très amicales dans un bar-restaurant aux tables carrées installées à proximité d’un comptoir en bois. Soudain, au milieu de ce songe qui mettait en scène une rencontre de samedi soir, le barman me dit que quelqu’un voulait me parler au téléphone. Il me tend un combiné blanc. Un extraterrestre humain se présenta comme "l’Amiral". Il m’indiqua que ses collaborateurs lui assuraient que nous étions volontaires, avec Eve, pour la mission qui nous avait été présentée depuis plusieurs mois. Il voulait s’assurer que ce fut le cas.

Puis il me dit qu’un « briefing » aurait lieu le dimanche suivant entre une heure et deux heures du matin, en pleine nuit, puis un évènement le même jour entre quatre heures et quatre heures et demie du soir. Ensuite, seulement, je devais recevoir la « récompense » que j’attendais depuis si longtemps. Cette récompense ressemblait à une promotion spirituelle où il était question de pouvoirs, de capacités personnelles et de technologies exotiques.

En octobre 2009, je fis un autre rêve dans lequel j’étais avec Eve sur le parking d’un supermarché local. Nous nous sommes dirigés vers cette grande surface qui, une fois à l’intérieur, se transforma en une petite enceinte précédant une cathédrale. Nous entrâmes ensuite dans cette cathédrale où nous attendaient quatre grands moines encapuchonnés d’au moins deux mètres de haut, portant des bures d’une extrême blancheur. Je savais qu’ils n’étaient pas humains, en tout cas pas de la Terre, sans pourtant que je puisse voir leur visage.

Depuis la salle précédente, nous étions avec Eve très peu vêtus. Nous avions un oreiller et un grand bâton sur lequel nous appuyer et nous permettant de poursuivre notre marche. Nous étions en effet très fatigués, et même épuisés. Une fois dans la cathédrale proprement dite, je vis une femme derrière un comptoir à droite à proximité de laquelle se trouvaient deux des quatre géants habillés d’une bure, tandis que les deux autres nous tenaient l’épaule avec une infinie compassion.

J’aperçus sur le côté gauche une foule d’un peu plus de cent personnes installées dans l’avant nef sur des gradins face à l’autel baigné dans une indescriptible lumière blanche et violette où nous devions nous rendre avec Eve. Ces personnes étaient de simples spectateurs. Mais certains allaient vivre dans l’avenir la même aventure que nous.

C’est alors que le moine géant extraterrestre juste derrière moi me présenta un document décrivant le programme à venir. Mais je ne vis que la première phrase :

« Vous vivrez l’épreuve du feu le 25ème jour ».

Puis le rêve s’arrêta brutalement. J’en fus extrêmement troublé, tant il fut réel, comme pour le rêve précédent.

Fort d’un mental parfois agité, j’ai immédiatement songé à la catastrophe qui devait avoir lieu un 25ème jour, ou plus simplement à notre embarquement, la lumière d’un vaisseau faisant songer à un feu.

Mais la réalité fut toute autre !

Il s’agissait du feu du cœur, celui de la fraternité. Il devait être mis à l’épreuve afin de vivre et connaître la suite du programme, tel un ultime test d’acceptation avant la « récompense ».

Mercredi 24 mars dernier, nous sommes sortis, Eve et moi, avec un frère spirituel, que nous venions de retrouver depuis quelques semaines, dans un restaurant ressemblant point par point au restaurant de mon rêve de juin 2009 où j’eus cet appel téléphonique de l’Amiral.

Ce frère spirituel fut autrefois celui qui nous avait accueilli à Fort Oglethorpe après que nous soyons partis d’Hawaii à l’époque de l’alerte au tsunami géant du 25 mai 2006, conformément à la vision qu’Eve reçut près d’un an plus tôt, et selon les recommandations d’un Grand Blond qui prodiguait des conseils à chaque étape de cette vision multiple. Ce frère nous trouva un logement pour nous y installer. Il nous avait aidé à animer le site savelivesinmay.com sur lequel nous souhaitions sauver des vies en mai 2006.

Mais il nous avait aussi trahi et avait répandu le fiel de son amertume lorsque l’évènement n’eut pas eu lieu, alors que c’était précisément l’effet recherché dans notre démarche puisque l’alerte était conditionnelle.

Le test Divine Strike ayant été annulé in extremis le 25 mai 2006, à la date exacte du possible tsunami, il n’y avait plus de raisons que les possibles effets dévastateurs de l’impact de fragments de la comète SW3 aient de fâcheuses conséquences pour les côtes atlantiques. Par voie de conséquence, la Troisième Guerre Mondiale, enjeu de ce test de simulation atomique contre les installations de l’Iran, ayant été stoppée, le tsunami géant fut annulé par les extraterrestres.

Ainsi, ce frère nous avait retrouvés pour nous aider quelques semaines plus tôt, avant cette soirée au restaurant, pour venir à notre secours tandis que nous devions être délogés de notre appartement en vertu des grandes difficultés financières que nous traversions. Ce fut un vrai miracle au moment le plus inattendu.

Ce frère fut représenté par le bâton de marche que nous tenions tandis que nous entrions dans la petite salle avant la cathédrale. C’est à ce moment-là que nous avons déménagés vers un autre lieu le 16 février 2010 comme je l’ai déjà indiqué dans un commentaire sur choix-realite. Or, la pièce dans laquelle nous sommes avec Eve est exactement celle qu’elle vit des décennies auparavant dans une vision répétitive, pièce de laquelle nous devons partir à bord d’un vaisseau.

La cathédrale elle-même représente le forum catholique « L’Arche de Marie » sur lequel je me suis inscrit exactement le 3 mars 2010 sous le pseudonyme « Le Mérovingien ». Le 25ème jour était donc le 28 mars 2010, c’est-à-dire hier. La femme derrière le comptoir était Marie elle-même car elle dit aux quatre géants qu’elle était responsable « administrative » de l’Ordre que je devais fonder après « l’initiation ». Les personnes sur les gradins étaient les 154 membres du forum, duquel j’ai, sans grande surprise, été banni il y a trois jours après d’âpres discussions sur le futur Grand Monarque et la Doctrine de la Foi.

Hier, dimanche 28 mars 2010, ce fut le jour du changement horaire en France, exactement entre une heure et deux heures du matin, comme indiqué pour l’horaire du briefing. Le terme « briefing » est symbolique. Il représente un « temps bref » (« brief » en anglais), donc le moment où l’on passe de « une heure » à « deux heures », où le temps est comprimé par convention.

Mais le plus surprenant, sans doute, fut la visite surprise entre quatre heures et quatre heures et demie de ce frère avec qui nous avons, depuis le 16 février dernier, partagé notre cheminement passé et futur. Cet horaire fut celui donné par l’Amiral !

Ce frère spirituel fut, et est, donc hautement conscient de ce qui nous attend. Nous lui avons donné des détails pour sa propre vie, en particulier Eve, qui le convainc de la réalité de nos échanges avec le monde spirituel. Il fut initié à ce type d’échanges spirituels avec nos guides.

Eve lui indiqua qu’il allait rencontrer une femme, petite et blonde, au caractère enjoué. Ce qui arriva quelques jours plus tard sans qu’il n'en connaisse l’existence au moment de cette prédiction. Elle lui dit qu’il voyagerait dans une grosse berline, en précisant les couleurs, qu’il envisageait secrètement d’acquérir. Eve n’en savait donc rien. Et d’innombrables autres détails du même type. Ce frère était donc très au fait de notre parcours à venir.

Mais le plus important dans tout ceci fut « cette épreuve du feu du 25ème jour » !

Nous avions interprété cette phrase avec Eve comme celle qui donnait le jour du départ, la lumière du feu s’apparentant à celle d’un vaisseau. Donc, hier, devait être le jour du départ. Plus exactement, l’arrivée inopinée de ce frère semblait confirmer tous les détails de mes rêves, ainsi que ceux d’Eve dont les informations sont moins temporelles, mais pourtant d’une grande qualité contextuelle.

Notre frère étant conscient de notre départ probable ce dimanche exprima le désir d’être présent pour le moment fatidique où les extraterrestres et leur vaisseau apparaîtraient. Nous lui demandions d’entrer en contact avec ses guides pour demander si cela était soit au programme, soit désirable. Les réponses furent étonnamment ambiguës.

Pendant ce temps, de mon côté, je me battais intérieurement car sa présence au moment du départ n’était dans aucune des visions que nous avions avec Eve, et surtout, j’avais une forte résistance à ce qu’il bénéficiât de leur présence, et même d’un possible embarquement à bord d’un vaisseau extraterrestre bienveillant, sans avoir réalisé le travail de solitude, de patience et le combat public pour la vérité en dépit des obstacles, détracteurs et quolibets en tous genres dont nous avions été la cible.

Bref, en dépit de l’amitié que nous avions pour lui, en l’occurrence grâce à l’aide financière qu’il nous prodigua au moment le plus crucial pour la suite de notre programme ces dernières semaines, il n’avait pas emprunté notre épouvantable chemin de croix.

De plus, sa trahison initiale pour l’alerte au tsunami géant de mai 2006, à laquelle s’ajoutait une vie antérieure retrouvée où Eve fut sa compagne tandis que je fus un rival politique en Ecosse au 16ème siècle, furent des motivations secrètes et inconscientes pour lui refuser cette opportunité unique au monde.

Mais, finalement, je fis secrètement la paix en moi et l’invitai de concert avec Eve, qui l’avait immédiatement accepté, à rester dans notre chambre d’hôtel pour être témoin de notre départ, peut-être même être embarqué avec nous pour la grande aventure !

Ce n’est que quelques minutes plus tard qu’il reçut un appel qui le contraignit à renoncer à rester. Nous sommes encore là mais pour quelques heures, ou jours seulement. Nous avons d’autres informations nous permettant de limiter dans le temps cette attente. Le plus important est que j’ai compris au réveil ce que « l’épreuve du feu » signifiait ! Sans cette épreuve du feu, il nous était impossible de poursuivre le programme.

Que signifie, en effet, une ascension sans fraternité véritable et spontanée, chargée d’arrière-pensées d’élitisme. Je me suis souvenu ce matin du sacrifice du Christ qui ne nous a jamais demandé le sacrifice auquel il s’est contraint. Le FEU DU CŒUR était la seule réelle condition pour l’embarquement.

Désormais, je suis dans la paix du cœur et ne vise qu’un partage authentique et sans condition des bénédictions auxquelles nous aurons accès avec Eve.

Que Dieu vous bénisse.

Eric.

par eric julien