Guérir c’est dénouer afin de remettre de l’ordre dans une circulation énergétique et enlever le barrage pour laisser couler l’énergie librement. Rien d’autre. Comment remettre de l’ordre ? Il n’y a pas d’autres solutions que de revenir sur le barrage, le nœud, donc de se révéler l’origine du nœud et de le défaire et lâcher-prise. C’est notre ego qui dénoue et qui apporte sur le plateau le problème, c’est notre être divin qui éclaire et cicatrise.

Il existe un principe fondamental dans notre évolution: on ne monte pas avec un moteur (le moteur ego par exemple) on s’élève en utilisant les forces et les lois universelles, on monte comme dans une montgolfière en se délestant des charges, en s’allégeant et en laissant les forces nous porter. Pour enlever une charge, descendre dans la racine là où le noeud s’est produit.

Que se passe t-il si on s’élève avec une lourde charge par un moteur ego ? Dans l’ascension, la charge va nous rappeler à l’ordre, cela va nous faire peur et nous faire chuter grave parce que de plus haut. C’est nécessaire lorsque nous avons mis tellement de couches d’illusion sur nos charges qu’il n’y a rien d’autre à faire qu’expérimenter un choc pour recommencer à mettre de l’ordre.

Autrement dit, le mensonge est très préjudiciable non pas sur le plan moral mais sur celui de l’évolution de notre être. Celui qui ment, ment en fait aux principes divins et notre divinité va nous rappeler à l’ordre. C’est la Loi.

C’est lors d’un passage que le jugement arrive. Le jugement n’est pas un principe moral c’est son ego face à sa divinité. C’est l’ego qui fait le travail d’aller à la racine mais c’est la divinité qui guérit.

Voilà pourquoi l’école du lâcher-prise est l’enseignement le plus fort. Lâcher-prise à ses ombres, ses peurs et ses souffrances pour s’envoler sans problème comme dans une montgolfière.

Que se passe t-il souvent avec la spiritualité ?

Celui qui vibre haut rayonne sur l’autre, il élève la fréquence de l’autre en agissant sur sa divinité. Il permet ainsi de lui révéler sa divinité. Mais la divinité n’est ni dans le bon ni dans le mauvais, c’est Dieu, la Lumière et, pour ce principe, peu importe une chute car c’est un principe, une loi, pas un personnage dans un décor.

Si celui qui vibre haut se retire alors l’autre chute s’il a une charge, c’est la charge qui fait chuter.

Il est bon de voir un être humain comme un arbre. L’arbre a des branches qui tournent la tête vers le ciel mais aussi des racines qui plongent dans la terre. Si les racines sont attaquées alors les feuilles périclitent.

Que voient les anges depuis le ciel ? Probablement que la partie supérieure de l’arbre, la racine leur importe peu car elle est liée à la Terre. L’être humain doit regarder aussi sa racine car il est Homme et il évolue par ses ombres avant de passer à une autre dimension, celle des Etres de lumières qui travaillent avec les anges.

Aimer l’autre c’est l’aider à se révéler à lui-même.

Avant de s’élever vers la lumière, révéler les ombres pour une ascension de sa conscience. Donner à l’autre la force d’aborder ses ombres en lui rappelant qu’il faut une sacrée dose d’amour envers soi-même, une sacrée dose d’estime de soi pour aborder ses ombres, en particulier certaines coriaces.

Celui qui révèle les ombres coriaces consciemment ou inconsciemment à celui qui ne veut pas les voir se fait généralement éclabousser. Si celui qui reçoit des éclaboussures n’est pas suffisamment ancré en lui-même et ne connaît pas ces lois alors il souffre du sentiment d’injustice, il doute aussi face à l’ego manipulateur qui a beaucoup expérimenté dans ce jeu et qui s’est même créé des disharmonies, parfois profondes.

Rester ferme avec ce genre d’ego mais sans juger celui qui souffre ; c’est cela qui est difficile. S’il arrive véritablement à cela, alors il aide véritablement parce qu’il aide l’autre à descendre dans la racine pour enlever le caillou qui bloque le développement racinaire. La vérité est lumière.

L’attention permanente à son être est d’une importance vitale pour évoluer dans sa conscience. S’aimer, s’aimer et encore s’aimer avant d’aimer les autres car l’autre, même s’il est un être de lumière ne résoudra pas la question de la racine car c’est justement cette racine qui est notre test d’évolution ici bas, pas les branches et les feuilles qui sont la cerise sur le gâteau.

L’initiation n’est pas autre chose que cela. Aller là où il n’y a quasiment plus de lumière pour éclairer. Tu ne peux plus te mentir, tu ne peux plus t’échapper, c’est le moment de vérité.

Si tu apprends la spiritualité dans les mots, dans les paroles, dans les rituels tu peux t’illusionner. Tu cultives un ego spirituel par la connaissance qui masque la nécessité de plonger dans la racine. Car quand tu descends à la racine cela t’apprend l’humilité et c’est bien normal car c’est souvent douloureux surtout si on s’est menti très très longtemps. On se ment généralement très très longtemps quand on a affaire à des souffrances inacceptables, des tabous bref tout ce qui confronte l’homme dans sa partie la plus animale.

Pour aider l’autre à descendre dans la racine, se détacher totalement de l’émotion, surtout ne pas se laisser influer par son émotionnel qui va être très actif à ce moment là car c’est une blessure émotionnelle qui s’est imprégnée dans l’âme. Au moment de la révélation du nœud et de son dénouement, être présent pour lui rappeler qu’il est un être de lumière afin qu’il ne se laisse pas embarquer dans le tourbillon émotionnel qui peut durer très longtemps.

Le mental ment à travers l’ego qui cache ce qui devrait être révélé soit parce qu’il a peur, soit parce qu’il manque de courage, soit parce qu’il ne veut pas grandir, soit parce qu’il a honte, bref, il y a n-raisons qui expliquent la manipulation de l’ego en souffrance.

Chaque être humain de ce monde a une racine, un tronc et des branches. Il n’y a pas de mystère.

On aide de deux façons: en révélant les parts d’ombre et en aidant les autres à se révéler à leur divinité. Ces deux mouvements (descente et remontée) sont absolument indispensables. Parfois une lumière est si pure, le rayonnement si cristallin que le mouvement se fait simultanément, ce sont donc des guérisons «miraculeuses», des guérisons immédiates comme celles que faisait Jesus, ou celles de Groening apparamment.

Quand on accompagne dans les racines de l’arbre il est bon d'apprendre la maîtrise de l’émotionnel sinon on valdingue par la manipulation de l’ego en souffrance; il est bon aussi d'être en permanence relié à sa lumière sinon on doute; il est bon d'apprendre à se réharmoniser parce qu’un être en souffrance pompe de l’énergie car son nœud bloque son accès à sa divinité, donc il prend de l’énergie à l’autre pour se connecter à la sienne. Enfin, il est essentiel de s’aimer inconditionnellement pour ne pas flancher sur le plan vibratoire par l’ego en souffrance.

Quand on regarde un frère en souffrance, apprendre à regarder d’abord l’état des racines car l’ordre est d’abord de descendre avant de remonter. Un arbre pousse d’abord par le développement des racines. Si les racines sont posées sur une pierre, l’arbre va pousser car l’énergie du ciel est si forte mais il sera rabougri. L’arbre par ses racines doit trouver la bonne terre, les racines doivent annihiler les cailloux.

Les interférences font souvent partie du jeu de manipulation de l’ego en souffrance. L’ego va chercher à masquer ce qu’il ne veut pas voir et va utiliser le jeu subtil de la division. Si l’on rentre dans ce jeu alors il n’y a pas de guérison possible.   Dans cette troisième dimension, l’émotionnel est la corde qui fait entendre le son de l’autre. L’émotionnel est la peau du tam-tam, il sent la vibration de l’autre. N'éteins pas ton émotionnel, canalise-le car dans cette dimension c’est un outil précieux de compréhension (de soi et des autres) donc d’évolution. Ceci dit l’émotion ressentie ne doit pas partir en vrille. L’émotionnel part en vrille quand une peur s’est infiltrée. Recentre toi, et laisse décanter l’eau. L’émotionnel agit aussi parfois en urgence. Recentre toi et apaise toi.

Celui qui est né avec un émotionnel très sensible est né pour apprendre à le canaliser. Il lui faut beaucoup de chute avant de comprendre que l’émotionnel canalisé devient amour universel.

Avril 2009

par aliceaupaysdesmerveilles