Autres témoignages: tribune-libre-{{ Jeudi 7 janvier 2010 à 8h45, 3 voitures déboulaient à toute allure dans la cour d’honneur du Domaine de Chardenoux, le centre bourguignon de Terre du Ciel – avant de repartir vers leurs bureaux. À 9h précise, une vingtaine d’hommes intimaient au personnel l’ordre de ne plus toucher à rien. Une descente de gendarmerie venait de commencer et allait durer toute la journée. Elle était menée sans aucune explication quant aux motifs, et faisait suite à d’autres contrôles administratifs, tout à fait « civilisés » ceux-là, menés lors de l’année 2009.

À partir du 19 janvier, Alain Chevillat, Fondateur et Directeur de Terre du Ciel, diffuse largement un communiqué de presse par Internet pour décrire ce qu’ils sont en train de subir. De nombreux réseaux alternatifs, alertés par cette nouvelle grave et inattendue se mobilisent immédiatement, comme jamais auparavant dans ce genre d’affaire. Une telle unanimité ne s’était jamais vue. La consternation, l’incompréhension aussi, est générale. Il semble à tout le monde incroyable et profondément choquant, que les autorités de l’État français osent ainsi s’attaquer à un symbole de la spiritualité universaliste si hautement et universellement respecté que Terre du Ciel.

Cependant, à la seule lecture du communiqué du 19 janvier, la plupart des observateurs ne comprennent pas ce qui peut leur être reproché officiellement, qui puisse justifier une opération militaire de cette envergure. Jusqu’à la diffusion de l’interview vidéo du Procureur local M. Rodes par le journal ouverture.net , aux environs du 1er février, personne – sauf peut-être les quelques personnes au cœur du complot, ou de ses victimes les plus immédiates – ne sait quelles charges pèsent officiellement sur Terre du Ciel, même si tout le monde a bien compris qu’il ne pouvait s’agir nécessairement que de prétextes, le véritable tort de cette entreprise paraissant être en vérité son progressisme, et sa déviance du consumérisme érigé en véritable religion d’État, pour reprendre l’expression d’Alain Chevillat dans son troisième communiqué du 29 janvier – voir terre-du-ciel.fr

__La parution le 26 janvier 2010 d’un article, aussi équilibré que complet, dans l’hebdomadaire La Vie, sur cette descente de gendarmerie inhabituelle, apporte enfin un peu de lumière sur les causes véritables de cet événement, et sur ses probables commanditaires.

C’est Catherine Picard, présidente de l'Unadfi, qui vend la mèche sur cette sombre machination. En effet, après avoir affirmé être « ravie » de cette descente, elle affirme au reporter de La Vie :

"(...) ce qui est très discutable, c'est la nature des propositions de stages comme la kinésiologie, le décodage biologique, ou bien la “mémoire cellulaire”." (sic)__

Nous avons bien là semble-t-il, les véritables motifs de l'opération militaire et de la confiscation de l’outil de travail de ce centre alternatif.

"Renoncez à ces pratiques désapprouvées par l’oligarchie, et on vous laissera en paix.

Continuez et on vous détruira ! » À travers cet exemple, c’est l’ensemble de la population qui est prévenue. Toute déviance de la religion du consumérisme sera sévèrement réprimée !

Voilà en somme le sens du message adressé en ce début 2010, non seulement à Alain Chevillat et Terre du Ciel, mais aussi, à travers lui, à l’ensemble de la communauté des alternatifs culturels, des écolos, spiritualistes et autres altermondialistes, déjà persécutés et attaqués sous couvert de prétendues « dérives sectaires » depuis tant d’années…

Cependant, cette fois-ci l’émotion est grande, la mobilisation beaucoup plus large que jamais. Tout le monde se dit : « Ils ont osé ! Qui peuvent être les suivants ? Sommes-nous donc tous menacés de la même façon, pour avoir préféré une alimentation bio, recherché un mieux-être à travers d’autres solutions que celles, mercantiles et matérialistes, des dinosaures militaro-industriels, agro-alimentaires, médico-pharmaceutiques, qui voudraient nous dicter notre conduite ? »

La Parti communiste chinois n'aurait pas fait mieux en l’occurrence. Certes, il l’aurait fait de façon beaucoup moins hypocrite, beaucoup plus explicite, mais aussi, il est vrai, avec des méthodes beaucoup plus expéditives, cyniques, déterminées et violentes !

Le risque d’une dérive totalitaire dans la France de 2010 est néanmoins devenu bien réel, réalisons-nous tous, en prenant connaissance du communiqué d’Alain Chevillat.

Ne s'agit-il pas quelque part d'une sorte de procès en hérésie ? N’est-ce pas la nature-même des activités de Terre du Ciel, la médecine psychosomatique surtout, qui inquiète les matérialistes, le lobby médico-pharmaceutique, le vieux-monde, attaché à ses dogmes désuets, qui sent ses repères habituels menacés par ces hommes et femmes libres, qui refusent de « suivre la même route » qu'eux ? « Ce qui est différent, est dangereux : comment peut-on les laisser faire ? » se demandent-ils.

On ne peut pas les blâmer, cela dit : peut-être se sont-ils sentis exclus de ce monde bouillonnant et créatif convergeant au Domaine de Chardenoux, mais aussi dans tant d’autres lieux consacrés à l’émergence d’un autre monde, plus fraternel, moins consumériste, plus spirituel. **

On peut imaginer ces personnes, à l’origine de la perquisition du 7 janvier, regarder furtivement par-dessus la haie du Domaine de Chardenoux, laissant libre cours à leur imagination - ce couteau à double tranchant - dont ils deviennent rapidement les jouets : le fantasme, mêlé à la crainte de l'inconnu, commence à faire son travail. Très vite, le spectre, l'épouvantail de la "secte" ne tarde pas à ronger leur imaginaire...

Des "élus" et des "associations" (lesquelles ?), anonymement donc, vont contacter l'Unadfi – à en croire sa Présidente, qui l’annonce tout fièrement au reporter de la Vie - Unadfi qui à son tour va essayer de déclencher quelque chose… Pourquoi pas l'Inspection du Travail, qui ensuite saisit le procureur et son substitut... et l'engrenage délirant est en route... délirant pour nous, parfaitement normal, dit le procureur M. Rodes, de leur point de vue. Sont-ils cependant vraiment sincères en prétendant que cette procédure n’avait rien d’exceptionnel ?

Et que dire de « ces élus et ces associations », qui se cachent et vont œuvrer en secret, chuchoter en coulisse, dans l'oreille de Catherine Picard – c’est elle-même qui l’affirme à La Vie sans révéler de qui il s’agit au juste ? Pourquoi veulent-ils essayer de détruire Terre du Ciel ? N'ont-ils donc pas le courage de leurs opinions ? Espèrent-ils ainsi nous faire tous « rentrer dans le rang », par intimidation ? Étaient-ils vraiment obligés d’avancer masqués, en faisant ainsi intervenir à leur place, gendarmes et machine judiciaire ?

Quoi qu’il en soit, bénissons-les, envoyons-leur beaucoup d'amour : comme nous tous, ils en ont besoin ! Nous sommes Un.

Un beau jour, tôt ou tard, ils prendront conscience de leur égarement, et se réconcilieront avec leur voisin et ami Alain Chevillat, car ce qui nous rapproche et nous unit est tellement plus fort que l'illusion qui divise et oppose les enfants d'un même Père, frères et soeurs dans le Divin, dans l’Unique !

La question qui se pose aujourd’hui, c’est si Alain Chevillat et son équipe vont céder ou non au chantage, et cesser de proposer certains des stages dont les contenus sont les plus sujets à controverse, du point de vue de l’establishment médical, comme le « décodage biologique », clairement montrés du doigt par Mme Picard ?

Une chose est sûre, Terre du Ciel réplique par une conférence publique, diffusée en direct sur Internet, le samedi 27 février 2010 à Louhan, à 16h, avec la participation d’un certain nombre d’intervenants de Terre du Ciel, « non pas pour se défendre, mais pour éclairer la véritable nature de nos activités, pour faire connaître qui nous sommes réellement », annonce Alain Chevillat.

Ils étendent également leurs Rencontres spirituelles annuelles, qui se tiendront à la Pentecôte à Aix-les-Bains les samedi, dimanche et lundi 22, 23 et 24 mai 2010, sur le thème : « Spiritualité et art de vivre dans la société contemporaine »

« Nous élargissons le problème de la spiritualité à un ensemble de pratiques qui constituent souvent ce qu’on appelle un art de vivre, qu’il s’agisse de l’art de se soigner, du développement personnel, de différentes formations » précise Alain Chevillat dans son interview sur YouTube datant du 29 janvier 2010. « La grande question qui se pose actuellement au vu de notre affaire, c’est que c’est l’art de vivre alternatif qui est menacé globalement. Et la question qu’on peut se poser, c’est : « Le consumérisme ne serait-il pas devenu la religion officielle de l’État ? »

Acceptons son invitation et retrouvons-nous-y nombreux et déterminés ! À bientôt, peut-être déjà en attendant sur le groupe internet de solidarité et de partage que j’ai fondé depuis 2005, « entraide-spiritualites » sur yahoogroupes.fr !

Mes meilleures pensées vous accompagnent, qui que vous soyez,

Jean-Marc Jacot 14 février 2010 }}

{{"Communiqué de presse

Jeudi 7 janvier à 8h45, 3 voitures déboulaient à toute allure dans la cour d’honneur du Domaine – avant de repartir vers les bureaux.

À 9h précise, une vingtaine d’hommes intimaient au personnel l’ordre de ne plus toucher à rien – ni papier, ni ordinateur, ni téléphone – tandis que 2 fourgons bleus de la gendarmerie se positionnaient devant les 2 entrées du Domaine, et qu’en descendaient des hommes armés, en treillis d’opération militaire : défense d’entrer et de sortir. C’était une perquisition.

Il y avait là des hommes et femmes de la brigade de recherche, brigade financière, Urssaf, inspection du travail – avec un spécialiste de l’informatique et – ce qu’on découvrira à la fin - un médiateur psychologue.

L’ambiance fut celle d’une véritable opération militaire qui mit tout le monde en situation d’hors-la-loi et créa une ambiance de culpabilité traumatisant l’ensemble du personnel pour plusieurs jours.

La perquisition dura de 9h à 18h sans interruption. La moindre pièce et le moindre placard furent visités et fouillés. Des cartons de dossiers furent mis sous scellés et emportés, tous les ordinateurs – (sauf un sauvé in extremis) – soit 16 appareils – furent débranchés et emportés, ainsi que le serveur central, les sauvegardes, les disques durs annexes et tous les logiciels.

Chaque membre du personnel était en permanence encadré de 3 personnes et harcelé de questions ou de remarques ironiques : Est-ce qu’on vous oblige à porter un uniforme ? Est-ce qu’on vous oblige à faire de la gymnastique ? Les repas sont-ils végétariens ? Sont-ils bons ? D’où viennent les stagiaires ? À l’évidence, les gendarmes avaient une idée bien précise derrière la tête : nous n’étions pas une entreprise classique et il y avait un « big boss » tout puissant sur les corps et les esprits. Quelques incidents cependant ébranlèrent leur conviction : - dans la bibliothèque, il y avait des livres sur toutes les traditions et sur tous les sujets. Cela les étonna. - ils trouvèrent chez le gérant 2 petites salles de méditation : « Oui, car mon mari et moi, nous ne suivons pas la même voie ». Le gendarme resta très perplexe sur cette réponse. Cela ne cadrait pas avec le monolithisme culturel et intellectuel supposé du lieu.

Les années précédentes, nous avions déjà eu 2 contrôles fiscaux, 2 contrôles URSSAF et une visite de l’inspection du travail. C’étaient des contrôles « civilisés » où l’on se quittait sur une poignée de mains. Ce fut, cette fois, une opération militaire. Pourquoi cette différence ? La nature des questions posées et des remarques rend la réponse très claire : les contrôles précédents concernaient une entreprise. Cette fois, il s’agissait d’une « secte », le grand satan de la société actuelle. Les gendarmes ont cherché partout de la drogue, ouvrant et reniflant tous nos flacons de pilules ayurvédiques et d’huiles essentielles, ils ont cherché des virements à l’étranger citant l’Inde à plusieurs reprises, peut-être ont-ils aussi cherché des armes ?

Je crois qu’ils ont été impressionnés par le calme et la dignité de l’ensemble du personnel. Leur psychologue, censé travailler sur ceux qui « pètent les plombs » dans une telle situation, n’a pas eu à intervenir. Tous ses collègues le blaguèrent à ce sujet à la fin de la visite.

On peut penser qu’une telle opération militaire est parfois nécessaire. L’était-elle en ce qui nous concerne ? Ce présupposé manifeste de « secte dangereuse » est-il justifié par les faits ? Pourrait-on alors comprendre l’amitié et la collaboration régulière de tant de personnalités du monde de la culture, des sciences et des arts ? Peut-on comprendre le partenariat officiel que nous accorde la NEF, fondateur de la future « banque éthique européenne » ? Peut-on comprendre l’amitié profonde qui nous lie à de si nombreux religieux de tous bords : catholiques, protestants, orthodoxes, musulmans, bouddhistes, hindouistes et autres ? Terre du Ciel est au contraire bien connu pour sa large ouverture, son désintéressement et son haut niveau d’exigence en terme de qualité de programmes.

L’un des hommes de la perquisition sauva peut-être l’honneur du groupe. S’adressant à Evelyne : « Je regrette, Madame, d’avoir à faire mon travail dans de telles circonstances ».

Un fait demeure : la gendarmerie a emporté tous les ordinateurs, tous les fichiers, tous les carnets d’adresses, beaucoup de dossiers en cours, et beaucoup d’argent provenant du règlement des stages et des abonnements aux revues, et en instance de partir à la banque. Nous sommes pratiquement dans l’impossibilité de continuer à travailler. Nos programmes d’été doivent être bouclés dans un mois. Si ce n’est pas fait nous frôlons la catastrophe, et aujourd’hui nous ne pouvons rien faire. Aucune date ne nous a été donnée pour la restitution du matériel : « l’enquête prime ». Une requête en restitution a été introduite auprès du procureur et nous sommes dans l’attente d’une suite. Nous avons proposé que tous les fichiers soient copiés et sommes prêts à collaborer avec la justice sur ce point.

Je pose la question : l’État français peut-il tuer légalement une entreprise et mettre au chômage 18 salariés avant que celle-ci ne soit jugée ? Est-ce cela l’État républicain, démocratique et laïque dont on nous demande d’être fier ? Est-ce cela la justice de notre pays ? Un état, qui se dit de droit, peut-il bafouer délibérément la présomption d’innocence ?

J’en appelle à l’opinion publique."}}

ma réaction à moi, erpervierblanc:

face à la chasse au sorcière et face au " Peur, Mensonges, Sécurités...", c'est l'occasion magnifique de faire un pied de nez à la politique de contrôle par la peur!

l'association a décidé de cette réunion car ils ont reçu énormément de soutiens ( voir témoignages) pour " mettre tout à plat"

ils ont fait une video , pour faire tourner le lien et être nombreux à voir la réunion en live.... gratuitement

Il faudrait une foule de gens de d'ici et d'ailleurs qui montre leur solidarité pour affirmer la liberté de pensée en assistant à cet évènement, en cliquant ce lien d'accès via video et en le faisant tourner!!

ils ont aussi proposé des adresses et courriers...voir liens ci -dessous:

Aux actes, citoyens, ... laïcs, agnostiques...

spirituels, blacks, blancs, beurs,... d'ici et d'ailleurs...

...faisons un pieds de nez à ceux qui nous font croire qu'on ne peut communiquer entre nous librement ...sans peur et sans contrôle!!!

liens: http://www.coordiap.com/tribune-libre-terre-du-ciel-jacot-6607.htm

témoignages/

http://blogosapiens.typepad.com/isabelle_de_penfentenyo/2010/01/terre-du-ciel-chasse-aux-sorci%C3%A8res.html

à suivre aussisur la secte anti sectes: http://www.sectes-infos.net/Index.htm

lien de la video pour assister à le réunion en live le jour j: cds014.lo1.hwcdn.net

source: terre-du-ciel.fr

Publié par epervier blanc