... Ainsi, l’enseignement intitulé "La Méditerranée au XIIe siècle : carrefour de trois civilisations" sur "les espaces de l'Occident chrétien, de l'Empire byzantin et du monde musulman" serait remplacé à la rentrée prochaine par "La civilisation rurale dans l'Occident chrétien médiéval, du IXe siècle au XIIIe siècle". Que de préjugés pourtant à désapprendre !

Les femmes, depuis deux décennies, sont les premières victimes de la radicalisation de l'islam. Lila Salmi, en donnant la parole à de nombreux spécialistes, hommes et femmes, notamment à l'anthropologue Malek Chebel, montre combien la situation actuelle constitue un paradoxe, pour une religion qui, dans ses fondements, célèbre l'amour et la sexualité, et fait de la femme, en maints domaines, l'égale de l'homme. Pour mieux peindre cet "islam des lumières", la réalisatrice et ses interlocuteurs ont choisi de raconter, avec un plaisir visible, la vie de Mahomet par les femmes. Cette histoire commence par Khadija, la riche veuve de quinze ans son aînée qui, en lui proposant le mariage, fait de lui un homme respecté. Pour elle, il choisit de rester monogame, et Khadija sera la première à reconnaître en lui un prophète. Après sa mort naîtront d'autres amours, passionnés et multiples, car Mahomet, très loin des clichés des fondamentalistes, apparaît ici comme un homme ouvert et tolérant pour son époque, traversé par le doute, la crainte et le désir. Et, à l'aune de l'Arabie du VIIe siècle, comme un véritable féministe...

VOIR POUR SAVOIR : "des vérités historiques essentielles à rappeler aujourd'hui"

« Le meilleur d’entre vous est celui qui est le meilleur avec les femmes.»

« Les femmes sont les consœurs des hommes. »

En référence à la tradition chrétienne, on est frappé par « l'humanité » du Prophète de l'islam. Alors que Marie est touchée par l'influx divin et que Jésus naît dans des circonstances miraculeuses, Muhammad quant à lui possède père et mère. Il est un homme de son temps, un nomade qui parcourt ces terres de voyage qui sont un lien entre l'Orient et l'Occident, un commerçant qui entre en contact avec différentes cultures, guidé sur sa route par la lumière des étoiles et de la lune. « Nous vous avons envoyé un Prophète pris parmi vous » (Coran II, 151).

Cette humanité est considérée d'ailleurs par certains comme une « faiblesse » du Messager : « Ils ont dit : qu'a-t-il donc ce Prophète ? Il se nourrit de mets, il circule dans les marchés. Si seulement on avait fait descendre sur lui un ange qui fut avec lui un avertisseur » (Coran XXV, 7). Or, en fait cette humanité est le socle à partir duquel le Prophète peut devenir un modèle excellent pour tout un chacun. Elle constitue l'enveloppe à partir de laquelle se déploie "l'Homme universel" (al-insân al-kamil) au sein de notre monde : celui qui s'éteint en son Seigneur, puis subsiste pour vivre parmi les hommes et leur transmettre un message divin, renouvelé dans la forme mais éternel dans sa substance.

Parallélisme des révélations A l'instar de Marie dont le corps vierge enfante Jésus, Muhammad est le réceptacle du Verbe divin que constitue le Coran alors qu'il ne sait ni lire, ni écrire. Dans les deux cas, Dieu choisit le support qui convient pour présenter aux hommes Son message avec un éclat et une véracité indiscutables. Le miracle du Coran reçu par l'âme pure du Prophète est ainsi analogue à la naissance miraculeuse de Jésus procédant de la vierge Marie : « Et celle qui était restée vierge, nous lui avons insufflé de notre Esprit. Nous avons fait d'elle et de son fils un signe pour les mondes » (Coran XXI, 91).

source: ascensionfraternelle.blogspot.com

Publié par laurent